Transition vers le Cloud, les défis qui s’imposent aux DSI

 |  | 737 mots
Lecture 4 min.
Emmanuel Guillaumeau, Partner chez Devoteam Management Consulting à Lyon.
Emmanuel Guillaumeau, Partner chez Devoteam Management Consulting à Lyon. (Crédits : DR)
Co-développement avec les métiers, évolution des compétences et du modèle organisationnel ou encore monitoring des coûts, Emmanuel Guillaumeau, Partner chez Devoteam Management Consulting à Lyon, partage son constat et sa vision autour des problématiques organisationnelles liées à la transition vers les technologies Cloud.

Les technologies Cloud sont désormais bien ancrées dans la plupart des entreprises ; elles constituent de nouveaux modes de services, bien souvent introduits par le biais de la technique, sans véritable prise en compte des autres aspects de la gestion de services. Un récent sondage lancé auprès de 9 des différents clients et prospects Lyonnais de Devoteam Management Consulting, révèle que pour 71% d'entre eux, le Cloud représente un vrai levier de développement économique pour leur entreprise, les principaux déclencheurs les incitant à se lancer étant l'agilité des métiers, l'amélioration de la gestion des coûts du SI et les opportunités liées à l'obsolescence des infrastructures et des applications.

Accompagner les métiers dans leur utilisation du Cloud

Si la principale motivation du mouvement vers les plateformes Cloud était souvent, à l'origine, de nature économique, avec le souhait de pouvoir faire baisser les coûts de gestion et de maintenance des infrastructures, bon nombre d'acteurs sur les technologies Cloud s'accordent aujourd'hui à dire qu'il faut absolument intégrer l'angle de l'innovation et de l'agilité au regard des enjeux business : « En se positionnant comme fournisseur de services sur ces technologies auprès de leurs métiers, les DSI peuvent améliorer le time-to-market des services qu'elles proposent et ainsi contrer le phénomène de shadow IT » confirme Emmanuel Guillaumeau.

Renforcer le développement des compétences

Néanmoins, la mise en place de projets qui impliquent les technologies Cloud, nécessite la prise en compte de l'évolution des compétences des collaborateurs impactés. « Il est nécessaire d'investir sur leur montée en compétence pour pouvoir garantir la maîtrise des projets, et ce, principalement sur trois aspects : des compétences de développement Cloud (Infra as code, etc.), d'architecture, et de pilotage de services Cloud », ajoute Emmanuel Guillaumeau. Ces mêmes projets représentent d'ailleurs un vrai facteur d'attractivité pour les jeunes talents formés sur ces technologies, mais aussi un facteur de fidélisation auprès des collaborateurs déjà présents au sein de l'entreprise.

Faire évoluer l'organisation pour la rendre plus agile et limiter la bimodalité

D'un point de vue organisationnel, les services IT Legacy s'opposent aux modes d'organisation Agile et DevOps favorisés par les services Cloud. L'enjeu pour les DSI est donc d'arriver à créer des passerelles entre ces deux mondes qui, par définition, se répondent pour limiter les effets de bimodalité, sans pour autant brider l'innovation. « Il n'y a vraisemblablement pas d'organisation type ou de recette miracle ! L'enjeux est avant tout de faire évoluer le mindset de tous les acteurs de ces deux mondes, ensemble ! Le Legacy doit s'ouvrir aux principes du Cloud et le Cloud s'approprier le fonctionnement du Legacy pour aider à sa transformation » poursuit Emmanuel Guillaumeau.

Changer le mode de gestion financier des SI

Le choix du Cloud implique de modifier en profondeur l'approche que nous avons de la gestion des ressources informatiques induites par le mode de consommation XaaS. Il faut donc faire évoluer la gouvernance, les processus et les outils pour pouvoir gérer et optimiser les montées et les baisses d'usages de services Cloud, de la façon la plus efficiente possible ; en d'autres termes, s'approprier ce qui est appelé aujourd'hui FinOps et l'intégrer pleinement à la gestion financière de la DSI. En outre, la transition d'un Legacy vers le Cloud doit se faire de façon à optimiser les coûts d'infrastructures, en privilégiant le Replatforming ou le Cloud Native, plutôt que le Lift & Shift, tout en s'assurant de bien décommissionner les infrastructures migrées.      « L'évolution du mode de gestion financière et des différentes offres fournisseurs crée aujourd'hui un besoin en nouveaux profils, à mi-chemin entre l'Architecte Solution et le Contrôleur de Gestion, pour maîtriser les coûts de manière efficace. » conclut-il.

Les technologies Cloud sont une vraie opportunité pour les DSI de remettre sous contrôle leur parc applicatif, tout en proposant une offre qui permet d'accompagner et d'apporter de la valeur aux métiers. Ce virage stratégique qui se voulait naturel, car essentiellement basé sur la technique, a fait ressortir des points d'attention à prendre en considération pour réussir sa transition. Le défi principal à relever est bel et bien d'ordre organisationnel, en veillant à éviter au maximum l'instauration d'une bimodalité entre les équipes Legacy et Cloud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :