Le déménagement participatif, alternative prometteuse dans un secteur en mutation

 |   |  572  mots
(Crédits : DR)
Entre le déménagement confié à une société spécialisée et celui organisé entre amis, une troisième voie se dessine : le déménagement participatif, ou comment associer professionnels et particuliers. Une approche encore méconnue mais qui commence à percer en France.

Comme un grand chassé-croisé de cartons, chaque année, 3 millions de déménagements sont effectués à travers la France. Et la tendance n'est pas près de s'inverser. Selon une récente étude Cofidis/CSA Research, 16 % des Français envisagent de changer de lieu d'habitation cette année.

Une aubaine pour les sociétés de déménagement ? Pas si sûr, puisque seuls 24 % des Français confient aujourd'hui leurs meubles à des déménageurs professionnels. La principale raison est connue : un déménagement professionnel coûte cher, entre 1 000 et 3 000 € selon le volume et la distance. Miser sur la débrouille, se tourner vers le marché noir, ou faire appel à des sociétés innovantes comme Demeclic constituent autant de réponses « low cost ».

La digitalisation rebat les cartes du secteur du déménagement

Depuis quelques années toutefois, la digitalisation pousse les sociétés historiques, les plus solides, à investir le web. Car face à elles, de nouveaux acteurs font bouger les lignes. Dématérialisation, Big Data voire « ubérisation » s'imposent et les startups fleurissent : courtiers en ligne, comparateurs de prix, générateurs de devis, location de matériel... Le déménagement « collaboratif » tente ainsi de séduire ces millions de Français en quête de solutions bon marché, via la mise en relation entre particuliers ou le recours aux « jobbeurs », ces indépendants qui louent leurs bras à petits prix.

Séduisante sur le papier, l'approche collaborative a pourtant plusieurs inconvénients. En cas de casse ou de vol, il y a fort à parier que vous n'aurez que vos yeux pour pleurer. Sans compter la lourdeur de l'organisation et les différents frais à engager qui sont souvent sous-estimés. Beaucoup l'oublient, mais sérénité rime avec légalité, seules les entreprises inscrites au registre du commerce et des sociétés mais aussi au registre des transporteurs routiers de marchandises offrent des garanties solides en cas de pépin.

L'essor du participatif façon Demeclic

Entre société traditionnelle et débrouille collaborative, une troisième voie se dessine désormais : le déménagement participatif, mêlant professionnels et amateurs. C'est sur cette ligne inédite que le groupe Seegmuller, acteur historique du déménagement, a lancé Demeclic en 2016. Son idée, alors : réinventer le métier pour toucher une clientèle nouvelle. « Nous nous fixons trois missions : faire baisser les prix, proposer un service professionnel et faire d'un déménagement un moment fun », détaille Jean-Charles Seegmuller, le PDG du groupe.

Le principe est simple : vous et vos proches prêtez main forte à un ou plusieurs déménageurs professionnels, appelés les « coachs ». Le tout avec les garanties d'une société reconnue : assurance, qualité, respect des délais... « Associer fun et déménagement est un défi, admet le dirigeant. Pour lancer la journée, nos déménageurs-coachs arrivent ainsi avec le petit-déjeuner et des t-shirts pour les participants. Même s'il s'agit de travailler, c'est toujours dans une ambiance conviviale, comme un "vis ma vie de déménageur" ! »

La solution participative imaginée par Seegmuller permettrait de réaliser jusqu'à 70% d'économies sur des déménagements locaux. Soutenu par un bouche-à-oreille efficace et d'excellents avis consommateurs, Demeclic a vu son activité doubler chaque mois au cours des 24 derniers mois et poursuit cette année son développement en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2019 à 15:33 :
C'était quand même mieux quand nos salaires nous permettaient de faire travailler des déménageurs professionnels non ?

L'économie participative; collaborative c'est formidable, vraiment je le pense sincèrement mais c'est la conséquence directe du dumping social et fiscal imposé par le consortium financier européen, ce que l'on oublie un peu trop facilement de dire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :