Internet et revente de données personnelles : un marché encore timide mais qui gagne chaque jour du terrain !

 |   |  394  mots
Le marché du data purchasing commence à attirer de plus en plus d'acteurs
Le marché du "data purchasing" commence à attirer de plus en plus d'acteurs (Crédits : Reuters)
Reprendre le contrôle de ses données personnelles sur internet et choisir de soi-même de les revendre ou de les échanger contre des biens ou services, un phénomène encore marginal il y a 5 ans mais qui depuis a grandi et trouve progressivement une petite place dans le quotidien des Français avec le développement de nouvelles applis.

Il faut dire qu'avec les chiffres vertigineux des données échangées chaque jour dans le monde - chaque seconde 29 000 giga octets d'informations publiées, 3,3 milliards de requêtes via le moteur Google effectuées * - il est peu de dire que le marché des données personnelles est particulièrement sensible.

Les start-ups se font une place sur le marché du « data purchasing »

Dans les pas du pionnier américain, Datacoup, qui depuis 2014 a initié un nouveau mouvement face à l'opacité du marché de la « data purchasing » tenu par les géants mondiaux que sont Google, Amazon ou bien encore Apple, des start-ups investissement progressivement la place.

Le principe est simple : via une plateforme assez intuitive pour être accessible au plus grand nombre et après avoir créé son compte utilisateur, l'internaute est amené à compléter questionnaires ou missions qu'il pourra ensuite échanger contre un bien, des services ou même de l'argent.

En Europe, elles s'appellent Waze, Click and Walk, Mobeye ou bien encore Bpeek et elles se sont lancées à l'assaut du marché de la vente de données personnelles en proposant aux internautes d'être rémunérés en échange de données sur leurs voyages, leurs courses quotidiennes...

Une opportunité d'accroître ses revenus pour les petits budgets

Les premiers utilisateurs ? des étudiants, salariés à faibles revenus ou retraités qui y ont vu un bon moyen d'arrondir le budget.

Depuis 1 an, le nombre d'utilisateurs s'est agrandi - certaines applications revendiquent ainsi pas moins de 300 000 utilisateurs - et touche désormais tous les âges.

Dans les dernières nées sur ce marché en pleine croissance, une jeune start up lilloise Contrôle Technique Gratuit, offre la possibilité aux internautes de monnayer leurs données en matière d'entretien auto pour bénéficier d'un contrôle technique gratuit ou à prix réduit.

Avec un budget moyen de 66 euros, le contrôle technique dont les conditions vont se renforcer à partir de janvier 2018 est un poste de dépense obligatoire redouté par une grande majorité de conducteurs.

C'est donc sans trop de surprise que le concept a vite séduit les internautes avec un rapide développement sur tout le territoire français.

S'il reste encore timide dans l'hexagone, nul doute que le marché du data purchasing sera source de nouveaux développements dans les prochaines années.

*source planetoscope

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :