4ème édition des « Start-up innovantes du dispositif médical » : L'innovation à l'honneur

 |   |  877  mots
(Crédits : Reuters)
Organisé par le Snitem, l’événement a distingué les pépites les plus innovantes pour leurs technologies de rupture au service des patients. Retour sur une journée riche en présentations, en échanges et en enseignements pour la profession.

Cela a été le bouquet final de cette quatrième édition de la Journée des start-up innovantes du dispositif médical, organisée par le Syndicat national de l'industrie des technologies médicales (Snitem), qui a rassemblé le 6 juin dernier l'ensemble des acteurs de l'écosystème du secteur à la Maison de la Chimie, à Paris. Face à un public dense, Alexandre Tepas, Directeur général d'Urgo Medical France, a décerné le prix du jury « Start-up 2018 » à la pépite grenobloise Diabeloop. Assortie d'une enveloppe de 5000 euros, la récompense l'a ainsi distinguée parmi un éventail de start-up innovantes sélectionnées par un comité d'experts. Fondée en 2015, cette jeune pousse est à l'origine d'un système intelligent qui reproduit le fonctionnement du pancréas, grâce à un capteur de glycémie et un terminal doté d'un algorithme complexe pour déterminer la meilleure dose d'insuline à envoyer à la pompe connectée. De quoi révolutionner le traitement actuel, très contraignant, du diabète de type 1 dont souffrent de nombreux patients à travers le monde.

Autre moment fort, le prix « Coup de cœur » du public a mis à l'honneur CorWave, une jeune pousse francilienne qui, au cours de cette journée rythmée par 12 présentations, a séduit l'audience avec sa pompe d'assistance cardiaque fondée sur une membrane ondulante. De son côté, Fineheart, une medtech basée à Pessac (Gironde), qui développe elle aussi un dispositif contre l'insuffisance cardiaque, ainsi que la start-up stéphanoise Dessintey, avec son dispositif de rééducation à base de thérapie miroir, sont montées, respectivement, sur la deuxième et la troisième marche du podium. Autant de start-up emblématiques d'une innovation tricolore bouillonnante...

Un environnent complexe en constante évolution

Inauguré par Delphine Geny-Stephann, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, et clôt par Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, l'événement a été également riche en débats, autour de multiples enjeux, tant médicaux qu'économiques et sociétaux, auxquels font face les start-up du dispositif médical. « Les start-up sont par définition fragiles. C'est particulièrement vrai dans le domaine des dispositifs médicaux », a pointé Stéphane Régnault, président du Snitem, en introduisant cette édition placée sous la thématique « Franchir des obstacles pour réussir ». Un secteur où l'environnement réglementaire est non seulement complexe mais en constante évolution, allongeant la période entre la conception et la mise sur le marché. Et de lancer une série de discussions portant sur des questions concrètes auxquelles doivent faire face les jeunes entreprises innovantes - de la stratégie réglementaire à celle de l'accès au marché en passant par le financement. Des problématiques qui doivent toutes impérativement s'anticiper.

Les vertus des partenariats

Comment, donc, passer du concept à la commercialisation ? Les intervenants de l'une des tables rondes ont mis en avant les vertus des partenariats, permettant de co-construire une solution de la conception jusqu'à la pré-industrialisation, comme l'a fait par exemple la start-up Supersonic. Elle s'est alliée à la PME Ametra pour développer la partie mécanique de son échographe innovant. Plusieurs exemples d'alliances réussies entre jeunes pousses et grandes entreprises ont d'ailleurs été mis en lumière tout au long de l'événement, à l'instar de celle qui a été lancée par le groupe Urgo à travers son programme d'accompagnement de jeunes pousses en amorçage, l'Urgo Mentorship Program. « Nous accompagnons, grâce à nos experts, une start-up dans tout son développement, pour nous assurer qu'elle puisse aller jusqu'au lancement du produit sur le marché », a ainsi détaillé Alexandre Tepas. Autre exemple de collaboration avec les start-up, celle que met en oeuvre WeHealth by Servier, un département de santé connectée lancée au sein du groupe pharmaceutique pour créer des services et des dispositifs médicaux innovants via des partenariats avec une quinzaine de pépites.

C'est sans oublier la place qui a été accordée lors des débats à des questions de fond, comme celle de la « valeur en santé », une vision accordant une place centrale aux attentes du patient. Ainsi, pour le spécialiste des technologies médicales Medtronic, cette valeur constitue un critère essentiel. « Une start-up qui a un produit ou une innovation technologique intéressante, c'est bien, mais ce n'est pas suffisant », a tranché Frédérique Debroucker, directrice économie de la santé et remboursement chez Medtronic. Encore faut-il que la jeune pousse inclue dans son discours et ses actions le sens et les raisons pour lesquelles l'innovation est essentielle pour le patient...

Pour cette journée, le Snitem a également pu compter sur le soutien de MDP maxon motor France, Medtech Europe et B Braun, qui ont rendu possible cette journée.

Une journée dense en informations utiles comme en occasions d'échanger et de nouer des contacts lors des rendez-vous BtoB, de même qu'au cours de plusieurs séances de networking. Et le rendez-vous est d'ores et déjà donné à la profession, le 14 mai 2019, pour une 5è édition, qui rassemblera une fois encore toute l'excellence de l'innovation française dans le domaine du dispositif médical.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :