Europe politique cherche mode d'emploi

 |   |  324  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Par François Roche, conseiller éditorial à La Tribune.

La semaine qui s'ouvre aujourd'hui est probablement l'une des plus importantes qu'aient eue à affronter l'Union européenne et la zone euro. Au cours de ces derniers jours, un cadre général s'est dessiné, sur lequel, à Paris et à Berlin, on semble décidé à s'accorder et qui préfigure une révision assez fondamentale de la gouvernance de la zone euro, avec la mise en oeuvre d'une convergence budgétaire entre les Dix-Sept, assortie probablement de sanctions pour les contrevenants récidivistes, le tout sous la vigilance d'une sorte de supercontrôleur des Finances...

Mais cette organisation, dont il faudra naturellement préciser sérieusement les contours et le fonctionnement, ne règle pas les erreurs du passé. Depuis quelques jours, les marchés semblent plutôt dans de bonnes dispositions, mais c'est une phase tout à fait transitoire. Les acheteurs de dette souveraine ont entendu les discours, qui leur semblent aller dans le sens d'un meilleur fonctionnement de la zone euro, mais maintenant il faut des actes. Que fait-on des accords du 21 juillet et du 27 octobre sur le plan de sauvetage de la Grèce ? Quel schéma trouve-t-on sur le FESF (Fonds européen de stabilité financière) et le Mécanisme de stabilité pour leur donner les moyens dont ils ont besoin ? Le FMI interviendra-t-il dans le soutien aux pays de la zone euro en difficulté et sous quelle forme ?

La proposition de Wolfgang Schäuble visant à ce que chaque pays de la zone isole la portion de dette souveraine excédant 60% du PIB dans une structure ad hoc, avec un engagement de remboursement sur vingt ans, est-elle acceptable et techniquement viable ? C'est à toutes ces questions qu'Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et les autres dirigeants de la zone euro sont aujourd'hui dans l'ardente obligation de répondre. Leur projet politique est maintenant connu. Mais aujourd'hui, les acheteurs de dette souveraine ont besoin de ces réponses « techniques » pour retrouver confiance dans l'avenir de l'euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :