Bandeau Women For Future

La parité : une solution aux nouveaux défis sociétaux !

 |   |  806  mots
(Crédits : Presse)
Défenseurs de la création d'un écosystème mixte et à parité, Élisabeth Moreno Présidente de Lenovo France et Hervé Cuillandre auteur de « Un monde meilleur : Et si l’intelligence artificielle humanisait notre avenir ? » (Éd. Maxima et Chargé de Mission Digital chez un grand énergéticien) donnent le ton pour La Tribune.

Nous vivons une période d'instabilité économique, de rupture technologique, qui impose un changement de mentalité global. Perdre ses repères est anxiogène, et nous voudrions défendre par ces lignes que notre monde est en réalité porteur d'espoir. Le catastrophisme ambiant est anti-productif, car on ne construit rien sur la peur. Nous souhaitons construire. Et par conséquence, nous rejetons le doute et le désespoir, au profit d'une conception du développement économique et social positive fondée sur le « vivre ensemble ».

Il ne sert à rien de craindre un monde inéluctable. Le progrès a largement servi l'humanité, et continuera de le faire. Nous devons profiter de ces nouveaux paradigmes pour repenser un monde du travail davantage centré sur l'humain, plus inclusif et plus équilibré dans le partage des responsabilités. Et pour préparer l'avènement de la société de partage et de confiance, nous devons aussi progresser dans nos mentalités et dans nos modes de fonctionnement.

 La ré-humanisation des organisations

Ce monde vers lequel nous-nous orientons est celui du sens. Un avenir organisé autour d'une vision collective et engageante du travail et de l'existence. Cette cohésion nouvelle qui inspire tant les nouvelles générations doit dès maintenant être préparée et vécue en entreprise. L'entreprise, reflet de notre société, en est aussi son moteur. C'est en se réinventant, qu'elle répond à cette crise du sens, en remettant les préoccupations humaines au cœur de ses enjeux, ce, avant même de considérer ses ratios économiques, qui n'en sont que les conséquences.

Le rôle du dirigeant est donc amené à évoluer. La complexité de nos environnements nécessite davantage de collaboration et de mise en œuvre des intelligences collectives dans l'intérêt du groupe. Elle exige une meilleure prise en compte des individus au sein de l'organisation. De tous les individus. Et en cela, elle se doit de représenter la société qu'elle sert. Davantage dans l'alliance et la confiance, moins dans la rivalité et la défiance. Elle doit par sa prise en compte de sa diversité, être une force de compréhension du monde de demain.

Le projets d'entreprise pérenne est celui qui engage en représentant chacun, mais il est aussi celui qui s'implique par ses valeurs de cohésion, dans la construction d'une société plus inclusive. L'histoire nous a enseigné que les périodes de crise ont souvent précédé celles de fortes croissance économiques et de progrès social. Et la prochaine révolution pourrait bien être Humaine !

Il est donc urgent de réhabiliter le progrès technologique, mais aussi l'entreprise en tant que fabrique du futur. Un futur engageant pour tous, parce qu'il représente nos intérêts communs.

Bâtir la société de demain

L'avènement de la société du partage est inéluctable. Et il faut savoir s'écarter de la philosophie de l'outil pour évoluer vers celle de l'usage. Car c'est bien d'une évolution qu'il s'agit. Et cette progression fondamentale pour l'humanité ne peut se faire dans une économie fondée sur des valeurs uniquement masculine, pilotée par le seul esprit de conquête. Et pour bâtir un monde de partage et de confiance, les entreprises devront mieux prendre en compte la qualité de vie au travail, le bien être des salariés, et s'ouvrir à la diversité et au leadership au féminin. C'est tout un état d'esprit qui gagne à s'ouvrir sur l'autre. À un moment ou la pénurie des talents menace, dans les métiers de pointe, mais aussi au niveau des leaders de haut niveau, négliger 51 % du vivier de talents est très clairement contre-productif pour notre économie. Il convient donc de revoir les codes du monde entrepreneurial afin de motiver les femmes à prendre plus de postes de direction.

La mise en place d'indicateurs destinés à mesurer puis à corriger les écarts salariaux entre les femmes et les hommes est une mesure salutaire. Mais osons aller plus loin, et impliquer nos entreprises dans des opérations originales, qui se démarquent par leur volontarisme. Osons mener des campagnes de recrutement féminines de discrimination positive ! Incitons, dès l'école les filles à opter pour les filières technologiques, extrêmement porteuses, et culturellement réservées aux hommes, afin de mieux peser sur les choix humains de demain.

Osons reconnaître que les talents n'ont ni âge, ni genre, ni culture, et que la mixité et la diversité sont nécessaires pour accueillir notre futur.

Un monde de partage et de confiance est en gestation. Beaucoup l'espèrent. Il nous semble qu'il ne peut être mené à terme que par la mixité et la diversité, qui allieront l'esprit de conquête à celui de la considération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :