Teebike vise le reconditionnement de bicyclettes

Après avoir développé et commercialisé, depuis fin 2019, une roue avant électrique universelle, la start-up niçoise se lance, en partenariat avec les Apprentis d’Auteuil, dans la réparation et le reconditionnement de vélos destinés à la casse.

3 mn

(Crédits : DR)

Innovation technique mais aussi sociale : tel est le credo de Teebike. D'abord, une roue avant électrique universelle, commercialisée depuis fin 2019, qui a d'ailleurs valu à la jeune pousse le prix "10.000 startups pour changer le monde" 2021, organisé par La Tribune, dans la catégorie "Environnement & Energie". Et aujourd'hui, l'ouverture d'ateliers de réparation et de reconditionnement de vélos destinés à la casse, en partenariat avec les Apprentis d'Auteuil, fondation pour des jeunes en difficulté. « Notre premier atelier a ouvert début mai à Brignoles, dans le Sud de la France, avec le recrutement d'un chef d'atelier et de six apprentis. La formation a débuté et 50 vélos récupérés à la déchetterie sont en cours de réparation », se réjouit Laurent Durrieu, fondateur et codirigeant, avec Marine Billis, de Teebike.

Outre le reconditionnement de vélos, les apprentis sont également formés à la maintenance et au SAV des roues électriques avant. L'ouverture d'un deuxième atelier est prévue pour début juillet à Juan-les-Pins. « Cette année est consacré à la mise en place de nos premiers ateliers. Nous testons ce dispositif et nous le corrigerons, si besoin. Notre objectif est d'avoir une douzaine d'ateliers en France fin 2022 », poursuit l'entrepreneur.

Partenariat avec Deliveroo

En plus de son site web, Teebike commercialise ses produits - ses roues électriques avant ou ses vélos reconditionnés équipés de la roue électrique avant - dans une soixante de points de ventes : des magasins spécialisés et des enseignes généralistes comme Fnac-Darty en Île-de-France et dans les grandes villes, ainsi que Norauto et Hubside Store dans le Nord. La start-up a également noué un partenariat avec des réseaux de concessionnaires automobiles du Nord pour proposer, notamment dans 11 concessions du Groupe Dugardin, des offres couplées - voiture et vélo. De même, elle s'est rapprochée de la plateforme de livraisons de repas Deliveroo pour proposer aux livreurs en scooters ou en vélos traditionnels de s'équiper en roues Teebike.

Une même offre est en cours d'élaboration avec Uber Eats. « Nous discutons aussi avec des partenaires réparateurs pour que les livreurs des plateformes soient prioritaires en cas de problèmes de freins ou de crevaisons », précise en outre Laurent Durrieu. Autant d'initiatives susceptibles de dynamiser les ventes (1500 unités l'an dernier, pour un chiffre d'affaires de 500 000 euros). « Dans notre plan de financement initial, nous avions comme objectif 1,5 million d'euros de revenus à fin 2022, mais nous devrions atteindre ce chiffre dès cette année », se réjouit le dirigeant.

Cap sur l'Europe

Déjà présent dans quelques magasins en Belgique et en Suisse, la start-up aux cinq collaborateurs ambitionne de développer davantage ses activités hors de l'Hexagone à moyen terme. « Notre objectif est de structurer nos activités en France cette année, avant de nous attaquer à l'Europe l'an prochain », indique Laurent Durrieu. Parmi les cibles figurent l'Allemagne, de loin le premier marché européen, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Scandinavie. « Ces pays ont investi dans les infrastructures vélos : pistes cyclables et parkings. Il sera donc logique d'y débuter », conclut Laurent Durrieu.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.