Une approche coopérative pour la gestion des bases de données

Le marché des systèmes de gestion de bases de données est très compétitif. Créée en 2005, l’entreprise Dalibo a choisi de se démarquer en adoptant un modèle participatif pour apporter les meilleurs services à ses clients tout en préservant la qualité de vie au travail. Virginie Jourdan, DRH et gérante de Dalibo et Philippe Beaudoin, consultant et chef de projets, nous en disent plus.

3 mn

Quelle est l'offre proposée par Dalibo ? Et ce qui vous différencie ?

Philippe Beaudoin : Nous travaillons sur un logiciel spécifique, PostgreSQL, autour duquel nous apportons des services à nos clients : formation, support, et conseil. Nous avons la particularité de ne travailler que sur la France et les pays francophones limitrophes, où nous sommes l'acteur le plus important.

Virginie Jourdan: Nous avons un double ADN : l'Open Source, plus liée à notre domaine d'activité, et la SCOP, notre modèle d'entreprise. Nous sommes une société coopérative et participative, favorisant la démocratie, la transparence et l'émulation. Nous avons aussi une vraie démarche sur la RSE : l'environnement et les choix éthiques, par des actions concrètes et inscrites dans nos objectifs stratégiques d'entreprise.

En quoi les pratiques coopératives sont au cœur de votre projet ?

VJ : C'est six ans après notre création que nous sommes devenus une société coopérative et participative. Nous étions en pleine croissance dans le marché de niche PostgreSQL et il était difficile de recruter. Nous avions aussi besoin de collaborer plus, et que chacun puisse gagner en autonomie et s'investir. Le modèle de SCOP s'est imposé à nous naturellement. Petit à petit, les pratiques coopératives se sont mises en place, enrichies par nos propres modes de collaboration, de communication et de gouvernance.

Notre cœur de projet est de participer à l'essor du logiciel libre PostgreSQL, tout en faisant vivre nos valeurs de créativité, d'initiative, de partage, de transparence et d'ouverture. Cela se concrétise par des groupes de travail collectifs, chaque salarié pouvant amener un projet, et le porter jusqu'à sa mise en application ! Et pour aller plus loin, le salarié peut devenir associé à partir de deux ans d'ancienneté, pour participer pleinement aux décisions. Ce n'est pas une entreprise où le leader impose ses choix. Cela nous rend plus agiles.

Quels sont les enjeux pour vos clients et comment y répondez-vous ?

PB : Il y a 10 ans, PostgreSQL était encore confidentiel. Désormais, c'est le logiciel phare pour les bases de données relationnelles. Il présente un double attrait : il est open source et développé par une communauté, donc les entreprises ne dépendent pas d'un fournisseur unique. Avec sa licence gratuite, cela baisse les coûts de possession.

Pour les utilisateurs, il y a plusieurs enjeux. Pour leur montée en compétences et la reconnaissance de leur expérience sur le logiciel, nous avons une offre de formation et de certification. Comme nos clients ne peuvent pas avoir une maîtrise totale de toutes les technologies, nous leur proposons aussi notre expertise à travers notre offre de support et conseil.

Et puis, pour que la croissance forte du nombre de bases de données gérées n'entraîne pas une explosion de la charge d'administration, les entreprises doivent passer à une logique industrielle, avec un maximum d'automatisation. Nos offres Socles répondent à ce besoin. Enfin, les entreprises qui décident d'adopter massivement PostgreSQL doivent également migrer leurs bases de données existantes. Nous les aidons en apportant notre savoir-faire en la matière.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.