Sélection de gérants : l'alternatif et les émergents davantage sollicités

 |   |  423  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
En 2010, le consultant Mercer a vu son activité augmenter de 14 % pour atteindre un total de 95,6 milliards de dollars.

L'activité de sélection de gérants pour le compte d'investisseurs se porte plutôt bien. C'est ce qui ressort de la dernière étude sur le sujet réalisée par Mercer et portant sur son activité de l'année 2010, lors de laquelle le consultant a réalisé 940 sélections de gérants, soit une progression de 14 % par rapport à 2009. En termes d'encours, cela a représenté 95,6 milliards de dollars (- 1,65 %) placés auprès de 361 investisseurs. « On constate toujours un mouvement de ?derisking? [baisse de l'exposition aux actions, Ndlr] des portefeuilles de la part des investisseurs institutionnels, explique Frédéric Debaere, responsable de l'activité conseil en investissement chez Mercer. On note aussi une évolution dans la gouvernance de ces fonds avec un recours à davantage de gestion fiduciaire [délégation de gestion, Ndlr] car la crise a montré qu'il était difficile de prendre des décisions réactives, pertinentes pour ce type d'institution. » Sur les classes d'actifs traditionnelles, les sélections sur les actions internationales restent les plus nombreuses (177), « les investisseurs cherchant à diversifier leurs portefeuilles et à s'écarter de leur marché domestique », indique le consultant.

L'obligataire en pointe

Mais ce sont les stratégies obligataires qui ont attiré le plus d'encours (13,5 milliards, contre 11,2 milliards pour les actions). Les investisseurs ont aussi montré un appétit pour les actifs émergents avec 95 sélections (actions et obligations), contre 25 en 2009, signe d'une volonté de profiter de la croissance économique de cette zone. « Un appétit qu'on retrouve aussi sur les stratégies alternatives comme les hedge funds, l'immobilier, les infrastructures ou encore les matières premières », constate Frédéric Debaere.

Mercer estime même que c'est un mouvement de fond, l'objectif étant de diversifier les portefeuilles, de capter le beta (corrélation par rapport à un indice de référence) et l'alpha (surperformance par rapport à un indice de référence).

Même si la zone Asie-Pacifique a vu ses encours placés baisser à 4,8 milliards de dollars, c'est en Australie que Mercer enregistre la plus forte croissance de l'activité avec 216 sélections de gérants (+ 80 %). Une hausse confirmée dans celle des encours (de 7,7 à 14,9 milliards). L'Australie est un marché très intermédié et il y a eu de nombreux changements de gérants en 2010. En Europe, hors Royaume-Uni où les encours sont passés de 41,9 milliards à 23,9 milliards, la tendance est aussi à la hausse avec 35 milliards (+ 350 %) et 168 sélections (+ 33 %). L'étude note toutefois un recul en France en raison de désinvestissements d'acteurs institutionnels comme l'Agirc-Arrco, liés à des déficits techniques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :