Ce que veut dire l'émergence de réseaux sans réseau

 |   |  642  mots
A Hong Kong, les manifestants ont utilisé l'application FireChat, qui permet de communiquer sans passer par un réseau officiel
A Hong Kong, les manifestants ont utilisé l'application FireChat, qui permet de communiquer sans passer par un réseau officiel (Crédits : reuters.com)
Les réseaux Mesh, totalement décentralisés, permettant de se connecter sans passer par internet. Laura Ghebali, pôle Technologie de l'Observatoire du Long Terme

Nous assistons depuis quelques mois à l'émergence de réseaux Mesh - c'est-à-dire de réseaux totalement décentralisés, ne reposant pas sur les infrastructures des fournisseurs d'accès ou des opérateurs téléphoniques.  Concrètement, grâce aux réseaux Mesh, des personnes utilisant la même application, séparées l'une de l'autre par une distance allant jusqu'à 60 mètres environ, peuvent maintenant se connecter sans passer par internet en créant une nouvelle infrastructure, dont la capacité augmente grâce à chaque nouvel utilisateur.

social network



Un tel réseau n'utilisant que les moyens mobiles de ses utilisateurs sans passer par un point central, ces réseaux sont un excellent moyen, par exemple, pour contourner la censure ! C'est dans ce cadre-là que l'application FireChat a connu un essor particulièrement important lors des derniers mouvements sociaux à Hong Kong. Alors que l'armée chinoise menaçait de bloquer les contenus partagés sur les réseaux sociaux, l'AFP expliquait que l'application Firechat aurait été  téléchargée plus de 100 000 fois en 24heures (cf AFP, le 1er octobre). En leur permettant de rester connectés alors même que les réseaux habituels leurs faisaient défaut, l'application est devenu un outil indispensable pour ces manifestants.

Se défendre face à des gouvernements autoritaires


Outils puissants et efficaces permettant notamment de promouvoir la démocratie lors de mouvements sociaux et de se défendre face à des gouvernements autoritaires, les réseaux Mesh pourraient aussi permettre de communiquer et de coordonner les efforts dans des situations d'urgences dans lesquelles les infrastructures classiques ne fonctionnent plus, tels que des désastres naturels. Ces « nouveaux » réseaux s'avèreraient aussi être un excellent moyen de connecter des milieux ruraux actuellement isolés, pour un investissement relativement modeste, ou même des quartiers pauvres de pays en voie de développement.

Sans passer par un opérateur...

Mais quelle différence avec les logiciels Peer To Peer ? Ce dernier est en effet souvent définit comme l'ancêtre du réseau Mesh, mais se sont en réalité des approches complémentaires. Le Peer To Peer s'appuie sur un réseau classique mais c'est le logiciel de partage d'information qui s'opére entre deux postes connectés au réseau, en utilisant internet - ce qui suppose de passer par des infrastructures d'un fournisseur d'accès. Les réseaux Mesh font communiquer une information en utilisant d'autres utilisateurs pour faire passer l'information, sans passer par un opérateur, ce qui réduit fortement les possibilités de contrôle.  

Ces deux phénomènes - l'évolution d'applications Peer To Peer et la naissance des réseaux mesh - indiquent à quel point les réseaux de communications ne cessent d'évoluer. De nouveaux acteurs intègrent le marché pour optimiser les connections, qui deviennent de plus en plus indispensable tant d'un point de vue pratique que culturel !  Citons par exemple le géant Open Garden, créateur de Firechat, qui développe des applications de partage communautaire de connexion internet avec une transmission de données ultra rapide. L'idée étant de faire des réseaux partagés l'internet de demain - et d'accroître la connectivité des populations ! 

Et si l'on prend en compte que le nombre d'utilisateurs mobiles a atteint plus de 1.4 milliard dans le monde (source ABI Research) et que les smartphones, généralement nécessaires pour ce type d'applications, sont de moins en moins chers (à partir d'une vingtaine d'euros), il n'est pas impossible que ce type d'application se développe fortement dans les années qui viennent - à commencer par là où les réseaux sont fortement contrôlés, ceux pour lequels les abonnements téléphoniques sont trop chers (les mesh apps n'utilisant pas la carte SIM)...

Laura Ghebali, pôle Technologie de l'Observatoire du Long Terme

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2015 à 11:38 :
Je crois que vous avez fait quelques confusion entre Web et Internet... Mesh n'est qu'un artefact des réseaux maillés (filaires ou wireless, peu importe) qui n'ont que la particularité de se déployer suivant la norme OLSR d'Internet. pour comprendre un peu... il faut se souvenir qu'Internet n'est pas un protocole de communication mais une pile de protocoles... Enfin comme l'a déjà dit un commentateur, il est toujours possible de brouiller tout système de communication dans une zone donnée, mesh, talkies-walkies compris, et tout ce que vous pouvez imaginer...
a écrit le 06/01/2015 à 20:57 :
Réseaux Mesh??? Ça impressionne, mais c'est tout simplement des réseaux maillés
a écrit le 06/01/2015 à 13:44 :
Quelle est le moyen de transmission d'individu à individu: WIFI, Bluetooth, voir même gsm sans relai?
Si c'est le cas se sont des technologies sans fil pas bien compliqué à brouiller en masse…
Reste l'infrarouge sur les vieux tel, le câble ou même la lumière via des boitiers émetteur/récepteur :) ??

Eclairez moi svp.
Réponse de le 06/01/2015 à 20:26 :
"des technologies sans fil pas bien compliqué à brouiller en masse… " Non.
Si vous aviez 2-3 connaissances en onde, vous sauriez que pour brouiller, il faut émettre à une puissance et une distance efficaces.
Là, dans ce cas, ce sont des quasi-virus utilisant un émetteur/récepteur en passerelle. Et si c'est bien conçu, en plus, avec des protocoles changeants histoire de faire comme SWIFT. Le réseau bancaire.
Il existe maintenant des millions d'émetteurs/récepteurs rien que dans une grande ville. Et des milliers en zone peu peuplée...
C'est pour ça que la gogole espionnite a réussi à capter autant d'infos juste en passant dans les rues pour les "photographier"...
Réponse de le 07/01/2015 à 14:46 :
J'aujouterai que le système pyramidale des communications promu par les opérateurs et les états n'est qu'un moyen de gagner de l'argent et de controler les citoyens. En effet, les réseaux maillés est ce qu'il y a de plus simple et de moins cher à mettre en place dans les lieux urbanisés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :