Travailleurs et consultants indépendants : portage salarial ou auto-entrepreneuriat ?

 |   |  463  mots
(Crédits : DR)
Alors que le travail indépendant est en augmentation continue en France, les travailleurs, et notamment les consultants, ont le choix entre plusieurs statuts. Le portage salarial et l’auto-entreprenariat font partie des solutions plébiscitées. Pour lequel opter, tout en prenant en compte les changements annoncés pour 2020 ?

L'avènement des plateformes collectives, et une économie de plus en plus numérisée font que de plus en plus de travailleurs exercent leur métier de façon indépendante. Parfois, c'est par choix, mais c'est aussi par contrainte : l'ubérisation de l'emploi est souvent synonyme de précarité subie. Le portage salarial et l'auto-entreprenariat sont les statuts les plus simples à gérer. Selon son métier, le temps que l'on doit consacrer aux procédures administratives, la protection sociale que l'on vise, le budget que l'on s'octroie pour déléguer les tâches à un service professionnel, on pourra choisir l'un ou l'autre.

Le portage salarial pour un accompagnement sur-mesure

Vous recherchez la sécurité, et vous êtes débordé par les tâches administratives ? Le portage salarial est le statut le plus sécurisant pour les actifs qui souhaitent exercer une activité professionnelle de façon indépendante. Les travailleurs et consultants indépendants qui font le choix d'être « portés » cotisent à une assurance prévoyance, à une mutuelle d'entreprise, à l'assurance-chômage, et aux caisses de retraite cadres et non cadres. En choisissant une société de portage qui développe l'accompagnement personnalisé et la mise en réseau, ils bénéficient aussi d'une réelle dimension humaine. Adhérer à une société de portage, que l'on soit consultant en e-commerce, consultant informatique, consultant RH, formateur, coach, expert, ou tout autre profession indépendante autorisée, permet de gagner un temps précieux. En effet, on délègue au service dédié la tenue de sa facturation, de sa comptabilité, et aussi le versement de charges sociales et fiscales.

Pour un accompagnement optimal, des sociétés de portage comme la jeune société de portage parisienne Cegelem, axée sur la dimension humaine, proposent également des formations pour améliorer ses performances (prospection, structuration de son offre, développement de son chiffre d'affaires, etc.), ainsi que des offres de missions.

Auto-entrepreneur : plus de liberté, mais une protection minimale

L'auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur), totalement indépendant, dispose d'une plus grande liberté. Il est aussi autorisé à exercer un plus grand nombre d'activités qu'un travailleur en portage salarial. La gestion est simple, et ne coûte rien. Il suffit de faire sa déclaration de revenus en ligne.

En revanche, les factures, les relances sont à faire soi-même. Le bât blesse au niveau de la protection : l'auto-entrepreneur n'a pas de prévoyance, ni de mutuelle. Les cotisations aux régimes de retraite sont plus faibles et proportionnelles aux revenus.

À partir de 2020, tous les micro-entrepreneurs seront au régime général de la sécurité sociale. Autre changement : l'allocation-chômage pour les indépendants est en vigueur depuis le 1 er novembre 2019, mais elle s'avère très restrictive.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :