Les Big Boss de la bancassurance font du speed dating

 |   |  749  mots
(Crédits : DR)
Le 12 février a eu lieu la deuxième édition des Big Boss bancassurance au Pavillon Dauphine à Paris. Une succession de rencontres express pour faciliter les échanges entre décideurs et prestataires.

Le soleil était au rendez-vous au Pavillon Dauphine à l'orée du Bois de Boulogne pour accueillir décideurs du monde de la banque et de l'assurance et prestataires de services venus les rencontrer. La journée a débuté sur les chapeaux de roues avec une conférence (animée par la Tribune) sur le futur du secteur bancassurance. Carine Weil, directrice marketing multicanal France d'Axa, Vitor Martins, directeur marketing et distribution de BCP (groupe BPCE) et Jean Baptiste Chetti, directeur associé de ThinkMarket, ont partagé avec une assistance attentive leur vision des changements à venir dans ces deux industries chahutées par la transformation digitale et l'arrivée des nouveaux acteurs que sont les fintech et les assurtech.

Pour Carine Weil, le principal défi de demain, c'est la mutation de l'expérience client : « dans un secteur devenu hyper concurrentiel, la disruption ne viendra pas obligatoirement des technologies mais de la manière dont nous nous adressons à nos clients et comment nous répondons à leurs attentes ». Ce qui passe par une réorganisation des méthodes de travail et de l'accueil des clients, comme ces futurs espaces de coworking réunissant banquiers, assureurs et prestataires de services, un projet sur lequel travaille Axa.

Pour Vitor Martins, la transformation digitale est un enjeu majeur, incarné par l'arrivée des fintech et des nouveaux modes de relation client comme les chatbots. Comme sa consœur de l'assurance, il reconnaît qu'il faut « faire évoluer nos offres en nouant des partenariats avec de nouveaux opérateurs ». Illustration avec la vente d'iPhone par BCP accompagnée d'un crédit à taux zéro sur 36 mois. Une manière originale d'attirer les prospects et fidéliser les clients.

En tant que consultant spécialisé dans la stratégie de rupture, Jean-Baptiste Chetti a insisté sur les projets destinés à assurer la production de valeur, comme « passer de la segmentation à la personnalisation, l'ouverture de compte à la volée - une pratique des fintech -, le traitement de sinistre automatisé ou encore l'accompagnement du client via la data avec des chatbots et voicebots ».

Des contacts fructueux

Le speed dating, moment fort de cette journée, a permis aux décideurs de recevoir les prestataires durant des sessions de sept minutes annoncées par le son d'un gong actionné par Hervé Bloch, fondateur des Big Boss.

Pour Carine Weil, ce format « permet de nouer une relation différente avec les prestataires pour nous qui sommes très sollicités, de nous tenir au courant des innovations et d'échanger avec les gens du secteur ». Seul bémol pour directrice marketing multicanal France d'Axa : un nombre de rencontres un peu trop élevé à son goût et une durée un peu trop courte. Vitor Martins explique venir « avec des besoins précis, comme trouver des fournisseurs de tutoriels vidéo, et aussi pour découvrir de nouveaux prestataires ». Jérémie Rosselli, directeur général France de la fintech allemande N26, avait programmé 15 rendez-vous dans la journée et apprécie « le gain de temps et le bon ciblage des prestataires ».

Côté fournisseurs, la satisfaction est générale. En effet, un tel événement leur permet de rencontrer des dirigeants surbookés difficilement accessibles et disponibles pour les écouter. Pour Julia Ferhat, directrice développement et analytics de l'agence digitale Altima (rachetée par Accenture Interactive), « ce format permet de déclencher des rendez-vous a posteriori et d'augmenter notre notoriété ». Pedro Pereira, directeur du développement de Wizbii, une plateforme qui met en relation jeunes et entreprises, apprécie de « pouvoir rencontrer des personnes difficiles à joindre. Des rencontres qui peuvent déboucher sur des contacts fructueux, comme avec la Société Générale ». Marius Le Floch, business developer chez Kameleon, éditeur de logiciels de personnalisation boostés par l'IA, se félicite de ces rendez-vous qualifiés, « qui ouvrent des opportunités à transformer ensuite ». Isabelle Matésic, responsable des ventes vidéo de Taboola, », plateforme de native advertising, considère que « cette formule permet des entretiens féconds car les décideurs sont réceptifs ».

Le mot de la fin à Hervé Bloch, Big Boss en chef : « cette journée sur la banque et l'assurance montre que nous avons diversifié notre offre, avec plusieurs événements dédiés à des secteurs comme le tourisme, les RH ou les transports. Nous ne sommes plus uniquement des spécialistes du digital, qui reste quand même notre ADN et sur lequel nous avons bâti notre concept ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :