L'économie numérique façon Macron pour sauver Hollande ?

 |   |  610  mots
(Crédits : DR)
François Hollande, qui connaît son histoire de la Ve République sur le bout des doigts, pourrait bien utiliser une ruse mitterrandienne pour se remettre au centre du jeu... Par Arno Pons, directeur général de l'agence 5ème Gauche (Groupe Herezie), enseignant à SciencesPo.

Si les socialistes sont aujourd'hui plus que jamais divisés entre, d'un côté des sociaux-démocrates pragmatiques, et de l'autre, des frondeurs dogmatiques, cela n'est peut-être pas pour déplaire à l'Elysée. Cette fracture est potentiellement vue par Hollande comme une ligne d'équilibre pouvant le sauver.

Dans ce scénario, François Hollande, une fois de plus, s'inspirerait d'une stratégie mitterrandienne en faisant le pari de créer une force politique qui le remet au centre du jeu.

Et qui, aujourd'hui, peut remettre Hollande dans la partie si ce n'est Macron ? Macron pourrait être à Hollande ce que Lalonde était à Mitterrand. Et le thème de la nouvelle économie, le levier électoral que fut l'écologie.

Positionnement "ni droite ni gauche"

Souvenons-nous quand Brice Lalonde créa en 1992 "Génération écologie" sous l'oeil complice de François Mitterrand alors qu'il était ministre de l'Ecologie du gouvernement Rocard.

Génération écologie n'était volontairement pas un parti politique au sens classique du terme mais "la matrice d'un mouvement d'idées et d'actions ambitieuses". Un mouvement qui revendiquait officiellement un positionnement "ni droite ni gauche" bien que Brice Lalonde fut membre du gouvernement... D'ailleurs Génération écologie avait été créé avec des profils volontairement iconoclastes: Jean-Michel Belorgey (PS), Alain Carignon (RPR), Corine Lepage, Noël Mamère, Jean-Louis Borloo, et Haroun Tazieff.

Pari gagnant à court et à long terme

Remplacez maintenant Brice Lalonde par Emmanuel Macron, Haroun Tazieff par Nicolas Hulot, écologie par économie numérique, et vous comprendrez que nous vivons une aventure très similaire. Cette initiative n'est effectivement pas sans rappeler celle aujourd'hui d'Emmanuel Macron avec "En Marche!" qui est aussi un mouvement politique et non pas un parti, et avec le même positionnement "pas à droite, pas à gauche".

Si Génération écologie ne resta finalement qu'une comète dans l'histoire de la politique française, les leçons à tirer de son succès sont en revanche aujourd'hui éclairantes. Il permit effectivement d'installer dans le paysage politique une écologie de gouvernement compatible avec la gauche de gouvernement, prenant ainsi de la distance avec les écologistes les plus radicaux. Ce pari se montra gagnant à court et à long terme.

Une des plus belles pages de l'histoire de la gauche

A court terme puisque, en moins de deux ans, Brice Lalonde réussit à passer devant les Verts avec un résultat spectaculaire aux régionales de 1992 (avec 7,1% des votes, ce qui représentait 11% des sièges).

Et à long terme car, en rompant avec l'idée d'une alternative écologiste proche des idéaux alter-mondialistes, il offrit les conditions de la création d'une gauche plurielle qui permit d'écrire l'une des plus belles pages de l'histoire de la gauche sous Lionel Jospin.

François Hollande, qui connaît son histoire de la Ve République sur le bout des doigts, a donc peut-être trouvé via Macron une triple stratégie : à court terme, en empêchant Valls d'incarner le renouveau; à moyen terme, en récupérant des voix centristes pour le second tour; et à plus long terme, en modernisant les idées socialistes afin de créer, en cas de second mandat, les conditions d'une gauche plurielle incluant les libéraux à la place des frondeurs.

Une telle opération aurait de grandes conséquences car elle orienterait le parti socialiste définitivement vers un axe libéral, en faisant de l'économie numérique sa nouvelle aventure programmatique.

Evidemment, si ce pari existait, il reposerait entièrement sur la loyauté de Macron. Si celui-ci se prenait à rêver, en se voyant calife à la place du calife, alors Hollande, qui se pensait en Machiavel, finirait en Docteur Frankenstein...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/07/2016 à 14:59 :
Très bien vu d'un point de vue stratégie de communication
a écrit le 24/07/2016 à 21:42 :
Se baser sur la loyauté en politique est une belle preuve de naïveté. Mais Hollande n'a pas d'autres choix que de faire des paris risqués vu son niveau dans les sondages.
a écrit le 24/07/2016 à 14:13 :
Macron sauveur du PS? Quel drôle de pari.
a écrit le 24/07/2016 à 7:43 :
Il ne s'agit pas de numérique mais d'énergie. Nous en reparlerons.
a écrit le 24/07/2016 à 1:32 :
Une nouvelle social-démocratie qui dépend de la nouvelle économie. Voilà une vision bien moderne de la politique. Je crains que ce soit une vision bien optimiste des choses
a écrit le 23/07/2016 à 15:34 :
Et potentiellement une des plus belles pages de la droite si Macron devient le 1er Ministre du candidat Républicain
a écrit le 23/07/2016 à 15:33 :
La virtualisation ou l'art de faire croire a une autre réalité!
a écrit le 23/07/2016 à 15:22 :
Ils sont au pouvoir ces mecs, ils ne peuvent pas faire aujourd'hui au lieu de promettre pour demain?
a écrit le 23/07/2016 à 14:50 :
Si seulement c'était vrai! J'ai bien peur que ce prof de SciencesPo décrypte une stratégie qui n'existe pas
a écrit le 23/07/2016 à 14:20 :
J'ai bien peur que cette analyse soit plus intelligente que son sujet
a écrit le 23/07/2016 à 11:29 :
Si c'est le cas il va falloir accélérer car un ticket Juppé-NKM mettrait du plomb dans l'aile de ce scénario
a écrit le 23/07/2016 à 11:19 :
Tout juste. Sauf que Lalonde n'avait aucune chance d'être un jour président.
a écrit le 23/07/2016 à 11:01 :
Quand je pense à tous ces jeunes Macronistes qui finalement seraient "En Marche"...pour Hollande.
a écrit le 23/07/2016 à 10:57 :
Il n'est pas ministre du Numerique Macron? Le bilan?
a écrit le 23/07/2016 à 10:54 :
Je comprends la logique, Macron crée un énième mouvement dans un centre divisé comme Lalonde l'avait fait dans une écologie divisée pour rapporter des voix à Hollande.
Mais il faut qu'il "politise le numérique" en en faisant un vrai projet de société qui dépasse l'économie. Ce qui n'est pas gagné, parce que pour l'instant à part visiter des start-up ile ne fait pas grand chose de concret.
a écrit le 23/07/2016 à 10:24 :
Très malin cette tribune. Cela revient à dire que Macron est un peu le Al Gore français, c'est à dire celui qui va préparer son pays au virage numérique (ce qui n'est pas incompatible avec un engagement écologique).
Le problème à tout ça c'est que Hollande n'est ni Clinton, ni Mitterrand.
a écrit le 23/07/2016 à 10:17 :
Il ne manquerait plus Borloo et Hulot rejoignent Macron, et la boucle serait bouclée.
a écrit le 23/07/2016 à 9:58 :
Encore un discours abscon et une théorie fumeuse !!!!
Un politique pragmatique qui aurait tout simplement du bon sens serait certainement le bienvenu.
a écrit le 22/07/2016 à 21:32 :
Je valide à 100% cette analyse. Le numérique est à notre génération ce que l.écologie était à celle de nos parents. Penser que le Numerique se limite à l.economie s'est faire la même erreur que ceux qui pensaient que l'écologie était pour les anti-nucléaires dans la fin des années 70.
Le Numerique est un sujet politique transversal et réformateur qui n'est pas compris en France. On cite la silicon valley comme eldorado, mais on refuse de prendre le sujet sérieusement. Dommage
a écrit le 22/07/2016 à 18:46 :
Beaucoup de spéculations:
1- La situation politique d'aujourd'hui n' a rien a voir avec celle de Francois MITTERAND en 1990.
2 - L'écologie touche l'ensemble de la planète et de ses occupants alors que le numérique occupe des groupes économiques restreints, et, ne bouleversera pas les résultats électoraux de 2017.
3- Génération Ecologie, l'écologie responsable, toujours là, fête ses 25 ans cette année
a écrit le 22/07/2016 à 18:33 :
Si cette "triple" stratégie était avérée, elle serait brillante.
a écrit le 22/07/2016 à 17:03 :
Pas d'accord avec le terme social-démocrate de Pons. Social-libéral à la sauce Schroeder oui , mais la politique de l'offre et la mise en cause du droit du travail n'ont rien à voir avec la social-démocratie historique.
Quant au calcul présumé de FH , je pense que Pons a raison,c'est son calcul mais il est condamné à l'échec.En plus, Macron peut lancer sa candidature et s'il a des bons sondages,se retirer en faveur de Juppé,en échange de la promesse d'être premier ministre car Macron récolte des voix surtout à droite.
Le problème de Valls et FH est que l'espace politique de la droite et du centre droit est déjà occupé par beaucoup de monde (UMP,UDI ,Modem et sans doute bientôt Macron).
Par contre l'espace politique à gauche,n'est occupé que par Melenchon (certains sondages donnent déjà celui-ci devant FH au premier tour).
Quant à l'histoire de la nouvelle économie et l'économie numérique ,c'est de la fumisterie.
Le problème principal,non résolu par FH, est le chômage et l'économie numérique détruit beaucoup plus d'emplois qu'elle n'en crée.
Une majorité d'électeurs de 2017 ne se laissera berner par des communicants
a écrit le 22/07/2016 à 15:33 :
Une nouvelle gauche plurielle et moderne autour de la nouvelle économie. Voilà qui devrait faire rêver un PS sclérosé.
a écrit le 22/07/2016 à 15:05 :
Croisons les doigts pour que je Numerique prenne une vraie place aux présidentielles. Macron serait effectivement le bon porte parole de cette nouvelle force politique (que ce soit pour lui-même ou Hollande)
a écrit le 22/07/2016 à 12:05 :
ok mai Macron n'a rien démontré en matière de Numerique alors que Lalonde avait fait avancer l'écologie.
Et l'absence de propositions commence à se faire sentir alors qu'à droite NKM a déjà fait des propositions concrètes.
a écrit le 22/07/2016 à 11:56 :
Si le PS fait de la nouvelle économie un beau projet politique comme l'a été l'écologie, alors là je vote pour.
Mais pour qui du coup?
Macron ou Hollande?
C'est pas clair leur histoire.
a écrit le 22/07/2016 à 11:50 :
J'avais oublié Lalonde et l'aventure Génération Ecologie. C'est vrai que Valls est un peu le Rocard de la présidence Hollande!
a écrit le 22/07/2016 à 11:45 :
Je suis carrément d’accord avec cette analyse. Je ne peux pas croire que Macron fasse tout ça sans l'aval de l'Elysée. C'est quand même un sacré pari!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :