Face au défi climatique, le transport aérien en quête de nouveaux paradigmes

 |  | 634 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Organisé les 11 et 12 mars prochains par l’Académie de l’air et de l’espace, un colloque international sous forme de webinaire fera un tour d’horizon des enjeux environnementaux et des pistes de solutions pour réduire l’empreinte carbone de ce secteur frappé de plein fouet par la crise sanitaire. Introduit par Violeta Bulc, ancienne Commissaire européenne aux Transports, il réunira climatologues, économistes, sociologues, représentants du secteur et étudiants, avant de dresser une liste de recommandations pour l’avenir de l’aviation.

C'est à la fois une exigence et une opportunité de se réinventer pour le transport aérien : le secteur fait face tant à la pression sociétale pour réduire ses émissions de CO2 qu'à une crise sans précédent depuis la pandémie de Covid-19. Il ne joue pas moins que son avenir sur la transition écologique. Pour brosser un tableau complet de cette problématique et contribuer aux réflexions, l'Académie de l'air et de l'espace, une ONG européenne basée à Toulouse, organise les 11 et 12 mars prochains un colloque international sous forme de webinaire réunissant des acteurs de différents horizons concernés par le sujet. « Nous avons voulu rassembler tant les professionnels de l'aéronautique civile que des contributeurs extérieurs au secteur, notamment les experts en environnement et énergie, afin de donner une description objective de la situation », affirme Michel Wachenheim, président de l'Académie de l'air et de l'espace.

Un panel d'acteurs mondiaux

Ainsi, sont annoncés, parmi les intervenants, Valérie Masson-Delmotte, chercheuse au CEA et co-présidente du groupe n°1 du GIEC, Philippe Novelli, directeur des programmes propulsion et environnement au sein de l'Onéra, Bruno Stoufflet, directeur innovation de Dassault Aviation, Anne Rigail, directrice générale d'Air France, Stéphane Cueille, directeur R&T et innovation de Safran, Paul Stein, CTO de Rolls Royce, Jean-Brice Dumont, directeur général Ingénierie d'Airbus, Sheila Remes, vice-présidente « Environmental Sustainability » de Boeing, Alexandre Juniac, directeur général de l'Association du transport aérien international (IATA), Adefunke Adeyemi, directrice régionale des relations extérieures de l'Iata Afrique, Michael Gill, directeur exécutif de l'ATAG (Air Transport Action Group), ou encore Charles Schlumberger, responsable du secteur aérien à la Banque mondiale.

Ils débattront pendant deux jours dans le cadre d'un programme dense, articulé en quatre sessions. Celle sur les « enjeux climatiques », d'abord, pour faire l'état des lieux sur le changement du climat et esquisser les évolutions énergétiques susceptibles d'impacter le transport aérien de demain. Ensuite, une session dévolue aux « énergies renouvelables et aux apports de la technologie », afin de passer en revue les promesses des différentes évolutions techniques pour réduire l'empreinte carbone : l'hydrogène vert, les carburants synthétiques, mais aussi les progrès de motorisation comme des solutions opérationnelles que peuvent mettre en place les compagnies aériennes. Elle sera suivie d'une série de tables rondes sur l'« évolution des stratégies du transport aérien et interactions internationales », avant de se terminer par une tentative d'esquisser les potentielles évolutions de comportements et de la demande (« Mobilité du futur à l'échelle mondiale »).

Associer les jeunes professionnels français et internationaux

Autre volonté forte de l'organisateur, associer les jeunes générations aux débats et à l'action. Pour ce faire, une place de choix leur est réservée lors de l'événement. Une table ronde sera ainsi dédiée aux jeunes professionnels venant d'Europe et d'Afrique, notamment Fadimatou Noutchemo, Présidente des jeunes professionnels de l'aviation en Afrique, pour leur permettre d'exprimer leur vision. Par ailleurs, « une diffusion en direct est prévue dans plusieurs écoles. Près de 2000 étudiants sont d'ores et déjà inscrits à notre webinaire », assure Michel Wachenheim.

Enfin, l'Académie de l'air et de l'espace, qui ambitionne à travers ce colloque de faire émerger une discussion internationale - nécessaire pour relever le défi climatique dans un système aérien mondialement imbriqué - s'est donné pour objectif d'aboutir à « une synthèse et quelques recommandations qui s'adresseront aux pouvoirs publics, aux institutions ainsi qu'aux acteurs du secteur aérien », conclut Michel Wachenheim. Une manière de les faire avancer dans la bataille pour une aviation zéro carbone.

Pour en savoir plus : academieairespace.com/colloque



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :