La reprise plombée par la construction

 |  | 514 mots
Lecture 3 min.
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi./ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la reprise française plombée par la construction.

L'activité dans la construction est en chute libre. A tel point que ce secteur tire la croissance vers le bas et aura coûté près de 0,3 point de PIB à la France en 2014. Un chiffre à rapporter au 0,4% attendu pour l'ensemble de l'année.

La construction explique pour près des deux-tiers l'écart de croissance avec l'Allemagne. La conclusion s'impose : le frein de la France, c'est d'abord le secteur de la construction.

Et pour 2015 ?

Pour le savoir, il faut établir un diagnostic précis de l'ensemble de la filière. Côté travaux publics, tous les voyants ont depuis longtemps viré au rouge: le volume d'activité est tombé sous la barre des 44 milliards d'euros fin 2014 et le bilan des 7 dernières années est terrible : un cinquième du chiffre d'affaires s'est volatilisé.

La tendance des marchés conclus, les anticipations des entrepreneurs eux-mêmes, qui ne sont plus qu'à 6 points du plancher historique de 1984, prennent toutes la même direction : celle d'un enlisement.

Ce n'est pas beaucoup mieux du côté du bâtiment

Dans le neuf, les mises en chantier de logements sont tombées en novembre sous le seuil symbolique des 300.000 unités pour la première fois depuis 1998. La tendance n'est pas plus flatteuse du côté du non résidentiel.

Avec 25,5 millions de m² de locaux construits sur les 12 derniers mois, le niveau reste très bas. Et là, comme pour les travaux publics, l'orientation des indicateurs avancés n'est pas bonne : les demandes de permis de construire auront fléchi en 2014, respectivement de 12 et 11% dans le logement et le non résidentiel, selon nos estimations.

Les constructeurs ne peuvent pas se réfugier sur le marché de l'entretien-rénovation, lui aussi en berne. Tous les moteurs sont donc grippés et l'année 2015 ne sera toujours pas celle de la reprise pour la construction.

La chape de plomb

Hors effet prix, l'activité reculera encore de 1,5% selon notre scénario après déjà plus de 3% de baisse en 2014.

Il suffit d'observer l'historique des évolutions de l'activité du BTP et des autres branches d'activité depuis 2000 pour voir que cela va peser comme une chape de plomb sur l'ensemble de l'économie.

Comme les évolutions en termes de richesse créée, c'est-à-dire de valeur ajoutée, sont du même acabit, c'est bien l'ensemble de la croissance française qui sera de nouveau plombée par la construction en 2015. La photo, très noire, est à nuancer car les difficultés vont se concentrer sur le premier semestre.

C'est le temps nécessaire pour que les trois plans de relance du bâtiment successivement annoncés en 2014 donnent leur plein effet et que la reprise anticipée de l'investissement des entreprises, après avoir profité au remplacement du matériel en place, aille vers l'extension des capacités. Il faudra donc patienter jusqu'en 2016 pour voir le BTP contribuer enfin positivement à la croissance et permettre réellement à l'économie française de redécoller.

 >> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2015 à 13:46 :
ça va permettre au moins de faire le tri parmi les artisans et auto entrepreneurs.
a écrit le 18/01/2015 à 9:43 :
Quand en plus 10% des ouvriers travaillant sur les chantiers sont français..........on comprend pourquoi le chômage ne baisse pas , on est envahi par des travailleurs de pays européens il serait temps d'imposer des quotas de travailleurs étrangers et de demander à l’éducation nationale de former des jeunes pour des métiers dont le pays a besoin pas pour en faire des chômeurs,mais avec les sectaires gauchistes.........
a écrit le 17/01/2015 à 21:39 :
Que c'est beau, les tenants de l'économie libérale pleurent après les subventions de l'Etat. Parce que les aides fiscales sont des subventions au bâtiment.
a écrit le 17/01/2015 à 19:57 :
Ce n est pas les lois qui font avancés les choses!!!il serait bon de prendre conscience que l Europe est bien responsable de ce désastre!!!! avant l euro cela marché plutôt mieux pour tout les pays n en déplaisent a certains mais le constat est bien réel!!!!!alors continuons a ce voilé la face!!et quand tout le monde aura compris que la crise sert les intérêts de certains au détriment des autres et que la crise est voulue faute de guerre!!!!
Réponse de le 03/02/2015 à 11:07 :
Pas très lucide quant à l'expression écrite, il aurait été préférable d'écrire : Ce ne sont pas les lois qui font AVANCER les choses.......Avant l'euro cela MARCHAIT plutôt mieux pour TOUS les pays. Mais continuons à se VOILER la face...."
a écrit le 17/01/2015 à 15:13 :
« Quand le bâtient va, tout va ! » dit le proverbe ! La loi Alur n'a rien arrangé, c'est sûr, mais l'essentiel n'est pas là. Il est dans l'excès de concurrence au service du consommateur exclusivement et aussi de concurrences déloyales comme le travail au noir, le bricolage, la robotisation et les délocalisations ne supportant aucune charge.
Ces concurrences excessives ruinent la demande de chômeurs de plus en plus nombreux en même temps que les États dont les recettes diminuent alors que leurs dépenses augmentent. Nous sommes enfoncés dans l'erreur de la pensée unique qui oublie non seulement que des prix ne remplacent pas un revenu mais qu'ils prospèrent à ses dépens : c'est le chien qui se mord la queue, jusqu'à quand ?
a écrit le 16/01/2015 à 15:09 :
Comment dissuader un investisseur dans l'immobillier :
Alur,ISF,CSG et la petite dernière la revalorisation des valeurs locatives des taxes foncieres.
Ah oui j'oubliais l'instabilité fiscale ...

Au secours !
Réponse de le 16/01/2015 à 17:08 :
Tu oublies le dumping social qui a effondré le recrutement local, fait chuter les salaires et finalement, la qualité du bâti. Les investisseurs ne sont pas demeurés au point d'acheter une bien de mauvaise qualité au prix fort. Et malgré l’appât de l'avantage fiscal, impossible de ferrer le poisson qui voit venir le matraquage des taxes.
a écrit le 16/01/2015 à 14:34 :
Quand on confie le ministère du logement à Mme Duflot et que l'on fait rédiger une loi "ALUR" par une bande de barbus adeptes de la décroissance...
a écrit le 16/01/2015 à 14:27 :
on est curieux de voir les effets du ' plan batiment', vu que ce dernier n'interesse personne!!!!!
pour le reste, l'investissement est en chute libre aussi, si ca peut rassurer sur le fait que le batiment n'est pas le seul a emmener l'economie vers le bas...
Réponse de le 16/01/2015 à 14:42 :
notre taux d'investissement est plus élevé que Germanie, et bien plus que UK.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :