Europe : la réforme ou la fin ?

L'Europe va plus mal: elle est en danger. Pour la sortir de cette situation, des réformes s'imposent. Elles doivent être radicales. Par Les Arvernes*
La Commission de Bruxelles. Il faudrait que la moitié des 150 plus hauts postes au sein des institutions soient pourvus par détachement de hauts fonctionnaires nationaux.
La Commission de Bruxelles. Il faudrait que la moitié des 150 plus hauts postes au sein des institutions soient pourvus par détachement de hauts fonctionnaires nationaux. (Crédits : © Thierry Roge / Reuters)

Jusqu'à il y a peu, l'Europe allait mal. Encalminée dans une croissance potentielle faible, deux fois inférieure à celle des États-Unis, incapable de régler les difficultés d'une zone euro pour laquelle elle avait tant promis, sourde au rejet grandissant des peuples européens, elle continuait à se perdre dans des discours auto-justificateurs. Aujourd'hui, l'Europe est en danger. Au mieux, elle risque de glisser vers l'insignifiance, comme d'autres organisations internationales (ONU, Conseil de l'Europe) avant elle. Au pire, avec le Brexit, elle a peut-être commencé sa déconstruction.

Des principes attaqués de toutes parts

Comment en est-on arrivé là ? Le plus grave tient à l'érosion des principes sur lesquels l'Europe est fondée, attaqués de toute part. L'unilatéralisme allemand, dans le domaine énergétique d'abord (sortie abrupte du nucléaire), dans le domaine migratoire ensuite, est directement contraire à l'esprit européen, forgé autour du consensus. Il a ouvert des plaies profondes, que Berlin s'obstine à ne pas voir. La bureaucratie excessive ensuite, dont les fonctionnaires européens sont les agents mais non les responsables, la façon dont les élites bruxelloises et nationales ont trop longtemps méprisé l'expression populaire, ont dangereusement distendu le lien pourtant indispensable entre l'Europe et les peuples.

 La France doit balayer devant sa porte

Alors que faire ? D'abord, balayer devant notre porte. La France, mère de l'Europe, de reports en reports de ses engagements budgétaires, de refus en refus de réformer son économie, en particulier depuis 2012, a perdu la seule place qui a longtemps été la sienne, et à laquelle son économie, et, ceci est trop souvent oublié, ses responsabilités géopolitiques et militaires la destinent : la première. C'est dire que le relèvement de la France, son retour au premier plan, désiré par les allemands qui, instruits de l'Histoire, savent la nocivité d'une Europe dominée par Berlin, est tout autant une priorité nationale qu'européenne.

Changer radicalement le fonctionnement  des institutions

Si le destin de l'Europe est très largement dans les Etats Nations qui la composent, les institutions et les politiques européennes doivent également être enfin réformées. A Traité constant, les principes suivants doivent prévaloir.

D'abord la démocratie. Le Traité de Lisbonne a apporté des améliorations. Mais la démocratie ne réside pas uniquement dans les processus constitutionnels. Elle réside tout autant, Jean Monnet l'a bien montré, dans la façon dont les hommes se coulent dans les Institutions. A cet égard, le fonctionnement des Institutions européennes doit radicalement changer. La Commission, les Commissaires européens et les plus Hauts fonctionnaires européens, auraient évidemment dû démissionner après le Brexit. Depuis trop longtemps, l'irresponsabilité y préside. De son coté, le Parlement européen s'est dangereusement fondu dans un système d'alliance entre la gauche et la droite européenne. Qu'il soit permis de rappeler ici que les principes de l'alternance politique et de la responsabilité sont le sel et l'oxygène de la démocratie. Afin de les vivifier, deux mesures sont urgentes : la fin de tout accord entre la droite et la gauche au Parlement européen ; la démission systématique des 150 plus hauts gradés à chaque nouvelle Commission.

Que la commission se concentre sur les politiques économiques

Ensuite l'efficacité. L'Europe, si elle veut survivre, doit prouver son efficacité, et obtenir des résultats. Dans ce but, elle doit se concentrer sur ce qu'elle sait faire, c'est à dire, car le temps de la diplomatie et de la défense européennes ne sont pas venus, sur les politiques économiques. La Commission actuelle a timidement ouvert ce chantier. Il est urgent d'aller plus loin. Les politiques communautaires, certains candidats Républicains dont Nicolas Sarkozy l'ont justement proposé, doivent être regroupées en un nombre limité, qui correspond largement aux compétences exclusives : la concurrence, le marché intérieur, le commerce, la monnaie. L'Europe doit cesser de prétendre qu'elle est en charge de la culture, de l'emploi, de toutes les compétences dites d'appui dans le jargon européen, qui restent en réalité nationales. Et toutes les conséquences d'un tel recentrage doivent être tirées, notamment la suppression des directions et services qui prétendent en être en charge.

Envoyer des hauts fonctionnaires nationaux à Bruxelles

Enfin, et surtout, l'état d'esprit. Bâtie contre les Etats-Nations, oublieuse des identités, à commencer par la sienne qu'elle s'obstine à ne pas reconnaître, traversée par la vision d'un monde irénique, l'Europe est sans nerf, sans volonté, sans projet. Elle est le lieu des compromis diaphanes, des procédures plutôt que des politiques. Dans un monde de violence, y compris économique, elle doit enfin être conquérante, ne pas craindre de s'affirmer, défendre bec et ongles les peuples qui la composent, en un mot, assumer un nationalisme européen. Là encore, elle a besoin d'autres hommes que ceux qui la dirigent et la composent, plus instruits de réalités que les meilleurs des hommes ne sauraient percevoir après trop d'années passées dans les couloirs feutrés des institutions européennes. Nous proposons donc que la moitié des 150 plus hauts postes au sein des institutions soient pourvus par détachement de hauts fonctionnaires nationaux.

Toutes ces réformes sont urgentes. Elles ne nécessitent pas de changements institutionnels, inconsidérément jetés en pâture par certains (suppression de la Commission), et qui flattent les extrêmes mais n'ont aucune chance d'être acceptés par nos partenaires. Elles n'exigent nullement de convoquer des référendums, procédure parfois nécessaire, mais qui doit être maniée avec sang-froid. Elles supposent de l'engagement de la part du prochain Président de la République et de la prochaine majorité parlementaire, convaincus, comme nous le sommes, de l'urgence à changer l'Europe pour la sauver.

___

Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d'essayistes et d'entrepreneurs.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 29/08/2016 à 10:42
Signaler
"dans le domaine énergétique d'abord (sortie abrupte du nucléaire), dans le domaine migratoire ensuite, est directement contraire à l'esprit européen," Hou là votre analyse part décidément bien mal et ce sont deux articles de la tribune.fr d'aujo...

à écrit le 28/08/2016 à 10:44
Signaler
L'erreur a été de vouloir maintenir l'Europe des "Nations" comme le proposent les partis séparatistes types FN ou upr soutenus par l'extérieur dont l'actuel locataire du Kremlin. Alors qu'il est manifeste qu'il été prévu d'évoluer vers une harmonisat...

le 28/08/2016 à 16:48
Signaler
Tout a fait de votre avis.

à écrit le 28/08/2016 à 6:31
Signaler
Belle argumentstion, helas qui restera un voeux pieux. Les fonctionnaires de Bruxelles fonctionnent c'est a dire qu'ils brassent .....du vent. Rien ne changera.

à écrit le 27/08/2016 à 22:17
Signaler
Il s’agit bien d' exercer la revendication d’un droit : le droit inaliénable du peuple français à disposer de lui-même. Seule l’organisation d' un référendum sur la sortie de l' UE permettra d’arrêter immédiatement la destruction du droit du trav...

à écrit le 27/08/2016 à 13:57
Signaler
Première réforme : remettre la democratie dans le fonctionnement de cette union ( plus de démocratie directe et indirecte ). Mise en place d'un gouvernement economique. Développement d'une belle defence commune, indépendant des americain. ....

à écrit le 26/08/2016 à 18:46
Signaler
Il faut sortir de ce "machin" et a mon avis très vite, et surtout de l'Euro... Lamentable !!!!

le 27/08/2016 à 8:22
Signaler
Formidable votre ignorance du risque !!! Sans l'euro, vous auriez été lamine par une crise monétaire. Sortez de l'euro, et préparez-vous a la pire perte de valeur de votre pouvoir d'achat depuis la guerre... Comment peut-on être ignorant à ce point ?...

le 27/08/2016 à 13:13
Signaler
Dommage Maduf! Vous confondez les causes et les effets, mais il est vrai que c'est ainsi que fonctionne (manipule) le dogme Bruxellois! On adapte les situations au but a atteindre!

le 27/08/2016 à 15:59
Signaler
@bah : bizarre votre réponse !!! Vous n'allez pas me dire que vous n'allez pas perdre au moins 40% en valeur, ou vous ne comprenez rien a la monnaie ??? Vu l'état des finances publiques francaises, vu le programme économique grand-guignolesque du FN,...

le 27/08/2016 à 22:23
Signaler
On a abandonné une monnaie fiable et reconnue, comme le Franc pour un euro hésitant et qui sème encore le doute aujourd’hui puisque certain veulent la quitter! Comme quoi le futur n'est pas prévisible! PS La monnaie n'est pas un but mais un moyen (...

à écrit le 26/08/2016 à 18:36
Signaler
Avant de vouloir réformer , ne serait il pas temps de supprimer cette Europe faites que pour les multinationales mondiales au détriment des citoyens européens et d'enfin en créer une pour ceux qui y vivent !...

à écrit le 26/08/2016 à 16:24
Signaler
Européen convaincu, j'approuve vos apports au débat. Par contre, dire que notre volonté de non réforme de notre économie commence en 2012, ce n'est pas fort de café, c'est carrément du mensonge. On sortait de 10 ans de gouvernement de droite qu'avaie...

à écrit le 26/08/2016 à 15:57
Signaler
Non seulement notre EU ne fonctionne plus mais ce qui est plus grave c'est que la zone euro ne fonctionne plus du tout. La GB par son départ a clairement montré qu'elle ne voulait pas d'une union politique avec libre circulation alors soit l'EU donne...

le 26/08/2016 à 16:39
Signaler
Nous ne sommes pas assez nombreux à vouloir d'un saut fédéral, il faut être réaliste. Par contre, des choses sont possibles: défendre nos frontières en commun, créer notre FBI, développer ERASMUS peut être aussi vers des apprentis et plus simplement ...

à écrit le 26/08/2016 à 12:59
Signaler
Ce baratin fait l'impasse sur la nocivité du néolibéralisme qui, lentement mais sûrement, détruit l'Union européenne.

à écrit le 26/08/2016 à 12:37
Signaler
Les européens ce sont simplement aperçu que l'UE n'est pas construite pour eux mais pour et par les USA et a l'image des anglo-saxons!

le 28/08/2016 à 18:09
Signaler
Affirmatif !! quand le système va exploser que vous ayez de l'euro ou du franc, bonjour la déflagration !!!!!

à écrit le 26/08/2016 à 11:41
Signaler
il serai surtout temps que Tout les membres des pays Européens appliquent les règles Européennes. En effet, combien de pays condamnés pour non respect de telle ou telle directive, combien ne respectent pas les "clous" pourtant fixés par l’Europe.... ...

le 26/08/2016 à 12:55
Signaler
Commençons donc par appliquer le code de la Route...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.