Bandeau Women For Future

Financi’Elles et Ethics&Boards dévoilent le baromètre de la mixité dans le secteur de la finance

 |   |  575  mots
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire lors de son discours d'ouverture aux côtés de Agnès Tran-Pommel et Corinne Trocellier, vice-présidentes du réseau Financi'Elles.
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire lors de son discours d'ouverture aux côtés de Agnès Tran-Pommel et Corinne Trocellier, vice-présidentes du réseau Financi'Elles. (Crédits : Presse)
[Exclusif] Mercredi 20 février s’est tenu le 3ème dîner des administratrices et femmes dirigeantes de la finance organisé par le réseau Financi’Elles. L’occasion de présenter en avant-première le 2ème baromètre de l’indice Ethics&Boards de mesure de la mixité au sein du secteur.

Les discours étaient ultra engagés en ce mercredi soir au Ministère de l'Economie. D'abord avec l'ouverture de la soirée par le ministre Bruno Le Maire qui n'a eu de cesse de rappeler l'égalité femme-homme comme grande cause du quinquennat. Rappeler également que la parité est un gage vérifié de succès économique et que le combat de la mixité est loin d'être gagné. Car même si la France a réalisé de nombreuses avancées, grâce en partie à la loi Copé-Zimmerman qui oblige à la parité dans les Conseils d'Administration des grandes entreprises, la vigilance reste de mise. Une vigilance qui force plus que jamais à dénoncer le long chemin qu'il reste à parcourir, car comme l'a rappelé Marie-Claire Capobianco, directrice croissance et entreprises chez BNP Paribas « si le secteur financier compte 50% de femmes dans ses effectifs, seulement 16 % d'entre elles font partie des COMEX ». Ont suivi les interventions engagées des membres du réseau Financi'Elles dont Sophie Blégent-Delapille (Deloitte), Virginie Chauvin (Mazars) ou encore Anne Guillaumat de Blignières et Nathalie Rachou (toutes deux membres d'honneur). Beaucoup ont par ailleurs insisté sur la nécessité de sanctionner lorsque les règles et lois n'étaient pas respectées, sans doute l'une des solutions les plus efficaces pour faire bouger les lignes.

Baromètre de la mixité

Présentée par Florianne de Saint-Pierre, présidente d'Ethics&Board, le baromètre de la mixité Financi'Elles a révélé quelques avancées notables. Cet indice a été réalisé auprès de 15 participants : Amundi, Groupe AXA, AXA France, BNP Paribas, Groupe BPCE, Groupe Caisse des Dépôts, CNP Assurances, Groupe Crédit Agricole, Euler Hermes, HSBC France, ING France, Malakoff Médéric Humanis, Natixis, Scor et Société Générale.

Premier constat : l'indice de féminisation des Conseils est passé de 27,6 % en février 2016 à 40,3 % en janvier 2019. Une nouvelle réjouissante que l'on doit pour beaucoup à la loi Copé-Zimmerman.

Le deuxième constat est quant à lui un peu moins enthousiasmant même si en évolution positive puisque la féminisation des COMEX et CODIR est passée de 14% à 20,8 % de février 2016 à janvier 2019. Une amélioration certes mais un taux encore loin de la parité. Même s'il dépasse celui du CAC 40 à 17,7% et celui du SBF 120 à 17,8%.

Quant à la féminisation du TOP 100 des entreprises, l'indice passe de 23,6% en 2015 à 26,6% en 2018.

Vous avez dit parité ? Pas vraiment gagné ! Car comme le démontre fort bien ce nouvel indice, le réseau Financi'Elles a encore de longues années d'action à mettre en œuvre pour atteindre une mixité des genres efficiente.

 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A propos de Financi'Elles

Financi'Elles est la première fédération de réseaux de promotion de la mixité intra-entreprises du secteur financier et s'est donné pour mission de contribuer à améliorer et surtout accélérer l'accès des femmes au sommet des organisations du secteur de la finance. Les adhérentes de Financi'Elles partagent toutes la conviction que la mixité est un facteur clé pour la réussite future de l'industrie financière. L'ambition de Financi'Elles est de conjuguer les ressources et les énergies des réseaux de promotion de la mixité existants ou en devenir au sein du secteur, pour, à partir d'une vision et d'un diagnostic communs, soutenir et démultiplier l'action de chacun, au bénéfice du renforcement de la mixité à tous les niveaux hiérarchiques des entreprises du secteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :