La pente inquiétante du coût de la dépendance

 |   |  723  mots
(Crédits : Reuters)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la pente inquiétante du coût de la dépendance

VIDEO

L'équation de la dépendance est de plus en plus complexe et chère à résoudre pour les personnes âgées et leur famille avec côté ressources 1.830 euros, c'est le revenu disponible médian mensuel des retraités vivant en France métropolitaine et côté dépenses 2.200 euros environ, c'est la participation financière moyenne restant à la charge des résidents en Ehpad, quel que soit le statut de ce dernier.

La conclusion s'impose d'elle-même : le reste à charge s'avère en moyenne supérieur de 370 euros aux revenus courants des résidents, soit une enveloppe annuelle proche de 4.500 euros et les seules options (ou presque) pour la financer deviennent alors la mobilisation du patrimoine et de l'épargne ou le financement par la famille. En outre, cette somme peut très vite s'envoler selon le niveau de perte d'autonomie, selon le type de structure (les établissements privés à but lucratif sont en moyenne 40% plus chers que les établissements publics non hospitaliers) et selon la localisation géographique.

Un mois d'hébergement en Ehpad pour une personne en perte d'autonomie sévère après prise en compte des aides varie de 1.600 euros dans la Meuse à plus de 3.100 euros à Paris et dans les Hauts-de-Seine, soit du simple au double (ou presque). L'intégration dans l'équation de la durée moyenne de séjour dans un établissement, 3 ans en moyenne, permet de mieux mesurer l'impact sur les finances du résident et de son entourage de la prise en charge de la perte d'autonomie. En moyenne, le reste à charge s'élève à 79.200 euros. En face les revenus sont légèrement inférieurs à 66.000. Reste donc à financer un peu plus 13.300 euros. Le même calcul pour Paris et les Hauts de Seine, avec la prise en compte de revenus de retraités 30% supérieurs à la moyenne nationale, fait passer la facture à plus de 27.000 euros. Un sondage réalisé par la Drees montre comment l'équation financière se résout. 19% des résidents disposent de revenus personnels suffisants pour faire face à ce besoin de financement et 11% bénéficient d'allocations suffisantes pour couvrir leurs frais. 30% des hébergés sont donc abrités sans avoir dû mobiliser de ressources extraordinaires.

Une dépendance plus tardive, mais plus longue

À l'inverse, une petite moitié des personnes âgées en maison de retraite ont dû trouver l'argent ailleurs que dans leurs revenus ou la solidarité nationale. Ainsi, 27% ont puisé dans leur épargne, 11% ont demandé une aide financière à leur entourage, 5% ont été contraints de vendre leur logement ou une autre partie de leur patrimoine. Bien entendu, le placement dans un établissement spécialisé n'est pas une obligation, mais pour un niveau de dépendance élevé c'est bien souvent l'unique solution, le maintien à domicile étant encore plus onéreux. Si une personne classée GIR 1 (c'est-à-dire perte d'autonomie élevée) choisit de rester dans son logement, cela se traduit par la présence d'une aide à domicile. Pour rémunérer une personne pendant seize heures par jour au smic, il faut compter environ 4.750 euros par mois. En fonction de ses revenus mensuels, la personne âgée devra financer entre 2.522 et 4.070 euros, selon une estimation de la Fédération nationale de la Mutualité française, auxquels s'ajoutent les frais quotidiens et l'aménagement du logement. Le problème de la dépendance va de surcroît se massifier. Selon le scénario central du think tank Matières Grises dédié à la silver économie, la population dépendante atteindrait de 1.592.000 personnes en 2030 (c'est 300.000 personnes de plus par rapport à 2018), passerait la barre des 2 millions entre 2040 et 2050 pour s'établir à un niveau proche de 2,5 millions en 2060. On sera dépendant plus tard (84 ans en 2010, 85 estimés en 2030 et 86 en 2060) en moyenne, mais on devrait l'être aussi plus longtemps : de 3 ans en moyenne actuellement à 4 ans. C'est une année de plus à financer.

Face à cela le niveau de vie relatif des retraités par rapport aux actifs va baisser, le nombre d'aidants potentiels aussi, compte tenu de la diminution du nombre d'enfants par foyers. Quant au financement public, rien ne garantit qu'il suive. On ne s'étonnera donc pas que les Français s'inquiètent pour leurs vieux jours.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2019 à 13:27 :
"L'équation de la dépendance est de plus en plus complexe et chère à résoudre pour les personnes âgées et leur famille "

Sans oublier la réforme de la pension de reversion du gouvernement LREM qui devrait toucher les conjoints et ex-conjoints après 2025.
a écrit le 29/11/2019 à 7:50 :
Réel problème auquel nombre de familles sont confrontées.
a écrit le 28/11/2019 à 19:14 :
Le bonheur en France est maintenant en restant en bas de l'échelle. CMU, APL, Prime de Noël, prime énergie, prime pour isoler sa maison, allocations rentrée scolaire, et j'en passe....... Même bientôt pour la vieillesse EPHAD gratos.
Réponse de le 28/11/2019 à 19:28 :
Si le bonheur était mesurable à l’argent et la charité des autres : ça se saurait...
Réponse de le 29/11/2019 à 13:21 :
Tu peux toujours aller dépenser ton pognon dans un groupe privé comme Korian ou il y a eu 5 morts par intoxication alimentaire en avril dernier.Korian c'est dix fonds de pension americain derriere qui pompe le fric du retraité francais pour nourrir le retraité américain .2€ par jour pour faire manger un retraité.Une bonne bouillie à 18H00 avec ses congéneres devant TF1,y'a rien de tel .
a écrit le 28/11/2019 à 13:54 :
les vieux aux ressources faibles seront envoyés par la Sécu dans des centres de fin de vie en Tunisie , Libye , Maroc , où leur prise en charge coûtera 4 à 5 fois moins cher qu'en France ;
et en plus , ça boustera les économies locales .
a écrit le 28/11/2019 à 11:09 :
Plus de parents et d'enseignants feraient mieux de tester qu'il faut relâcher nos croyances en "devoir" subir les énergies extérieures, alors que notre responsabilité de naissance est de LES CHOISIR !.... D'utiliser nos DITS-EUS directement et constamment responsables et créatifs de soi, au lieu de jouer les naïfs attendant des solutions complexes de "dieux et sauveurs extérieurs, introuvables !....
Là, ce monde y verrait plus clair, sans tant de surpopulation insensée, et se sentirait très tôt capable d'orienter sa vie vers plus de gestions saines de tous côtés !
Réponse de le 28/11/2019 à 14:34 :
....traduction CLAIRE ?
a écrit le 28/11/2019 à 9:36 :
En résumé, les boomers qui se sont goinfrés sur l'immobilier et ont bénéficié de retraites hyper avantageuses se plaignent de devoir puiser dans leur épargne.
Il faudrait évidemment demander aux jeunes entrants actuels, au coût de la vie élevé et aux avantages futurs fortement réduits, de continuer à mettre au pot !
... du moins, tant que lesdits boomers représentent une part substantielle de l'électorat. Quand ils ne seront plus si importants, advienne que pourra :-)
a écrit le 28/11/2019 à 9:30 :
Mais il parait que le consortium financier aurait trouvé une solution idéale à ce problème en effet crucial, après avoir regardé Soleil vert", non pas lu faut pas exagérer quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :