Des religieuses françaises dans le sillon de Soeur Sourire

 |  | 490 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : AFP)
Decca Records, label du groupe Universal Music, lancera en novembre un album enregistré par les soeurs bénédictines du cloître du Barroux, dans le Vaucluse. Comme pour les autres vedettes de l'éditeur - Lady Gaga ou U2 - ce CD bénéficiera d'un lancement mondial.

Les soeurs bénédictines du cloître du Barroux, dans le Vaucluse, ont remporté le concours international de voix féminines pour les chants grégoriens organisé par Universal Music en 2010. La sélection, à laquelle ont participé plus de 70 couvents des États-Unis, d'Europe et d'Afrique, avait pour but de trouver la plus belle perle de musique religieuse. À la clef, un contrat avec le célèbre label Decca Records.

Les religieuses françaises de l'abbaye Notre-Dame de l'Annonciation, qui entonnent huit fois par jour les chants grégoriens, vont donc enregistrer un album intitulé « Voices?: Chant from Avignon », sous le même label qu'Amy Winehouse, U2 et Lady Gaga. Il fera l'objet d'un lancement mondial au mois de novembre. « Elles étaient exactement ce que nous voulions », s'enthousiasme Tom Lewis, directeur de A&R Decca Records. « Quand on entend le chant des nonnes, c'est comme une évasion immédiate des défis, du stress, des bruits et de la cadence des temps modernes. C'est comme une évocation d'un monde secret de calme et de paix ».

Du fait des règles bénédictines, les moniales d'Avignon doivent rester cloîtrées et ne peuvent demeurer en présence d'hommes sans certaines précautions. Ainsi, elles attendront que les ingénieurs du son se soient retirés ? après avoir mis en place le matériel d'enregistrement ? pour commencer à chanter.

Royalties cédées aux pauvres

L'accord avec la maison de disque comporte quelques originalités?: d'après Tom Lewis il est « plus restrictif sur le niveau d'accès médiatique des artistes » et inclut « des dispositions pour protéger leur sphère privée, leurs traditions et leur mode de vie ». Les religieuses du Barroux « percevront des royalties, elles gagneront beaucoup d'argent mais il sera destiné à leur abbaye et aux nécessiteux ». Tom Lewis assure que l'album sera vendu sur les supports Internet. « Les chants grégoriens furent l'une des premières formes de musique à être transcrite, et ils seront l'une des dernières à être numérisée », s'amuse-t-il.

Cet album est lancé dans un contexte de renouveau commercial de la musique religieuse. En France, le trio baptisé « Les Prêtres » a rencontré un grand succès avec l'album « Spiritus Dei ». Sorti le 29 mars 2010 par TF1 label, il est devenu disque de Platine avec plus de 300.000 exemplaires vendus. En 2009, leurs homologues irlandais, du groupe « The Priests », avaient écoulé près de 1,5 million de disques en Europe.

Universal Music avait déjà tenté l'expérience en 2008 avec l'album « Chant?: Musique pour le Paradis » des moines cisterciens de Stift Heiligenkreuz, en Autriche?; il s'était vendu à plus de un million de copies. Une popularité qui contraste fortement avec le déclin du marché du disque, et plus particulièrement du répertoire classique, dont les recettes en France sont tombées, d'après le Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP), à 8,7 millions d'euros au premier trimestre 2010 contre 25 millions au premier trimestre 2006.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :