L'énergie verte au service des utilitaires

Dans un contexte global de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l’air, quel rôle doit jouer le transport ? Principal émetteur de CO2, ce secteur innove de plus en plus pour proposer des solutions durables, plus vertueuses. La société française Watèa by Michelin propose ainsi des solutions de mobilité électrique sur mesure pour les flottes de véhicules utilitaires. Pascal Nouvellon, PDG de Watèa by Michelin répond à nos questions.

5 mn

Dans quel contexte est née Watèa by Michelin ?

Watèa by Michelin est une Start up, créée en juillet 2021, qui s'appuie sur les ressources et les moyens du groupe Michelin. La société compte actuellement une centaine de salariés.

Aujourd'hui, la flotte d'utilitaires représente 6 millions de véhicules, dont 98% roulent à l'énergie diesel. Or, la lutte contre le réchauffement climatique est devenue un enjeu mondial, comme l'ont prouvé les différentes COP, et le secteur des transports fait partie  des principaux émetteurs de CO2 . La France ambitionne d'atteindre la neutralité carbone en 2050, le contexte réglementaire évolue en ce sens. La Loi d'orientation des mobilités (loi LOM ) impose notamment de changer le parc des véhicules utilitaires pour moitié à l'horizon 2025-2030. Certaines municipalités mettent également en place des ZFE (zones à faibles émissions) et interdisent l'accès aux villes, aux véhicules diesel.

Tout ceci conduit à un renouvellement massif de la flotte utilitaire, afin de tendre vers une mobilité propre, grâce à des véhicules électriques et à hydrogène.



Dans ce contexte, quelles solutions propose Watèa by Michelin ?

Le véhicule électrique est soumis à des contraintes nouvelles : celles liées à l'autonomie, au temps de recharge et à la faiblesse des infrastructures de recharge. A cela s'ajoutent des difficultés techniques (choix des bons véhicules, recharge en itinérance etc... ) et un accompagnement nécessaire des équipes et des collaborateurs.

Pour les gestionnaires de flotte, la transition énergétique représente une véritable problématique qui peut s'avérer fastidieuse.  Notre travail chez Watèa by Michelin est de rendre cette mobilité électrique simple d'utilisation, sans risque et sans interruption de l'activité pour nos clients. Pour cela, nous leur proposons un abonnement à un service de mobilité, nous fournissons des véhicules à batterie ou à hydrogène, un accès à de l'énergie sur site et hors site, et une application digitale qui permet de gérer l'autonomie des véhicules tout au long de la journée.  Notre application propose également un bouquet de services digitaux, propres au véhicule connecté permettant d'optimiser l'usage du véhicule et de réduire ainsi le coût engendré par le passage à l'électrique.



A qui s'adressent vos solutions ?

Watèa by Michelin travaille principalement avec 3 secteurs : la livraison du dernier km, la construction, les services et la maintenance. La livraison du dernier km, boostée par l'e-commerce, est prédominante dans notre portefeuille. Nous collaborons avec les grandes plateformes de vente sur Internet pour fournir à leurs transporteurs des véhicules électriques.



Quels sont les enjeux de votre secteur ?

Outre l'enjeu de protection de l'environnement, notre objectif est d'assurer la faisabilité de cette transition et de la rendre accessible à tous ! Il s'agit de démontrer à des gestionnaires de transport qu'il est possible de rouler propre, sans perte d'autonomie ni réduction d'activité.

Lorsque nous avons lancé Watèa by Michelin, nous faisions du cousu main pour chaque client. Nous nous sommes rapidement rendu compte que les problématiques étaient assez similaires, donc nos procédés se standardisent de plus en plus. Aujourd'hui, nous sommes capables d'équiper en quelques semaines seulement, un site de véhicules qui livrent du e-commerce. Les véhicules et les bornes sont disponibles très rapidement, nos procédés gagnent en efficacité, ce qui nous permet de traiter des volumes industriels de plus en plus importants. Pour le moment, il y a peu d'acteurs comme nous sur le marché, qui est colossal puisqu'il représente une dizaine de milliards d'euros en Europe.



Pour l'instant le coût de la mobilité électrique reste élevé, ce qui peut freiner les entreprises. Comment les convaincre de franchir le pas ?

En effet, le coût reste un enjeu, notamment parce que les prix des véhicules électriques ne vont pas diminuer, la demande étant de plus en plus forte. Nous devons donc être innovants afin de proposer des services digitaux nouveaux destinés à réduire ces coûts.

Chez Watèa by Michelin nous travaillons sur deux angles. D'abord l'auto partage, tel qu'il se fait pour les voitures personnelles. Il s'agit de rendre le véhicule utilitaire multimodal, pour qu'un client puisse y charger et décharger ses outils rapidement, et que l'échange entre utilisateurs soit fluide. Nous sommes en pleine expérimentation sur ce type de projet, avec par exemple un système de clé partagée. Le partage de véhicule permet également d'alléger les mensualités des clients. Le second levier est l'optimisation de l'utilisation de ces véhicules. Puisqu'ils sont connectés, ils peuvent par exemple alerter le client si un outil est manquant, ce qui représente un gain de temps.



Il existe toujours un débat sur le véhicule électrique et notamment sur le recyclage des batteries par exemple. Quelles réponses peut apporter Watèa by Michelin ?

Effectivement, il ne s'agit pas de dire que le véhicule électrique est la réponse absolue dans la lutte contre la pollution de l'air. Pour l'instant, la construction d'un véhicule électrique émet plus de CO2 qu'un véhicule thermique et nécessite davantage de matériaux rares.

Pour autant, cette énergie permet de réduire considérablement les émissions de CO2 sur un cycle de vie d'une voiture, de l'ordre de 50 % à 75% . Watèa by Michelin reste très vigilant afin de proposer des batteries dont la production est la plus responsable possible. Nous travaillons sur des projets de réutilisation de ces batteries dans des produits de recharge. En outre, notre entreprise met en place des programmes de compensation carbone, par exemple grâce à des projets de reforestation urbaine en partenariat avec l'ONF. Notre objectif est de tendre vers la neutralité carbone, et c'est ce que nous proposons à nos clients.

Plus d'informations :  www.watea.green

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.