Les investisseurs n'arbitrent pas les États-Unis, mais pour combien de temps encore ?

 |   |  394  mots
Sandy Campart, directeur de l'IUP Banque Finance de Caen (IAE Caen).
Sandy Campart, directeur de l'IUP Banque Finance de Caen (IAE Caen). (Crédits : DR)
[OPINION] Malgré le tumulte mondial provoqué par la politique protectionniste de Donald Trump et son style de présidence brutal sur fond d'enquêtes à haut risque, le dollar continue de s'apprécier et Wall Street de battre des records. Indéfiniment ? Par Sandy Campart, enseignant-chercheur au CNRS (CREM), directeur de l'IUP Banque Finance de Caen (IAE Caen).

La confiance est le bien le plus précieux d'une économie. C'est elle qui projette vers l'avenir, qui fait prendre des risques, qui autorise à consommer et à investir, qui donne envie d'étudier et de s'émanciper, qui est source de compétitivité.

Inutile d'avoir étudié l'économie pour comprendre que les escalades verbales du président Donald Trump et ses répercussions géopolitiques, le slogan simpliste « America First » avec ses déclinaisons protectionnistes et l'ingérence dans les enquêtes dont il est l'objet vont finir par éroder la confiance des Américains.

Un des plus longs cycles de croissance de l'histoire boursière

Pourtant, les investisseurs ne semblent pas vouloir le voir ou le croire. Le dollar continue de s'apprécier et les indices actions franchissent des plus hauts historiques. Pour quelles raisons ?

Parce que leur statut de première économie mondiale leur procure un temps de réaction plus long des investisseurs avant d'arbitrer ?
 
Assurément. Les fondamentaux économiques américains sont en outre toujours robustes et les marchés ne semblent pas croire à l'escalade de la guerre commerciale que menacent de se livrer les États-Unis et la Chine. Selon les différents scénarios aujourd'hui à l'étude, les États-Unis pourraient cependant abandonner dès 2019 entre 0,2 et 0,7 point de croissance.

Parce qu'ils sont, dans la révolution numérique en cours, la locomotive qui abrite les plus grands acteurs ?
 
Évidemment. Parmi les dix meilleures performances boursières de l'année, neuf sont des valeurs technologiques et les deux tiers des entreprises sont américaines. Seulement, depuis l'alerte du 27 mars dernier et la chute de 3% en une seule séance du Nasdaq, les investisseurs semblent douter que l'un des plus longs cycles de croissance de l'histoire boursière puisse se prolonger indéfiniment.
 
Parce que les marchés d'actions sont encore protégés par la faiblesse des rendements obligataires ?
 
Probablement. Mais, nous le savons, la remontée des taux d'intérêt directeurs est entamée outre-Atlantique. Une augmentation de 50 à 100 points de base d'ici à un an rendra les placements obligataires nécessairement plus attractifs. Les économistes tablent pour 2020 sur des taux à 10 ans à 3,6% contre 3,1% en 2018.

___

L'AUTEUR

Sandy Campart, est enseignant-chercheur, membre d'un laboratoire de recherche CNRS (CREM), directeur de l'IUP Banque Finance de Caen (IAE Caen) et auteur du livre "Et si on osait investir en Bourse" (publié en 2018 aux éditions EMS).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2018 à 9:50 :
"C'est la catastrophe en europe, c'est l'euphorie aux états unis mais ça va pas durer longtemps chez eux hein !"

N'importe quoi, on a toujours nos prédicateurs néolibéraux qui squattent les médias pour nous faire continuellement plonger.

"directeur de l'IUP Banque Finance de Caen (IAE Caen)"

Ben tiens... -_-

Vite un frexit.
a écrit le 19/08/2018 à 17:01 :
Il n'y a que des milliardaires dans l’entourage du président.

Vous pensez que c'est par pur désintéressement, ou pour le plaisir de partager avec Trump de longues conversations intelligentes sur la beauté du monde?

Toutes les décisions prises par Trump depuis son arrivée au pouvoir sont justifiées par des raisons financières. La fiscalité et les différentes législation (écologie, énergie, information financière) ont été revues en faveur des "investisseurs".

Si ce n'est pas eux qui pilotent Trump, qui est ce?
a écrit le 19/08/2018 à 13:15 :
Les US/UK sont un pavillon de complaisance pour les pirates de la finance, ils ont autorisé le buy back qui était considéré comme une manipulation de marché... entre autre...
a écrit le 19/08/2018 à 11:21 :
De toute façon, il y a un Krach tous les 7 à 10 ans depuis 30 ans. On en approche , et les technologiques ont des valorisations démentielles , les arbres ne montent pas au ciel.
a écrit le 19/08/2018 à 11:16 :
Je vous rappel que sous des dehors d'investissement les US ont mis en place un territoire de rapine, une sorte de conquête des gens à l'ouest virtuelle, un milieu fluide dans lequel on peu s'adonner à de la piraterie moderne... électronique...
C'est une nouvelle conquête, la conquête des espèces... The game is rigged pinochio !
a écrit le 19/08/2018 à 11:13 :
Les investisseurs (usurpation en lieu et place de spéculos), les spéculos donc n'arbitrent pas les US qui les abritent...
a écrit le 19/08/2018 à 10:12 :
le nombre d'entreprises cotées sur les Bourses US a baissé de plus de 50% sur les 20 dernières années : https://www.bloomberg.com/view/articles/2018-08-10/the-reason-to-worry-when-public-companies-disappear
cela a un impact sur l'évolution des marchés ?
a écrit le 19/08/2018 à 9:51 :
les investissements directs étrangers aux USA ont quand même plongé de 32% en 2017 (https://www.dw.com/en/foreign-investment-in-us-down-sharply/a-44643998).
les Echos écrivaient le 06 juin dernier que les entreprises françaises se détournent des USA pour les fusions/acquisitions.
le Wall Street Journal vient de faire un article disant que les étrangers se détournent aussi de la dette US. article similaire du WSJ, il y a peu, sur la baisse de 20% des achats immobiliers par les étrangers.
les marchés US sont stimulés par les rachats massifs d'actions, la réforme fiscale (qui va faire grimper les déficits publics), la comptabilité créative, etc...
lors de la dernière publication du PIB américain, le Financial Times évoquait une modification de la méthode de comptabilisation. cela sent la manipulation. idem pour le taux d'épargne des ménages, qui comme par magie, a plus que doublé suite à changement de méthode.
les ricains ont aussi fait en sorte d'améliorer les notes de solvabilité des ménages. pour faciliter l'accès à la dette (à la dette subprime ?).
etc...
espérons que ce pays ne va pas mous emmener vers l'abîme. il a failli réussir il y a quelques années.
Réponse de le 19/08/2018 à 10:14 :
"nous" au lieu de "mous". :-)
a écrit le 19/08/2018 à 9:19 :
Il est excessivement dommage de spéculer sur l' économie et la remontée des USA avant de s' intéresser à cette question fondamentale qui ruine les perspectives de l' euro et la cohésion d 'une économie européenne en pleine déroute, j' ai nommé les créances Targets 2. Dommage car voilà une façon singulière de détourner ailleurs le regard sur ce qui se passe chez nous.
https://www.upr.fr/actualite/france/regarde-cest-deja-laube-un-article-de-vincent-brousseau
a écrit le 19/08/2018 à 9:09 :
"Un des plus longs cycles de croissance de l'histoire boursière"


Le mot le plus important est le dernier. La seule et unique chose qui compte c'est l'économie réelle. La richesse réelle.
On va me dire oui mais tu es un idiot, on est dans une économie financière, blabla.
Je répondrai oui tu as raison, sauf que ça ne devrait pas être le cas et c'est bien là le malaise général. La finance est passée de moteur secondaire de croissance à une gangrène qui entraine le monde dans sa chute. C'est du vampirisme économique, avec la complicité directe des politiciens qui, il faut bien l'avouer, sont totalement aux ordres de la finance (j'inclus tous les lobbys liés à l'argent dedans).
Pour en revenir à l'article, la confiance. Mais vous êtes énorme monsieur ^^ Vous avez une vision si naïve du monde que c'est soit un miracle, soit un mensonge.
La bourse devient une simple affaire de mathématiques, car les grandes banques n'ont quasiment plus de traders humains. Ce sont des programmes qui vendent et achètent les actions (Tout lecteur devrait se renseigner sur le trading de haute fréquence, c'est édifiant) à des vitesses élevées afin de mécaniquement "créer de l'argent" (qui n'est au final qu'un chiffre).
La bourse tient sur la "confiance" oui, mais ne nous mentons pas, il n'y a aucune visibilité à moyen terme. Et n'oubliez pas qui a plongé le monde dans la crise en 2005 6 7 8.
Quand on voit qu'un petit mot d'une agence de notation corrompue (Je vous invite à vous renseigner sur les notes données par ces deux agences aux produits immobiliers avant, pendant, et après la crise des subprimes, on va rigoler) peut plomber un pays...
Bref, je digresse trop.
Encore un article bien pensant qui part peut être d'un bon sentiment, mais qui est à mille lieux de la réalité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :