Chiara Corazza "Le défi pour l'égalité femmes-hommes : encourageant mais insuffisant"

 |  | 892 mots
Lecture 4 min.
Chiara Corazza, Managing Director, Women's Forum for the Economy & Society
Chiara Corazza, Managing Director, Women's Forum for the Economy & Society (Crédits : DR)
[#8mars #DroitsDesFemmes] Dans le cadre de la Journée Internationale des Droits des Femmes, La Tribune propose à des femmes engagées dans l'entrepreneuriat, la mixité globale et l'égalité économique femme-homme de s'exprimer sur leurs actions, convictions et expériences de terrain. Chiara Corazza est Managing Director, Women's Forum for the Economy & Society

2017 a été un tournant pour l'égalité des genres. A travers le monde, nous avons été témoins de mouvements forts et d'appels à l'égalité et à la défense des droits des femmes. Je me réjouis de ces progrès, mais il faut garder à l'esprit que leur impact est encore modéré.

Les femmes demeurent sous représentées dans la plupart des secteurs. Elles  représentent 50% de la part mondiale de la population en âge de travailler mais ne génère que 37% de PIB. Au sein des 500 entreprises Fortune les femmes PDG sont passées de 24 à 32 dans les trois dernières années, mais cela reste inférieur à 5%. Je suis heureuse de constater que la France est championne des pays du G7 et du G20 pour la présence de femmes dans les conseils d'administration et que l'égalité des genres soit une des Grandes Causes du quinquennat en cours. L'écart salarial continue d'être un problème pressant pour les pays de l'OCDE. En dépit des nombreuses lois mises en application, les femmes gagnent en moyenne 45% moins que leurs homologues masculins. En Islande, les femmes gagnent 72,7% du salaire des hommes pour l'année 2017. En France, cela représente 73,9% et 70,3% à Singapour.

La tendance est similaire en politique. En 2017, les femmes représentent 23,3% des élus et politiciens dans le monde. Le nombre de femmes au sein des gouvernements et des élues parlementaires à travers le monde a montré une faible évolution vers plus d'égalité entre hommes et femmes. Aujourd'hui seulement onze femmes sont Chefs d'Etat ou de Gouvernement dans le monde dont présidente  avec leurs noms.

De même et seulement cinquante et une femmes président une Chambre parlementaire. Seules vingt-six femmes sont maires parmi un réseau de trois cents métropoles. Il est inimaginable de ne pas saisir la valeur ajoutée aux régions et aux villes comme le fait Valérie Pécresse en tant que Présidente de l'Ile de France, Anne Hidalgo à l'initiative du C40 pour l'engagement pour le climat ou encore Yuriko Koike à Tokyo qui ont ouvert la voie aux femmes dans la politique au niveau local. Le Women's Forum entretient des liens historiques avec les Présidentes de Malte, d'Estonie, de l'Ile Maurice et bientôt de Singapour où je suis convaincue nous pourrons avoir une influence tout comme au Canada en amont des discussions du G7.

Aujourd'hui 28% des chercheurs sont des femmes. Les études de l'OCDE montrent que les garçons ont deux fois plus de chance que les filles de souhaiter à l'âge de 15ans devenir des ingénieurs, des scientifiques ou des architectes. Nous avons besoin d'un changement des mentalités dans les domaines scientifiques. De façon homogène, les femmes représentent moins d'un tiers (28,4%) des employés en recherche et développement en 2013 dans le monde. Dans les secteurs scientifiques et technologiques les femmes quittent plus facilement leurs responsabilités pour se diriger vers d'autres secteurs - 53% des femmes contre 31% des hommes. Alors même que l'intelligence artificielle tend à devenir un moteur pour notre futur elle comporte des risques. Comment ne pas répliquer ces biais dans l'intelligence artificielle quand les algorithmes sont créés à 99% par des hommes ?

Ces chiffres peuvent sembler insurmontables mais ils représentent une motivation supplémentaire pour nous engager et avoir un impact. Nous devons agir car lorsque nous faisons avancer la cause des femmes c'est la cause de l'humanité toute entière qui avance. Nous pourrions ajouter 240 millions de travailleurs à l'effort global, générant ainsi jusqu'à 12 billions de dollars au PIB mondial en 2025. Les entreprises leader en diversité au sein des équipes exécutives avaient 21% plus de chance de surpasser leurs résultats selon le rapport « Delivering through Diversity » de McKinsey. En observant les styles de leadership des femmes des points communs émergent. Quand les hommes et les femmes sont également intéressés par les résultats, les femmes s'attachent de manière plus significative aux aspects non-financiers. Les femmes sont d'avantage guidées par la volonté d'avoir un impact positif (comme révélé dans le Women's Forum Rising Talents Survey de 2017) sur leurs employés, leurs communautés, la société.

Partout dans le monde les gouvernements s'engagent dans ce combat contre les inégalités femmes-hommes. Cette année a débuté par une excellente nouvelle d'Islande, devenant le premier pays à rendre illégal le fait de payer les hommes plus que les femmes à fonctions égales. Il y a quelques jours, le Canada a présenté son budget fédéral se concentrant sur la réduction des inégalités femmes-hommes en allongeant le congé parental et en soutenant les femmes entrepreneures. Je me réjouis de ces efforts car ils créent le cadre nécessaire à une action collective indispensable pour avoir un impact.

Nous devons poursuivre nos discussions globales sur des sujets économiques et sociaux qui nécessitent d'être pensés par les femmes, sur le climat, l'intelligence artificielle, les villes du futur... Nous avons besoin de discussions à tous les niveaux, de mettre en avant nos meilleures pratiques, idées et compréhensions de ce que nous pouvons faire fonctionner efficacement. C'est seulement comme cela que nous aurons des résultats concrets pour le bien des femmes et des hommes.

 PLUS D'INFOS SUR LE WOMEN'S FORUM ICI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :