Pour une culture globale du risque

 |   |  1205  mots
(Crédits : DR)
OPINION. "La Tribune" est partenaire de la Fondation Optimind qui remet, ce 4 juillet, le Prix des sciences du risque pour récompenser les travaux de deux étudiants : Noémie Fréalle (IMT Mines d'Alès) et Florian Montanier (Paris Dauphine). Dans une époque où la demande de protection contre les risques est croissante, Jean-Charles Simon, Executive Director d'Optimind, explique les enjeux de la recherche sur la gestion de l'incertitude.

Il y a déjà plus de trente ans, Ulrich Beck identifiait dans son ouvrage de référence, La société du risque, un changement de paradigme majeur caractérisant notre époque : la demande croissante de protection contre les risques. Le progrès économique, social et plus encore technique a radicalement modifié le rapport à l'aléa : de fatalité, voire d'expression divine, tout est devenu risque à mesurer et maîtriser. Chacun est sommé d'apprécier les risques qu'il prend et plus encore ceux qu'il fait courir : la négligence face au risque est sous la menace de la recherche impitoyable des responsabilités. Le risque devient en même temps un carburant majeur de l'activité économique et sociale, nourrissant une grande part de l'action publique dont la mission première devient celle de la protection des citoyens, mais aussi des industries entières dont le rôle est le portage, la réduction ou la répartition des risques. Il est également bien souvent la mesure du mérite, qu'il s'agisse de rémunération, de rendement ou même d'honneurs : rien ne paraît désormais valoir davantage qu'affronter le risque et si possible le réduire pour autrui.

Dans ce nouveau contexte, il est naturel que des expertises de toutes natures se soient développées pour en comprendre les enjeux et leur proposer des solutions. Qu'il s'agisse de finance, d'environnement, de technologie, de construction, d'agriculture ou de bien d'autres sujets, les fondements scientifiques de l'analyse et de la gestion des risques se sont rapidement développés au cours des dernières décennies. Le modèle fondateur de la valorisation des options a ainsi moins de 50 ans, et bien d'autres percées théoriques majeures sont encore plus récentes. Les sciences du risque sont vivantes et toujours en construction, à mesure de l'expansion régulière de l'univers des sujets considérés.

Cette soif de savoir et cette profusion d'outils de suivi et de contrôle ne peuvent que réjouir tant elles semblent accompagner le progrès économique et social. La « société du risque » est-elle pour autant celle de l'expertise et de la raison ? Hélas, l'aversion exacerbée au risque subi, et peut-être plus encore au risque caché, ne va pas sans attiser nos penchants les plus irrationnels.

Quand le principe de précaution aboutit à la paralysie face à l'incertain

Ainsi, face au risque, s'est élevée peu à peu la culture de la précaution, dont nous avons même ici constitutionnalisé le principe. La prise de risque est dès lors découragée si elle ne peut être totalement établie et délimitée. Ce qui est à l'origine une saine culture de gestion des risques peut facilement glisser vers la paralysie face à l'incertain.  C'est à celui qui fait courir un éventuel danger aux autres, y compris comme entité impersonnelle - la société, l'environnement... -, de devoir démontrer l'innocuité de son action, ou a minima sa capacité à pallier ses conséquences négatives. Or ce renversement de la charge de la preuve, qui pèse désormais sur celui qui entreprend, peut se heurter à un doute indépassable. Car s'il est fréquent de pouvoir faire état d'un risque, il est bien plus difficile d'en démontrer l'absence.

Pire encore, l'obsession du « risque zéro » peut conduire à saper la légitimité du discours d'expertise et de la démarche scientifique. Toute faille supposée, tout doute émis sur une dangerosité potentielle de telle action ou de tel produit, et c'est leur acceptabilité et la parole des experts qui avaient pu les valider dont on se défie. C'est ce qui se produit par exemple dans le domaine agroalimentaire : jamais il n'a été autant l'objet de polémiques qu'aujourd'hui, alors que les données de santé publique sont pour autant meilleures que jamais. Dans une moindre mesure, l'appréciation des risques portés par les acteurs financiers, pour indispensable qu'elle soit, a atteint un degré inégalé d'exigences et de sophistication qui pourraient en retour affecter leur contribution à l'activité économique.

Enseigner et développer le sens de la responsabilité

S'il faut se réjouir d'efforts croissants pour mieux connaître et maîtriser les risques, et partant pour évaluer la pertinence de leur acceptation ou de leur répartition, il ne faut pas mésestimer ce penchant vers une frilosité irraisonnée qui transformerait un progrès en un recul.

À la connaissance des risques, il faut donc associer une culture, celle du risque accepté, qui ne peut qu'être favorisée par la transparence du savoir. Mais aussi, comme versant indissociable de notre liberté face au risque, un sens aigu de la responsabilité, à enseigner et à développer. Pour favoriser ce mouvement conjoint, il apparaît indispensable d'avoir l'approche la plus large et la plus globale des risques. En saisir la nature, mais aussi les limites. Savoir s'en protéger, mais aussi y trouver, bien souvent, des opportunités. Cette culture holistique des risques et de leur environnement doit être l'occasion de rapprocher les disciplines qui s'y rapportent, qu'elles soient qualitatives ou quantitatives, qu'elles relèvent des sciences formelles, humaines ou de la nature. Seul cet éventail des connaissances autour d'un sujet pourra conduire à la décision éclairée, prenant en compte aussi bien les coûts que les bénéfices de l'action humaine : il n'y aura pas de société positive du risque sans approche globale.    

___
Les 2 lauréats choisis par le jury

Noémie FRÉALLE est récompensée pour sa thèse réalisée à l'IMT Mines d'Alès. Ses travaux portent sur l'élaboration et la mise en œuvre de scénarios de crise crédibles, pédagogiques et interactifs dans le cadre d'une formation à la gestion de crise à l'échelle communale, faisant intervenir des participants nombreux et pluridisciplinaires. A l'issue des travaux, quatre leviers sont identifiés pour permettre une exécution modulable et interactive du scénario tout en garantissant la crédibilité et la portée pédagogique de la simulation : le paramétrage de l'animation, la caractérisation des données nécessaires aux animateurs, la modélisation de la circulation de l'information entre les animateurs et la mise en œuvre d'un support d'aide à l'animation permettant de partager en temps réel des informations et d'avoir à chaque instant une vision commune du scénario construit en fonction des décisions prises par les apprenants.

Florian MONTANIER est récompensé pour son mémoire de fin d'études réalisé dans le cadre de son M2 à Paris Dauphine. Ses travaux visent à étudier les apports des conseillers en gestion de portefeuille automatisés, solution offrant des seuils d'éligibilité et coûts induits inférieurs aux gestions pilotées ou sous mandat traditionnelles. Après un état de l'art des solutions existantes, il améliore progressivement un robo-advisor primitif en intégrant un scoring de satisfaction client, en construisant les portefeuilles sur la base d'un panier d'actifs et en tenant compte des contraintes réglementaires induites par PRIIPS. Il introduit et optimise enfin une méthode utilisant les algorithmes CBRS (Case-Based Recommender Systems) permettant d'offrir une granularité plus fine des allocations et une personnalisation plus importante des portefeuilles proposés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2019 à 10:45 :
Un excellent article il manque juste la précision suivante, à savoir qu'il serait temps que les classes dirigeantes assument les risques à prendre et arrêtent de faire peser tous les risques sur le dos de plus en plus fragile de la classe productrice.

Parce que pour eux nous faire prendre des risques et la seule option que leur cerveau est capable d'opter.

Du coup il serait temps qu'ils discernent la différence entre prendre des risques soi-même et les faire prendre aux autres, déjà, cette lucidité serait un grand pas pour qu'en effet il se remettent à prendre des risques et donc à redémarrer notre économie.
a écrit le 05/07/2019 à 8:28 :
C'est le risque d'éclatement de bulles financières qui permet de construire d'autre bulles, comme la prévention du risque, et devront être couvert pas des assurances!
Les mots ne sont pas les mêmes mais c'est toujours la privatisation des bénéfices, la mutualisation des risques et des pertes!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :