La FEP sensibilise à l’impact positif de la propreté

 |  | 485 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Enjeu sanitaire, qualité de vie au travail, motivation des salariés, meilleure productivité… les prestations de propreté apportent aux entreprises de multiples avantages, tant sur le plan de la performance que de la RSE, et ne peuvent être jaugées uniquement à l’aune des prix. C’est en somme le message que la Fédération des entreprises de la propreté adresse aux acheteurs à travers sa nouvelle campagne de communication.

À l'heure de la crise sanitaire, les Français sont plus que jamais exigeants sur la propreté : 99% la considèrent comme indispensable dans les lieux accueillant du public, selon un sondage réalisé en juin par l'institut BVA pour la Fédération des entreprises de propreté (FEP). Pour 87% des actifs interrogés, la propreté et l'hygiène vont être des critères déterminants pour assurer leur santé et leur sécurité, et deux français sur trois considèrent que leur exigence en matière de propreté a augmenté.

Une tendance qui met en lumière le rôle clé des entreprises assurant le nettoyage des locaux collectifs et professionnels : elles sont en première ligne pour décontaminer les hôpitaux, les bureaux, les écoles ou encore les transports, sans oublier les copropriétés. Un moment propice, aussi, pour expliquer les multiples bénéfices de la propreté : c'est justement l'objectif d'une campagne du Monde de la Propreté et de la FEP - la principale organisation professionnelle du secteur - qui démarre à la fin d'octobre pour inciter les acheteurs à « un achat de propreté plus efficace et responsable ».

Un levier de performance pour l'entreprise et un élément clé de l'expérience client et collaborateurs

« Au-delà de la seule propreté, on achète en réalité un service avec de nombreux effets positifs sur le bien-être, le sentiment de sécurité et la qualité de vie au travail des salariés et des clients de nos clients », estime Philippe Jouanny, Président de la FEP. « La propreté est ainsi un levier de productivité et de performance, de même qu'un élément particulièrement important de l'expérience client et usager », relève-t-il.

Illustration, selon une enquête Ipsos pour Onet de 2018, 93 % des salariés se disent plus motivés dans un espace propre et bien rangé, tandis qu'une étude pour l'acteur britannique Swift montre que 90 % des employés estiment être plus productifs dans un environnement propre. À l'inverse, « un mauvais achat des prestations de propreté peut avoir un impact négatif sur la motivation des salariés de même que sur l'environnement de travail ou encore sur les clients lorsqu'il s'agit de commerces ou de transports par exemple », avance le président.

Autant d'arguments que le secteur de la propreté, qui a souffert de la fermeture de nombreux locaux durant le confinement, espère faire entendre aux décideurs et acheteurs de ses services. Ceux-ci, en effet, pourraient être tentés de réduire les coûts liés aux prestations de propreté en ce temps de crise... Philippe Jouanny de conclure : « Notre secteur commence à être perçu comme essentiel alors qu'en même temps les professionnels de la propreté sont souvent peu visibles. Nous sommes dans un moment charnière ».

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La FEP en chiffres

13 000 entreprises

550 000 emplois

16 milliards d'euros de C.A.

Pour aller plus loin : https://www.achat-proprete.com/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :