Des immenses filets pour récupérer l'eau du brouillard

 |   |  99  mots
Le mécanisme, mis au point par l'ONG canadienne Fog Quest, récupère les gouttelettes d'eau du brouillard, qui sont ensuite traitées et transportées via des canalisations aux villageois en contrebas.
Le mécanisme, mis au point par l'ONG canadienne Fog Quest, récupère les gouttelettes d'eau du brouillard, qui sont ensuite traitées et transportées via des canalisations aux villageois en contrebas. (Crédits : Reuters)
Car, à 1 225 mètres d'altitude, au sommet de la montagne Boutmezguida, au Maroc, souvent enveloppée d'un épais brouillard, une quarantaine d'immenses filets transforment les embruns en eau.

Depuis le 21 mars - la journée mondiale de l'eau -, les habitants de cinq villages de la région montagneuse de Sidi Ifni, au sud-ouest du Maroc, n'ont plus à parcourir plusieurs kilomètres pour aller chercher de l'eau potable. Car, à 1 225 mètres d'altitude, au sommet de la montagne Boutmezguida, souvent enveloppée d'un épais brouillard, une quarantaine d'immenses filets transforment les embruns en eau.

Le mécanisme, mis au point par l'ONG canadienne Fog Quest, récupère les gouttelettes d'eau du brouillard, qui sont ensuite traitées et transportées via des canalisations aux villageois en contrebas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2015 à 1:14 :
Ne pas oublier de signaler que cela permet de replanter de la végétation qui n'existait plus en raison de la surexploitation. Donc l'impact est bien plus important encore qu'indiqué sur la biodiversité, les sols, l'agriculture, l'économie etc dans les endroits où ces filets très productifs en eau sont installés (Amérique latine, Afrique du Sud, du Nord etc) pour un coût très modique et sans impact négatif sur les oiseaux qui au contraire trouvent l'eau qui souvent leur manquait dans ces endroits.
a écrit le 02/07/2015 à 8:51 :
C'est bien d'en parler, mais si ce n'était une ONG qui le promeut, on aurait déjà eu une levée de boucliers, voire une action en justice, au nom de la protection des oiseaux. Cela dit l'idée n'est pas nouvelle et très efficace. Une dernière remarque: quand on voit les dernières conséquences locales de CAP21, comme l'interdiction du recueil de ses propres eaux de pluie (peines de prison ferme dans certains états US par exemple) on se dit qu'un tel procédé serait lui aussi attaqué.
a écrit le 01/07/2015 à 21:37 :
C'est un principe de récupération de l'eau qui mérite d'être développé. Il est certainement innovant dans la configuration de cet article. Mais nous ne pouvons ignorer que ce procédé existe déjà dans la cordillère des Andes pour les nuages qui effleurent la chaîne. Les résultats sont très probants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :