Tagerim, un acteur engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique

 |  | 443 mots
Lecture 2 min.
En 2021, le Groupe Tagerim va planter 4000 arbres dans une vingtaine de ses projets en France. Le promoteur entend ainsi compenser l’impact carbone des constructions, dans un secteur qui représente, après celui des transports, le principal émetteur de gaz à effet de serre en France.

Planter des micro-forêts pour lutter contre le réchauffement climatique, c'est le choix fait par le Groupe Tagerim pour compenser l'impact carbone de ses projets immobiliers.

Rappelons que le secteur du bâtiment et de la construction représente 35 % de la consommation d'énergie finale mondiale et près de 40 % des émissions de CO2 sont liées à l'énergie*. Ces chiffres impressionnants provoquent une prise de conscience croissante de l'impact des constructions sur l'environnement chez les promoteurs.

Pour Marie-Astrid Quentin-Mauroy, Présidente de Tagerim, il est indispensable d'agir et de prendre part à ce combat : « Les acteurs de la promotion immobilière doivent faire évoluer leur manière de travailler afin de prendre en compte les problématiques écologiques. L'implantation de poumons verts au sein de nos résidences apportera une solution. »

Plus de 4000 arbres plantés par an

Tagerim va donc implanter des micro-forêts sur une surface de 50 m2 dans une vingtaine d'opérations par an, soit un total de 4000 arbres plantés en France.              
« Notre objectif affiché à long terme est d'atteindre la neutralité carbone, » précise Marie-Astrid Quentin-Mauroy.

Pour réaliser ces implantations urbaines, Tagerim a adopté la technique « Miyawaki », du nom de son créateur, le botaniste japonais Akira Miyawaki.       
Le principe est simple, il s'agit de planter sur des terrains déjà fertilisés des arbustes qui ont vocation à croître à hauteur d'un mètre par an environ pour constituer, à terme, de véritables forets.

En plus de leur impact positif pour le climat, ces micro-forêts permettent un rafraîchissement de l'air jusqu'à 2 degrés, une amélioration de sa qualité, une diminution du bruit, une régulation de la biodiversité et une stabilisation des sols, autant d'atouts qui amélioreront la qualité de vie du quartier.

En avance sur les réglementations environnementales

La volonté affichée de Tagerim est de « placer le bien-être des habitants au cœur de la conception de nos projets immobiliers et d'améliorer leur quotidien » détaille Marie-Astrid Quentin-Mauroy. « Notre engagement va au-delà des réglementations environnementales dans chacun de nos projets et je me réjouis que nous ayons l'expérience, les moyens humains et financiers pour prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique ».


Pour la Présidente, ces engagements « doivent devenir systématiques et c'est un des grands défis qui attend notre profession » conclut-elle.

Avec ces initiatives, le Groupe Tagerim entend jouer son rôle en faveur de l'environnement et espère que le secteur de la promotion immobilière suivra cette même logique en apportant des solutions innovantes.

*Source : Chiffres du bilan 2019 du Centre d'études de la pollution atmosphérique (Citepa)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :