Valls, l'ultime esquive de François Hollande

 |   |  660  mots
(Crédits : DR)
En nommant Manuel Valls sous la pression, François Hollande fait là un aveu de faiblesse. Et il agit comme s'il n'avait pas écouté les électeurs, encore moins ceux de gauche. par Jean-Christophe Gallien Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne

Discret durant la semaine de l'entre deux tours, François Hollande avait juste évoqué le caractère « injuste » du vote des français. Une incroyable réaction de déni d'un Président de la République en exercice face à un premier tour des municipales qui traduisait comme l'a confirmé le second : un cri de rage silencieux de nos concitoyens. François Hollande semblait dire à demi mot : « Elisons un autre peuple » !

Tout a changé le soir du second tour. La déflagration de la dissolution du « socialisme municipal » a comme réveillé l'Elysée et arraché François Hollande à sa douce fiction. En moins de 24 heures Il a limogé Jean-Marc Ayrault et annoncé, une première, à la France des journaux télévisés de 20 heures, qu'il désignait Manuel Valls pour lui succéder.

Quel scénario à l'œuvre?

François Hollande réagit dans la crise. Moins de deux ans après son élection, il engage dans l'urgence un épisode dit de « combat » qui s'ajoute, succède, on ne sait pas très bien à la très récente séquence sociale libérale. Le tacticien politique, héritier des habiletés mitterrandiennes, semble subitement avoir perdu le contrôle du tempo et de la narration de son mandat. Un scénario est-il à l'œuvre ?

Le feu populaire qui brûle et se rapproche chaque jour davantage de l'Elysée ne pourra être arrêté, encore moins éteint par un changement de Premier ministre même accéléré et même avec le choix, tellement attendu, de Manuel Valls, personnage favori des sondages. Dans la tourmente, on attend un guide, un chef.

Pas un message d'autorité, plutôt un geste d'esquive

Avec cette décision, il ne s'agit pas d'un message d'autorité. Bien au contraire, geste d'esquive, c'est presqu'un aveu de faiblesse qui nourrit, à nouveau, l'enchainement terrible de cette présidence : crédibilité disputée, légitimité contestée, … confiance ajournée. François Hollande aurait dû et pu résister. Se montrer fort dans la tempête. Il se serait grandi dans le maintien de Jean Marc Ayrault. Au moins jusqu'à l'été prochain ! Certes, il n'y a pas de gouvernement sans crise, et on gouverne désormais dans la crise, mais là, l'erreur est grande. La suite immédiate avec l'effacement intercommunal programmé des socialistes puis la future percée du FN aux prochaines européennes va largement miner les premiers pas du nouveau locataire de Matignon. Et que dire des autres élections de mi mandat, celles de 2015 avec des régionales désormais à plus que haut risque pour le parti socialiste et ses alliés !

Présidentiable

Pour sortir de l'impasse, autour du plus populaire de ses ministres, il annonce un gouvernement de combat, enfin resserré, enfin dirigé, enfin discipliné. Il promet des ministres qui agissent, concentrés sur leur tache propre et qui gouvernent leurs administrations, au service du seul intérêt général du pays.

Il l'affirme, il a entendu les français mais on hésite à le croire. François Hollande n'a pas réellement écouté le peuple, encore moins le peuple de gauche. En nommant Manuel Valls, il agit comme s'il ne voulait pas renouer personnellement avec les français. François Hollande doit pourtant très vite se relier au pays réel. En finir avec une Présidence effacée, à distance, face à une France en tranchée qui gronde et qui rejette sans cesse les offres politiques depuis 2008. Il doit présidentialiser. Il doit s'engager, guider, s'exprimer, dresser la perspective et le tempo des séquences et incarner une seule direction en laissant le reste au gouvernement. Il doit surtout d'urgence obtenir, enfin, des résultats tangibles, faute de quoi, même les plus créatifs des narrateurs ne pourront plus rien pour sauver sa série et son personnage.

 

 *Président de j c g a

Membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2014 à 21:10 :
Francois HOLLANDE 2006 Extrait de devoirs de vérité stock "je préconise un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature... Si d'aventure, à l'occasion de cette vérification, une crise profonde se produisait ou des élections législatives intervenaient, contredisant l'élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence." Mais bon sang ,qu'attend t-il ???
Réponse de le 01/04/2014 à 22:15 :
Après leur avoir menti, il ne les écoute pas ? La belle affaire : il a été élu pour cela...
a écrit le 01/04/2014 à 16:44 :
Quant il va parler au peuple, il va falloir qu' il s' y prenne tôt !!!! Moi 1 er ....euh....ministre je vais....euh....règler les ...euh....problèmes de....euh......sécurité dans ....euh..... les ....euh....banlieues....euh.......etc..etc..., alors là il va falloir qu' il prenne des cours d' élocution !!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 01/04/2014 à 13:54 :
Cet article est incroyable : pensez-vous qu'il soit possible d'obtenir des résultats économiques en quelques mois, surtout avec une BCE qui ne fait pas son travail ?
D'autant plus que les résultats, si ils ne sont pas bons dans l'absolu, ne sont pas si mauvais en comparaison de ce qui se passe dans la zone euro.
En Allemagne, la croissance n'a été que de 0.4% (0.3 % en France), et le déficit budgétaire a légèrement augmenté, alors qu'il a quand même baissé de 0.6 % en France. On peut continuer à dénigrer et à raconter n'importe quoi.
Le seul qui avait vraiment posé le problème est Bayrou. Mais on ne peut pas raconter n'importe quoi, en déni de réalité, comme cet article.
Réponse de le 01/04/2014 à 14:20 :
Bien sur qu'il est possible d'obtenir des résultats en quelques mois.
Tiens 2 idées qui ne coûtent rien et qui ont un effet immédiat sur le chômage :
1°) Le code du travail ne s'applique qu'aux entreprises de plus de 10 salariés
2°) Tous les seuils sociaux applicables aux entreprises sont doublés
a écrit le 01/04/2014 à 13:41 :
Ne pourrait-on pas imaginer qu'il vaux mieux perdre toutes les élections locales (municipales aujourd'hui et régionales dans quelques temps) lorsqu'il faudra sabrer dans les dotations de l'Etat aux collectivités? Ou trouve t-on ces 50Mds€?
Il est plus facile de demander des efforts d'économies à ses ennemis politiques qu'à ses propres amis. Pour un peu, les collectivités majoritairement à droite devront augmenter les impôts locaux pour boucler leur budget! Leurs électeurs seront ravis!
Vu sous cet angle, la "déroute électorale" prend un tout autre sens...
a écrit le 01/04/2014 à 13:14 :
Hollande n'a pas écouté le peuple de gauche, certes. De là à dire qu'il n'a pas écouté le peuple est un raccourci osé.
Le peuple dans sa globalité souhaite-t-il une politique de gauche ? On peut en douter.
La seule issue pour Mr Hollande est de redresser la France, avec des mesures fortes comme l'a fait l'Allemagne en son temps et comme n'ont su le faire ni Sarkozy, ni Hollande ni leurs prédécesseurs.
Allez 1 partout et balle au centre car c'est d'actualité. Rappelons que le seul en 2007 qui posait le bon diagnostic était Mr Bayrou.
a écrit le 01/04/2014 à 12:54 :
Bon article,mais je crois qu'il y a eu rebellion d'une partie des socialistes.Il n'est pas sur que Hollande controle encore grand chose.Vals était probablement la seule solution de sauver la face pour un temps
a écrit le 01/04/2014 à 12:39 :
aveu de faiblesse ? on ne le croit pas ; plutôt un moyen de s'en débarrasser pour 2017 !
Hollande rêve de se représenter sans doute et de casser un éventuel adversaire de qualité
à suivre donc ....
Réponse de le 01/04/2014 à 22:18 :
Qui ça ? Où ça ? Quand ça ?
Si c'est de la qualité, ça doit dater des hommes des cavernes...
a écrit le 01/04/2014 à 12:34 :
Hollande n'a pas supprimé les règles scandaleuses de l'élection municipale. Qu'il applique la proportionnelle à un seul tour, sans magouille de 50% + le résultat dans les 50 % restants, comme on voit pour les élus du premier tour. Qu'il arrête ça tout de suite. Cette règle sert à limiter la casse pour les socialos. Là, ils auraient vraiment perdu sans.
a écrit le 01/04/2014 à 12:32 :
Pour répondre à "lrugence, 12:24" :
Cette non urgence répète bien le début de mandat de Hollande qui a pris des vacances pour commencer. Là pareil, week-end prolongé, enfin, 1 semaine de vacances.
a écrit le 01/04/2014 à 12:30 :
Comment Hollande peut-il parler d'injustice pour les maires PS non réélus ? Les ex-maires PS appartenaient, soutenaient, appliquaient une idéologie malheureusement majoritaire au scrutin présidentiel. Qu'ils le fassent sur un plan local les sauvegarderaient ? NON ! Je sais bien que les gauchistes aiment les différences entre le local et le national, pour y perdre l'électeur, comme par exemple, avoir des ministres écolos au gouvernement, et sur le plan local, être opposé aux directives européennes sur la chasse et soutenir les chasseurs.
QUELLE HONTE ! L'INJUSTICE, c'est d'avoir un président comme Hollande.
a écrit le 01/04/2014 à 12:26 :
Hollande n'a aucun charisme, aucun professionnalisme, aucune passion, aucun goût, il a juste fait un régime et changé de costume pour être dans le paraître, paraître bien, mais au fond, il n'y a rien dans le fond... le fond est creux.
DEMISSION !
Réponse de le 01/04/2014 à 12:39 :
Et maintenant, il n' aplus :
de pognon
de cap
de majorité (sur sa gauche)
de vraie politique

C'est devenu un "fantoche" !!
Réponse de le 01/04/2014 à 12:52 :
Il n'a meme pas fait un régime,il a maigri parce qu'il avait un cancer.Meme pas foutu de manger moins!
Réponse de le 01/04/2014 à 14:23 :
qui vous a dit qu'il avait eu cette maladie?? ce n'est pas parce que l'on se fait opérer de la prostate, que c'est malin "...on a vite fait de raconter des blablas!
Réponse de le 01/04/2014 à 15:40 :
et encore..! connaissez vous la blague de F Raynaud et le costume...on en dira pas plus.....
a écrit le 01/04/2014 à 12:24 :
Dans quelle urgence est le président, aucune.
Il a déjà mis 24 heures pour nommer un premier ministre.
Le mardi, car 1er avril, rien.
Le mercredi, donc 72 h après, nomination des ministres.
Le jeudi, donc 96 h après, premier conseil des ministres, bal des débutants.
Le vendredi, vous croyez qu'ils vont bosser.
Ca fait déjà une semaine de cassée, à la commencer le jeudi. Même pas 35 heures.
LAMENTABLE.
a écrit le 01/04/2014 à 12:21 :
le seul remaniement qui tienne, c'est qu'Hollande démissionne après avoir dissous l'assemblée nationale, là, on aura une représentation actualisée des Français. Nommer Valls, mimant une droite ringarde, et pour le reste, des ministres socialocommunistes, on va dans le mur.
Réponse de le 01/04/2014 à 12:43 :
ce que les politiques ne comprennent pas : le peuple est las des décisions ultra libérales de Bruxelles ! attendons une nouvelle abstention aux européennes !
aucun choix à ces élections puisque tout est déjà imposé au peuple : rigueur
et récession - les politiques sont trop loin des réalités du quotidien du plus grand nombre ! incompréhension ...
a écrit le 01/04/2014 à 12:20 :
Vals le coléreux!....et les résultats, ils sont où jusqu'à présent?!
a écrit le 01/04/2014 à 12:19 :
Entre 30000 et 45000 chômeurs de plus par mois. Et Hollande parle d'injustice pour les maires, qui se reposant sur les autres se voient privés de mandats. C'est bien un socialiste, toujours dépendant des autres.
Réponse de le 01/04/2014 à 12:45 :
le flot des nouveaux chomeurs est aussi le résultat d'une décennie perdue donc avant qu'hollande ne prenne la place .....
a écrit le 01/04/2014 à 11:44 :
y'a t'il un pilote à bord ?!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :