Les hélicoptères russes s'apprêtent à entrer en Bourse pour lever 500 millions de dollars

 |   |  391  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le constructeur Vertolety Rossii va se coter à Londres et à Moscou le mois prochain.

Vertolety Rossii (« Hélicoptères russes ») a donné le coup d'envoi à son introduction en Bourse. La société a dévoilé mardi la fourchette de prix dans laquelle elle entend placer ses actions (de 19 à 25 dollars) portant sa valorisation potentielle entre 1,8 et 2,38 milliards de dollars. Appartenant à 100 % à l'État russe à travers OboronProm, un puissant holding disposant du monopole des exportations d'armes dans le pays, Vertolety Rossii va émettre pour 250 millions de dollars de nouvelles actions. OboronProm vendra une part équi valente sur les marchés. L'opération est organisée par Bank of America-Merrill Lynch, BNP Paribas et VTB Capital.

La levée de fonds totale de 500 millions de dollars doit contribuer à la modernisation du complexe aéronautique et militaire russe. Les sommes récupérées lors du placement serviront à rembourser une partie de la dette de 930 millions de dollars et à monter au capital des filiales de Vertolety Rossii. Le groupe détient des parts de 65% à 75% dans pratiquement tous les actifs de l'industrie de construction d'hélicoptères, des bureaux d'études aux usines d'assemblage.

Valorisation « raisonnable »

La banque d'investissement Renaissance Capital trouve la valorisation annoncée « raisonnable », car elle correspond à environ 6,5 fois le bénéfice net de 2010. D'après le prospectus d'introduction, Vertolety Rossii fut l'an passé le constructeur d'hélicoptères le plus rentable au monde avec un bénéfice net représentant 18 % de son chiffre d'affaires : 500 millions sur 2,7 milliards de dollars. Une marge supérieure à celle de ses concurrents Bell (13%), Augusta Westland (11,3 %), Sikorsky (10,7 %) et Eurocopter (3,8 %).

Le groupe dispose d'un carnet de commandes étoffé avec plus de 100 hélicoptères par an à livrer d'ici à 2020 à l'armée russe. A l'exportation, ses appareils réputés bon marchés et robustes se vendent très bien en Inde, en Asie du Sud Est, en Afrique du Nord et en Amérique Latine. Au total, Vertolety Rossii détient 10 % du marché mondial des hélicoptères.

Mais dans plusieurs segments comme les hélicoptères de gabarit moyen et ceux d'attaque, sa part de marché s'élève à 40 %. La production du groupe est diversifiée, les appareils civils représentant 58% de son activité. Des partenariats avec des groupes étrangers sont à l'étude pour une remise à niveau technologique. Le français Safran a déjà remporté un appel d'offre visant à remotoriser certains des modèles les plus vendus du groupe (Kamov 226 et 62).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :