La transition écologique : Une priorité pour la caisse d’épargne CEPAC

 |   |  547  mots
Le Grand Rendez-vous avait lieu le 26 septembre dernier au CEPAC Silo.
Le Grand Rendez-vous avait lieu le 26 septembre dernier au CEPAC Silo. (Crédits : Criscuolo)
Accompagner la transition écologique fait partie des priorités stratégiques de la CEPAC et c’est donc naturellement qu’elle a souhaité mettre cette thématique à l’honneur lors de son traditionnel Grand Rendez-vous, le 26 septembre dernier au CEPAC Silo, autour de la problématique suivante : « transition écologique : une utopie ou une chance pour demain ? ».

Avec comme grand témoin du débat, Nicolas Vanier - explorateur depuis plus de 30 ans des territoires les plus reculés du monde - Joël Chassard, Président de la CEPAC, a tenu à rappeler son profond engagement en faveur de la transition écologique : « la CEPAC, c'est près d'un milliard d'euros investis en 2018 pour financer des projets de centrales solaires, éoliennes et biomasses. Avec une plateforme de services dédiée depuis 10 ans, la CEPAC a la fierté d'être devenue le 1er financeur de la transition énergétique du groupe BPCE et 4ème financeur au niveau national ».

Fort de son expérience et au vu des changements climatiques bouleversant profondément la planète et ses écosystèmes, Nicolas Vanier a tenu à expliquer que « depuis 50 ans nous avons beaucoup conjugué le verbe « avoir ». J'ai désormais envie de croire que nous allons conjuguer un peu plus le verbe « être », ce qui me parait être une belle perspective pour nos jeunes ». Loin de sombrer dans le catastrophisme, le Grand Rendez-vous a été l'occasion de dresser des pistes sérieuses pour le futur.

En accompagnant dans leur développement des projets de taille intermédiaire, qui sont le cœur des initiatives en matière de transition énergétique, la CEPAC joue un rôle essentiel pour leur permettre de grandir et d'augmenter leur production.

Pour témoigner de cet accompagnement auprès des 1 300 invités présents, la CEPAC a fait le choix de donner la parole à deux chefs d'entreprise qu'elle a le privilège de financer.

Jean-Yves Grandidier, fondateur de Valorem et Michaël Coudyser, fondateur de Corsica Sole ont pu, tour à tour, alerter sur l'obligation pour notre société de changer de modèle : nécessaire baisse de la consommation d'énergie, utilisation de véhicules électriques et développement du stockage de l'énergie renouvelable.

A ce titre, la CEPAC est à la pointe du financement de l'innovation grâce, notamment, à sa présence en Outre-Mer. Ces territoires, plus fragiles et soumis aux aléas climatiques, sont de véritables laboratoires où la CEPAC a pu accompagner des projets emblématiques :

  • En partenariat avec Valorem, la CEPAC a pu développer la première centrale éolienne à capacité de stockage en Guadeloupe,
  • En partenariat avec Albioma, la CEPAC a financé une centrale à éthanol pour répondre à une demande très particulière : offrir la possibilité aux Réunionnais de satisfaire le pic de consommation de l'île, tous les soirs pendant une heure au moment où la consommation est supérieure à la production.

Didier MOATE, membre du directoire de la CEPAC et présent sur scène pour débattre avec nos invités, a tenu à conclure la soirée en qualifiant la transition énergétique de « plus grand défi de l'histoire de l'Humanité. Face à ce constat, nous avons fait le choix, il y a 10 ans déjà, de financer les énergies renouvelables, parce qu'effectivement c'est un développement stratégique mais aussi et surtout parce que ça avait du sens. La fierté du métier de banquier, c'est de rendre votre futur possible et à ce titre nous participons au devenir de la société ».

(Re)visionnez le « Grand RDV de la CEPAC » 2019 sur la chaîne YouTube PlaneteCEPAC : https://urlz.fr/aHtu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :