Trois Questions à Fabienne Delahaye, fondatrice du salon MIF Expo

 |   |  576  mots
(Crédits : DR)
Le Salon du Made in France se tiendra du 8 au 11 novembre à Paris, Porte de Versailles. Pour cette 8ème édition, 550 exposants viendront à la rencontre des visiteurs, et couvriront divers secteurs d'activité (mode, gastronomie, innovation...). Fabienne Delahaye, fondatrice du salon MIF Expo, nous présente l'événement plus en détails.

Quelques mots sur la genèse du salon, pourquoi un Salon du Made in France ?

MIF Expo, est né en novembre 2012 avec comme objectif de promouvoir les entreprises, quel que soit leur secteur, quel que soit leur taille, qui fabriquent en France.

C'est en regardant sur une chaine de télévision une énième émission relative à la désertification des territoires et à son corollaire, le taux de chômage important dans des régions anciennement industrielles, et victimes de délocalisation aujourd'hui, que l'idée m'est venue de lancer un salon pour promouvoir les savoir-faire des entreprises qui fabriquent en France, et qui ainsi participent à créer de la richesse, de l'emploi sur le territoire.

Le raisonnement est simple : Pour être en capacité d'investir, et de créer de l'emploi en France, les entreprises doivent générer du chiffre d'affaires, autrement dit, elles doivent vendre leur production. Plus de vente, c'est plus d'investissements et plus d'emplois. Ainsi tout est fait sur le salon pour que les ventes se concrétisent, remboursement du droit d'entrée à tout visiteur qui achète un article sur le salon, distribution de milliers d'invitations afin de ne pas obérer, par un droit d'entrée, le pouvoir d'achat des visiteurs. Le cercle vertueux fonctionne, puisque 85 % des visiteurs achètent un article sur le salon.

Made in France, un engouement véritable ou un effet de mode ?

En 2012, année de la création du salon, nous avons accueilli 75 exposants et 15 000 visiteurs, aujourd'hui, à quelques jours de l'ouverture du salon, nous recevrons 570 entreprises et attendons 80 000 visiteurs. S'il avait s'agit d'un effet de mode, la progression, tant en termes de visiteurs, qu'en termes d'exposants n'aurait pas été si fulgurante. Il n'y a jamais eu autant de conférences, d'articles sur la thématique. Les consommateurs sont conscients des enjeux qui se jouent ici : l'emploi, la transmission des savoir-faire, la désindustrialisation, la désertification des territoires, le développement durable.... la liste des enjeux est longue et la thématique du made in France a la capacité de tous les réunir dans une approche économiquement et socialement responsable.

Le Made in France coûte plus cher aux consommateurs, tous ne peuvent pas se le permettre

Ah la problématique du coût ! Et si c'était le contraire justement ? Si c'était d'acheter pas cher qui nous coûtait très cher !   Savons-nous ce que coûte à chacun d'entre nous et chaque année la destruction de nos emplois et la perte de savoir-faire, parfois stratégiques (je pense à Alstom, à Alcatel.....), savons-nous ce que coûte à chacun d'entre nous et chaque année la destruction d'écosystèmes entiers suite à la délocalisation de pratiques industrielles peu responsables, et puis un brin ironique, j'aime à dire que je n'ai pas les moyens d'acheter « made in China » quand je vois des jeans ou des sacs à main « dits de marques » fabriqués en Asie et vendus plusieurs centaine d'euros., alors que l'équivalent existe en France moins chers.

D'ailleurs, il y a du Made in France à tous les prix. Le shampoing Dop, par exemple, est au litre le shampoing le moins cher du marché et pourtant intégralement fabriqué à Rambouillet. On trouve sur le salon des articles à des prix comparables à ceux de la concurrence made in ailleurs.

Et pour en avoir le cœur net....

Rendez-vous les 8 9 10 11 novembre à porte de Versailles pour la 8ème édition de Mif Expo, le Salon du Made in France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2019 à 18:56 :
"Si c'était d'acheter pas cher qui nous coûtait très cher !"

Phrase d'une personne qui n'a pas de problème de fin de mois. Donc oui, la remarque est juste, une grande partie de la population ne peut pas inciter à acheter français, ou bio, ou naturel ou eco-responsable et-c... de son seul manque de pouvoir d'achat déjà.

Sans parler de la publicité à laquelle nous sommes lobotomisés depuis des décennies d'ailleurs le QI général baisse depuis 15 ans. Le consumérisme est une pathologie que l'on nous a injecté par intérêt, si vous n'arrivez pas à prendre ce recul là votre discours sera toujours au moins un peu faux au moins hypocrite.

Je ne dis pas que l'initiative est mauvaise loin de là, je dis juste qu'il y a des réalités que vous ne pouvez pas contourner pour avancer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :