Crise du milieu de vie : des conséquences sur la santé des ménages

 |   |  976  mots
A partir d'un certain âge, les individus peuvent connaître une période de transition, aux conséquences dangereuses.
A partir d'un certain âge, les individus peuvent connaître une période de transition, aux conséquences dangereuses. (Crédits : Reuters)
Crise du milieu de vie, crise de la quarantaine ou crise de la cinquantaine… Les noms donnés à cette étape incontournables de la vie d’adulte le sont souvent à tort. C’est pourquoi bon nombre de psychiatres préfèrent parler de « période de transition ».

En effet, si cette étape est délicate et peut avoir l'effet d'un réel ouragan sur la vie de certains ménages, jusqu'à générer de graves problèmes de couple et de profondes difficultés financières, bien accueillie, elle correspond à un nouveau souffle et à une réelle opportunité, autant pour le développement personnel que pour la santé économique du ménage. Utilisée à bon escient, cette période est plus qu'un nouveau départ. Encore faut-il savoir l'apprivoiser. Explications.

Une étape difficile à franchir et pourtant essentielle

Tout le monde connait la crise d'adolescence. Depuis quelques années, une autre « crise » tend à lui voler la vedette. Ses contours sont plus flous, tout comme ses causes et ses conséquences, car plus difficiles à situer et à catégoriser. On parle alors de crise du milieu de vie, pour mettre tout le monde d'accord.

Généralement, on la situe entre 45 et 55 ans. C'est à l'heure où les enfants grandissent, où le corps change et où notre statut professionnel est censé s'affirmer que les remises en question s'immiscent dans notre vie intime. Des remises en questions qui peuvent donner un nouveau souffle à notre vie, mais aussi avoir les effets dévastateurs d'un ouragan.

Les clichés la concernant ont la peau dure. On imagine facilement le mari de 50 ans qui quitte femme et enfants pour une bimbo de 25 ans sa cadette, le cadre d'entreprise en quête d'authenticité qui plaque tout pour partir faire le tour du monde, quitte à perdre revenus et stabilité financière, ou la mère de famille qui panique et perd ses repères quand son dernier enfant quitte le nid familial. Si de telles situations existent, elles font partie des changements et des bouleversements radicaux engendrés par la crise du milieu de vie. Souvent, les transformations sont beaucoup plus subtiles et surtout, beaucoup plus intimes.

La crise de la cinquantaine telle qu'on la conçoit est un mythe. Une étude américaine portant sur 3000 personnes a démontré que seuls 8% des personnes entre 45 et 55 ans passent par une réelle crise du milieu de vie, celle qui met en danger leur équilibre fondamental.

Cette période de transition n'est donc pas ce qu'on imagine. Une grande majorité de personnes la traverse plutôt bien, sans bouleversement majeur de leur existence. Avec toutefois des conséquences qui peuvent être dramatiques pour leur bien-être personnel et celui de leur entourage.

Une transition aux sources variées

Cette remise en question ne trouve pas ses origines dans les mêmes événements. Chez certains, c'est le couple qui est profondément remis en question. Au moment où les enfants quittent le domicile, le couple se retrouve seul. Après des années de vie commune et de problématiques mises de côté sous prétexte des enfants, l'un et l'autre se retrouvent face à leur avenir, souvent démuni de « projet de couple ». Alors que faire ? Quelles envies ? Ces questionnements peuvent traduire un ennui qui s'est installé au fil des ans, une envie de renouveau, d'aller voir ailleurs...

C'est pourquoi cette période est propice aux séparations et aux infidélités. Aujourd'hui, les plus de 50 ans sont aussi nombreux à divorcer que les trentenaires. Et le nombre de divorces des plus de 60 ans a doublé depuis 1985. À cet âge-là, il est rarement question de récupérer son ex. Pas de retour en arrière envisagé.

Quand on sait que 70% des plus de 60 ans sont propriétaires en France, pour ces divorcés, la séparation est synonyme de partage d'un patrimoine plus important que chez les autres catégories de population, de prestations compensatoires et de pensions alimentaires. Le divorce peut donc avoir des incidences financières, notamment chez les femmes.

La vie professionnelle peut aussi être un déclencheur. Dans la première moitié de sa vie, on pense à évoluer professionnellement, à gagner de l'argent pour mettre sa famille à l'abri. Mais après 20 ou 30 ans de bons et loyaux services, on aspire à autre chose, à davantage de sens, d'authenticité. Selon son statut, on peut chercher à créer une nouvelle dynamique dans son travail, à innover. Mais si l'on ne se sent pas valorisé, inutile, la remise en question peut être violente et générer un départ, une réorientation professionnelle... Bien souvent difficile à l'aube de la retraite. Certains séniors se retrouvent alors chômeurs face à de nouvelles difficultés financières.

Accepter pour mieux vivre la situation

Bon nombre de personnes se trouvent démunies face à ces questionnements intérieurs qu'ils ne comprennent pas et ils les rejettent très violemment. C'est à ce moment-là que les conséquences les plus violentes se font sentir. À force de repousser l'inévitable, on finit par agir de manière impulsive. On peut tout envoyer valser sur un coup de tête, faire table rase du passé et se retrouver complètement vulnérable : plus de famille, plus d'emploi, plus de logement.

À l'heure du bilan, il vaut mieux voir ce qui nous déplait dans notre vie pour le changer, sans forcément détruire l'ensemble de ce que l'on a construit.

On se demande ce que l'on va faire du reste de sa vie. Et si justement, c'était le moment de s'enrichir intérieurement ? Dans la première partie de sa vie d'adulte, on construit sa carrière, on s'occupe de ses enfants. Et aujourd'hui ? C'est le moment de devenir créatif, de se trouver un loisir, un engagement, qu'il soit artistique, associatif ou même politique.

Accueillie de manière positive et bienveillante, cette transition est l'occasion rêvée pour s'atteler à ce qu'on veut réellement : nouveaux projets professionnels, nouvelles passions, développement personnel. On se rend compte que ce n'est pas la fin de notre vie mais plutôt le début d'une nouvelle ère. Et autant en profiter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :