Le monde est entré dans la bulle

 |   |  570  mots
Au-delà des opérations musclées menées à Verviers, Molenbeek et ailleurs, le pays bruisse de soupçons.
Au-delà des opérations musclées menées à Verviers, Molenbeek et ailleurs, le pays bruisse de soupçons. (Crédits : © Yves Herman / Reuters)
Une bulle.Une cage dorée. C'est comme cela que les insiders bruxellois, fonctionnaires, politiques, journalistes, lobbyistes appellent Bruxelles dans leurs moments de faiblesse... ou de lucidité. Ce sont aussi les noms que lui donnent les eurosceptiques pour fustiger une règle environnementale tatillonne ou des « diktats » budgétaires inappropriés. Avec quel effet ? À peu près aucun. Le petit peuple de l'« eurosphère » prospère.Si les lamentations ne cessent, les démissions sont rares. Quant aux critiques souverainistes, elles glissent comme une goutte d'eau sur le papier des directives, déplaçant tout juste une virgule ici ou là.

Drapée dans sa volonté de construire l'Europe, vibrante de sa vocation de paix et de prospérité, « Bruxelles » persiste dans son être d'usine à broyer des mots et du droit pour jeter un vernis de rationalité et de justice sur l'Union européenne.

Aucune critique, aucun accident de l'histoire, aucune élection nationale n'ont réussi à l'en détourner. Jusqu'à maintenant.

Maintenant, l'enveloppe s'est déchirée et de grandes brassées de peur y pénètrent, poussées par le vent des événements. Sur l'avenue Cortenbergh, où pullulent les drapeaux des ambassades et les plaques des cabinets de relations publiques et de représentations d'entreprises à quelques dizaines de mètres du Berlaymont, le siège de la Commission, les soldats de l'intégration européenne, dans leur uniforme à cravate et tailleur, jettent un oeil différent sur l'imposante mosquée logée dans un coin du parc du Cinquantenaire, où affluent le vendredi des centaines de musulmans bruxellois qui ont passé la longue robe des croyants sur leurs vêtements de ville. Ce qui n'était que différent et un peu mystérieux est en train de devenir étranger, voire inquiétant.

Pendant les quelques jours de l'espèce d'état d'urgence décrété par le gouvernement belge, après les attentats de Paris, les camions de l'armée stationnaient à côté des camionnettes Sabruma d'où s'échappe l'odeur caractéristique des gaufres, et de jeunes soldats frigorifiés observaient immobiles le ballet des vélos et des passants.

Reconstruire la juste distance

La plupart sont partis mais des militaires armés dont la tenue de camouflage tranche sur le gris des façades sont toujours postés devant tous les bâtiments officiels où les contrôles de sécurité avaient déjà été poussés à leur maximum depuis des années. Et les enfants garderont toujours le souvenir de ces jours de vacances forcées où l'école était fermée, le spectacle de « Micky le clown » annulé, en raison de ce que certains ont appelé hâtivement « une guerre ». La ville vit dans l'attente d'une répétition du 13 novembre sur le sol belge.

Et le quartier européen prend conscience qu'il se situe dans un pays faible, devenu depuis longtemps un foyer du terrorisme islamiste en Europe. Au-delà des opérations musclées menées à Verviers, Molenbeek et ailleurs, le pays bruisse de soupçons. Cette semaine, Liège redoutait d'être privée de la présence de l'ambassadrice américaine à l'inauguration d'une exposition intitulée « Glory and Gratitude », célébrant l'opération humanitaire lancée en 1914 par les Américains pour ravitailler en produits de première nécessité ses écoles primaires : un membre de la sécurité du musée figure sur une liste d'une douzaine d'agents municipaux (sur 6 000) soupçonnés de liens avec les réseaux terroristes.

Quand un premier attentat aura eu lieu lors d'un sommet européen, d'une session du Parlement ou aux abords de la Commission, la bulle sera définitivement percée.

Il faudra alors encore plus de courage et d'intelligence politiques pour reconstruire la juste distance entre, d'un côté, la réalité sociale, avec son lot de risques et de troubles, et d'autre part, une action politique qui vise le juste équilibre entre la préservation des libertés et le besoin de sécurité. Pour reconstruire la bulle, autrement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2015 à 9:04 :
ILS ONTS ONT NIEZ LE RECHAUFEMENT CLIMATIQUE? ILS NIEZ LA MONTE DES ESTREMISTES RADICAUX? ILS SUBISSENT AUJOURDHUI LES CONSECANCES DE LEURS AVEUGLEMENTS ? ESPERONT QU IL N EST PAS TROP TARD . CAR NOUS ALLONS VIVRE UNE PERIODE DIFICILE POUR TOUS LES HUMAINS ET PERSONNE NE SERAS EPARGNEZ???
a écrit le 06/12/2015 à 18:25 :
jeter un coup d'oeil sur le coordinateur de l'action anti-terrorisme au conseil européen ca vaut le detour............
a écrit le 05/12/2015 à 23:58 :
A part du dénigrement et un appel à "plus de courage et d'intelligence" que l'auteur se garde bien de préciser, qu'y a-t-il dans cet article ? Une description de Bruxelles empreinte de poésie, mais quelle idée politiquement exploitable ? Aucune.
Ah si, on trouve une proposition vers la fin: il faut "reconstruire une juste distance". Très bien, mais pratiquement, aujourd'hui, en quoi consisterait cette "juste distance" ? Faut-il enlever les militaires ou faut-il les maintenir ? Faut-il continuer les contrôles ou faut-il les supprimer ? Faut-il rechercher les terroristes et leurs complices ou faut-il abandonner ?
Revenons sur terre svp.
a écrit le 05/12/2015 à 19:22 :
Ce serait bien de dégonfler la bulle sans attentats. Mais peut-etre pas possible. La bulle bruxelloise est comme toute les idéologies, elle nie la réalité.
a écrit le 05/12/2015 à 11:20 :
Excellent article, surtout pour le recul pris et l'excellente écriture, ce qui devient si rare à notre époque.
Réponse de le 05/12/2015 à 13:29 :
Effectivement un très bon article, original et bien écrit. Mais c'est le chroniqueur de Libération, Jean Quatremer, qui n'aimerait pas : "Touchez pas à mon modèle d'Europe, hors sol et idéale !"
a écrit le 05/12/2015 à 11:00 :
Le problème avec cette construction de l'UE c'est que l'on doit se fier simplement a ce que l'on nous raconte mais nullement aux actes qui en révèlent la réalité! Déjà une convergence sous la menace de pénalité devrait nous mettre la puce à l'oreille! Non?
C'est le type de centralisation à la soviétique! De l'autre coté on impose la décentralisation des États pour engendrer un "chaos" qui sera récupéré par une centralisation européenne!
On construit une dictature sous forme démocratique sans l'avis des peuples et bientôt sous domination complète des USA avec le TAFTA!
Réponse de le 05/12/2015 à 11:49 :
Enfin une analyse qu'on aimerait pouvoir aussi lire venant de notre presse française dite d'investigation.....
Au lieu de cela, nos journalistes et autres consultants préfèrent dédier des heures d'antenne à trouver des circonstances à un autre 'dieu' (et oui, le bon peuple en idolâtre d'autres) du foot qui crache sur le terrain pendant la Marseillaise.....
Les attentas, c'est déjà loin (?).....
Aux larmes, citoyens.......garder-en un peu pour la suite!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :