Claire Saddy : "Autorisons les femmes à rêver, parce qu'il n'y a que les rêves qui peuvent créer une réalité"

[#8mars #DroitsDesFemmes] Dans le cadre de la Journée Internationale des Droits des Femmes, La Tribune propose à des femmes engagées dans l'entrepreneuriat, la mixité globale et l'égalité économique femme-homme de s'exprimer sur leurs actions, convictions et expériences de terrain. Claire Saddy est présidente du réseau d'entrepreneurEs innovantes, Les Premières.
Valérie Abrial

4 mn

Claire Saddy, présidente du réseau d'entrepreneurEs innovantes, Les Premières.
Claire Saddy, présidente du réseau d'entrepreneurEs innovantes, Les Premières. (Crédits : DR)

Quand on me demande « Pourquoi les femmes ne créent-elles pas plus d'entreprises en France ? C'est quoi le blocage ? », j'avoue que c'est moi qui bloque pour répondre ! Et pourtant, depuis 10 ans, je suis devenue une experte de l'entrepreneuriat féminin. Je bloque parce que les causes sont tellement multiples, tellement atomisées, tellement ancrées et culturelles ... que je n'arrive plus à en citer une ! En effet, comment expliquer, alors que la liberté d'entreprendre est totale et réelle en France, que l'offre d'accompagnement à la création d'entreprise est pléthorique, que les femmes sont compétentes et formées ... pourquoi n'entreprennent-elles pas, d'autant plus qu'elles en ont envie ! (1) C'est inexplicable mais cela donne la mesure des blocages qu'elles rencontrent : énormes !

Entreprendre fait peur ... si si, ne dites pas non ! Entreprendre fait peur : aux hommes et aux femmes. Pas facile, n'est-ce pas de se retrouver du jour au lendemain ... seul. En revanche, hommes et femmes ne connaissent pas les mêmes blocages. Regardons rapidement de plus près ceux que connaissent les femmes.

L'éducation donné aux femmes n'est pas compatible avec les codes de l'économie capitaliste, essentiellement masculins : on leur apprend à être prudentes, douces, coopératives, délicates, .... Par la suite, elles vivent de nombreux moments où elles sont « remises à leur place », invitées à rester dans leur rôle, et c'est ce qu'on appelle des micro-discriminations ... Micro, micro certes, ... mais l'addition des « micro » à l'échelle d'une vie génère chez elles une forme de « macro » autocensure.

Voilà brossé, très rapidement, le paysage. Alors les femmes sont bloquées, faut-il qu'elles se débloquent ? Oui bien sûr ... mais la facilité serait de leur faire porter la responsabilité unique des freins qu'elles rencontrent. N'est-ce pas plutôt la société dans son ensemble qui devrait revoir son logiciel ? Pour mettre fin au capitalisme sauvage ancré dans des valeurs trop masculines et source de souffrance pour beaucoup, les valeurs dites « féminines » peuvent, devraient, être les nouvelles valeurs de l'entrepreneuriat et du modèle économique de la société de demain. Changeons la société : des nouvelles valeurs pour des nouvelles forces et codes de la société. Mais changeons de regard aussi sur les femmes, elles ont un potentiel de ressources incroyable et il suffit d'une petite étincelle pour le révéler ! Je m'explique ....

Si les femmes ne s'autorisent pas elles-mêmes à créer leur entreprise : donnons-leur l'autorisation ! Changeons de discours, là tout de suite, maintenant. Je me souviens de cette femme qui, à la fin d'une conférence, m'avait présenté son projet de création d'entreprise et à qui j'avais répondu «Waouh !  Il est génial ton projet, j'y crois ! Tu as tous les atouts pour réussir ! Fais comme moi qui suis entrepreneure depuis 10 ans : fais de ton job une occupassion ! ». Des années plus tard, elle a témoigné que mes simples mots l'avaient amené à se lancer pour de bon alors qu'elle était sur le point d'abandonner. Disons aux petites filles : « Sais tu que tu as toutes les qualités pour devenir une graaaaande cheffe d'entreprise ? » Disons aux étudiantes : « Créer sa boite c'est extraordinaire ! Tu t'imagines comme c'est coool de vivre de sa passion ? ». Disons aux salariées qui s'ennuient dans leur job et sont en quête de sens : « Ton boss ne te reconnait pas ? Imagine comme tu seras fière de toi le jour où tes clients parleront de tes produits sur tous les réseaux sociaux ? » Disons aux femmes séniors, mère isolée, en chômage de longue durée, ... : «Changer de vie et se reconvertir en créant sa boite, c'est la voie royale ! Imagine le jour où tu dirigeras une dream team dont chaque membre s'éclatera dans son job grâce à toi ?». Autorisons les femmes à rêver, parce qu'il n'y a que les rêves qui peuvent créer une réalité. Disons leur que l'ambition est un joli mot, féminin, qu'autonomie rime avec harmonie, que l'action est source de réalisation de soi. Disons leur qu'entreprendre est une aventure extraordinaire, que le champ de possibles est entièrement ouvert, qu'il n'y a pas de gène de l'entrepreneuriat, qu'il y a juste un chemin fait de volonté. « Là où il y a une volonté il y a un chemin » disait justement Winston Churchill. Et que cette joie d'entreprendre, tenace, persévérante, puissante abat tous les stéréotypes, toutes les injonctions, tous les clichés et corsets qui entravent leur liberté. Rien ne résiste à la passion et aux rêves, aucune peur, aucun blocage, aucun stéréotype ! Alors, même pas peur ?

(1)            - Seulement 18% des femmes envisagent de créer une entreprise d'ici deux ans, Alors qu'elles sont 69% à privilégier cette option plutôt que le salariat. Source : ministère des droits des femmes.

Infos + Les Premières par ici

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 09/03/2018 à 11:35
Signaler
Quelle enthousiasme! Quelle éloquence! Quelle passion! Ma chère Claire, tu forces l'admiration! Pour ma part nul besoin de la forcer elle est venue naturellement depuis notre collaboration en....2006 où tu assurais les cours de tecniques de vente...

à écrit le 08/03/2018 à 9:28
Signaler
Parce que vous que tout le monde rêve d'être entrepreneur sans rire ? Tout le monde est fait pour cela il faudrait se forcer à y accéder ? Et dire que l'on se moquait de la pensée unique soviétique... Rêver d'exploiter les autres, rêver de domine...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.