Combien valent les entreprises rentables ?

L'évaluation des entreprises, même profitables, n'a rien d'une science exacte. Par Gilles Lecointre, Enseignant à l'ESSEC, entrepreneur conseil en stratégies de PME

4 mn

(Crédits : Reuters)

J'ai évoqué, dans un article précédent, la difficulté d'évaluer les TPE /PME qui ne dégagent pas de résultat significatif. Pour ce type d'entreprises qui constituent l'immense majorité de notre tissu entrepreneurial, il n'y a pas de valeur financière. Seule compte alors leur valeur « sociale », celle qui correspond aux emplois directs et indirects créés, au bien être induit par la consommation des produits et services qu'elles distribuent et aux impôts dont elles s'acquittent.

Combien de profit et pour combien de temps ?

Pour les entreprises (minoritaires) qui sont rentables régulièrement, le problème est, en apparence, plus simple à aborder. En effet si l'on part de l'idée qu'une entreprise est avant toutes choses une machine destinée à générer du profit, la question centrale de la valeur devient : combien de profit et pour combien de temps ? Bien des méthodes financières ont été inspirées par ce principe mais, malgré les nombreuses variantes imaginées, elles se rejoignent toutes. Grosso modo, il s'agit de calculer l'espérance de gains futurs cumulés sur une certaine période de temps.

La question de l'actualisation

Ce genre de méthodes est peu critiquable en théorie. Dire qu'une entreprise vaut une certaine quotité de ses revenus futurs est fondé : cela revient à se placer dans une logique d'investissement, l'entreprise étant un placement qui doit rapporter un certain rendement à son propriétaire, son acquéreur éventuel, son actionnaire. Mais là où cela se complique, c'est quand on passe à la phase pratique. Il se pose alors plusieurs questions qui se ramènent toutes à la gestion d'un seul paramètre, celui du temps. Sur combien d'années dois-je calculer, comment je compare les flux financiers de périodes différentes, comment j'intègre les aléas de mes prévisions ? Toutes ces interrogations convergent vers une « pensée unique » et une solution, l'actualisation.

Des méthodes problématiques

Ce n'est pas le lieu de rentrer dans la technique calculatoire de cette logique, mais faisons cependant quelques remarques de bon sens. Les prévisions économiques s'avèrent (y compris à très court terme) largement démenties. J'invite tous ceux qui ont eu l'occasion de faire des business plans, à avoir l'humilité de revenir sur leur contenu quelques années après leur acceptation....Donc, il s'agit d'être très prudent sur le poids relatif de telles prévisions dans l'estimation de la valeur d'une entreprise. Ensuite, le choix du nombre d'années de la prévision et du taux d'actualisation a un impact considérable sur le résultat final de la valeur estimée (en théorie on peut passer de 2 fois à 16 fois le résultat annuel moyen attendu !).

C'est pourquoi, la pratique généralisée des méthodes financières d'actualisation pour estimer le prix d'une entreprise est extrêmement problématique, tout simplement parce que ces méthodes ne sont pas stables et s'avèrent trop sensibles à la détermination des hypothèses qui en conditionnent le résultat .Cette faiblesse est bien évidemment accentuée aujourd'hui par la volatilité de notre monde économique. Il suffit, pour s'en convaincre définitivement, de confronter le prix estimé par ces méthodes au prix réel de cession des entreprises.

Marier les approches


Alors, que faire ? Pour faire émerger une solution équilibrée et plus fiable, il est conseillé de marier trois approches à l'esprit différent. Il faut intégrer à la fois le passé de l'entreprise, son présent et son avenir. Le passé, c'est le stock, net de dettes, des valeurs matérielles ou immatérielles qui ont été accumulées par l'entreprise depuis sa création. L'ensemble de ces valeurs représentent les racines de l'entreprise ; plus ces racines sont profondes et bien ancrées sur sa zone de chalandise, meilleures sont les chances d'avenir.

Le présent, c'est le « positionnement stratégique » adopté par l'entreprise. En d'autres termes c'est ce qui constitue son « fonds de commerce » c'est-à-dire sa clientèle, ses produits, son potentiel de développement, son organisation, son marché... Enfin l'avenir c'est la capacité à exister sur le long terme en dégageant suffisamment de rentabilité pour faire tourner la machine et la faire avancer plus loin.
Cette approche plurielle est parfaitement possible et souhaitable. J'en fais l'expérience pratique depuis plus de dix années après avoir examiné des milliers de cas de transmission d'entreprises.

Pour conclure et donner un exemple pratique, sachez qu'en moyenne, j'ai pu établir qu'une entreprise se négociait à peu près la valeur d'une fois son passé plus deux fois son avenir. Voilà une formule sur laquelle il convient de méditer et qui, somme toute, semble parfaitement morale ! Sans passé il n'y a pas d'avenir, mais l'avenir est incertain et il convient de primer l'entrepreneur qui prend le risque de le dessiner.

Gilles LECOINTRE
Enseignant à l'ESSEC, entrepreneur conseil en stratégies de PME

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 23/12/2015 à 15:36
Signaler
II/ Une fois exposé, ci-dessous, la manière si particulière d'agir pour créer des champions, on ne peut, c'est le paradoxe, ne pas s'en féliciter car ils représentent finalement notre savoir faire. La discussion de la formation d'un fonds national pr...

à écrit le 23/12/2015 à 13:20
Signaler
La finalité de l'entreprise n'est pas de générer du profit, mais de créer de la valeur pour ses acteurs (salariés, clients, état, actionnaires, … ). Le profit est simplement la part qui revient aux propriétaires.

le 24/12/2015 à 9:08
Signaler
et , vous faites comment la difference entre ... " actionnaires " et ..." proprietaires " ? remarquez , vu la teneur de l'article ...rien de surpernant dans les commentaires .

le 24/12/2015 à 11:27
Signaler
Manifestement votre réflexion très hors sol.... il en faut mais pas trop cependant pour rester crédible avant toute chose. Laissons faire les patrons des entreprises:l'emploi est ici sauf pour...les fonctionnaires.

à écrit le 23/12/2015 à 13:06
Signaler
I/ Les professeurs se sont transposés en lobbyistes. Ainsi certains se spécialisent : l'automobile pour celui-ci de Dauphine, les start-up pour celui là... ici la question de l'Argus des entreprises. Il faut clairement dire le mot. Ce qui pose la que...

à écrit le 23/12/2015 à 12:03
Signaler
Cet article témoigne que les petites entreprises ne valent rien aux yeux de la finance en France. On comprend pourquoi 1)il est impossible de financer la trésorerie 2)le taux de défaillances est si élevé 3)linovation est en panne Chômage....

à écrit le 23/12/2015 à 11:21
Signaler
Monsieur Lecointre vous oubliez de mentionner un paramètre important ;un acheteur et un vendeur peuvent très bien tomber d'accord sur un prix de cession suivant votre méthode ou une autre au final c'est la banque qui fixe le prix en accordant ou non ...

à écrit le 23/12/2015 à 11:21
Signaler
Monsieur Lecointre vous oubliez de mentionner un paramètre important ;un acheteur et un vendeur peuvent très bien tomber d'accord sur un prix de cession suivant votre méthode ou une autre au final c'est la banque qui fixe le prix en accordant ou non ...

le 24/12/2015 à 11:25
Signaler
Il y a certains qui écrivent des livres encore faut-il savoir si c'est le fruit de théories ou du bon sens issu de la vraie vie des entreprises...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.