La France devrait compter 31,4 millions d'actifs en 2030

 |   |  467  mots
La Tribune infographie
La Tribune infographie
Selon une étude de l'Insee, la population active augmenterait sensiblement dans les vingt ans à venir dans le sud et l'ouest de la métropole, ainsi qu'en Île-de-France.

Rendez-vous dans vingt ans. À cette date, la population active devrait augmenter entre 2010 et 2030 de 6,5 %, pour atteindre 31,4 millions de personnes, selon le scénario central retenu par l'Insee. L'essentiel de cette augmentation interviendrait entre 2010 et 2025. Les raisons ? La hausse du taux d'activité des seniors, sous l'effet des mesures d'allongement de la durée du travail prévues dans les réformes de retraites de 1993, 2003 puis 2010. Mais également le nombre croissant des générations atteignant ces classes d'âge. « Après 2025, sous l'effet conjugué de leur retraite du marché du travail et de l'arrivée aux âges de forte activité des générations « creuses » nées pendant les années 1980-1990, la population active se stabiliserait pendant une décennie », note l'Insee. Sans véritable surprise, deux grandes régions devraient voir leur population active augmenter de 15 % : Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. En Rhône- Alpes et sur la façade Atlantique, hors Poitou-Charentes, la population active augmenterait de 12 %.

Cette progression du nombre actifs prend des visages différents suivant les territoires. En effet, alors que la population âgée de 30 à 49 ans - la plus importante sur le marché du travail - stagnerait dans l'ouest, elle progresserait en Languedoc-Roussillon et en Midi-Pyrénées. Une situation qui s'explique par les migrations préalables de jeunes à l'âge des études, notamment attirés par le universités du Sud commes celles de Toulouse et de Montpellier.

« Progression des taux d'activité »

Dans la moitié nord de la France, seule l'Île-de-France tire son épingle du jeu, avec une progression des ressources de main-d'oeuvre de 6 %, comme la moyenne métropolitaine. Selon l'Insee, « cette augmentation du nombres d'actifs ne serait due qu'à la progression des taux d'activité ». Dans les autres régions principalement situées au Nord, au centre et à l'Est, la population active évoluerait de façon beaucoup plus modeste, amorçant même une baisse durable avant 2030. Déjà amorcé en Champagne-Ardennes, ce recul pourrait intervenir dès 2013 en Lorraine et vers 2025 pour les autres régions », indique l'Institut national de la statistique. Car dans ces régions, deux phénomènes vont se cumuler : le vieillissement de la population active actuelle et le déficit migratoire chez les jeunes.

L'Insee note également que, d'ici vingt ans, les ressources de main-d'oeuvre progresseraient moins que la population totale en métropole. En effet, celle-ci augmenterait de 9 %, selon le scénario central en raison de la forte croissance de la population âgée majoritairement inactive. En conséquence on passerait d'un rapport actifs/inactifs de plus de 60 ans de 2,1 en 2010 à 1,7 en 2030.

À terme, la France devrait voir sa population active rajeunir après 2025 en raison du départ progressif du marché du travail des baby-boomers et de l'entrée dans la vie active des générations nombreuses nées après 2000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2011 à 17:54 :
ça sert à quoi les chiffres ? combien ça coûtent les productions de chiffres ? on devrait rabotter les chiffres en période de crise.
a écrit le 04/10/2011 à 12:16 :
Quelles sont les industries qui existeront en 2030 ?Voilà les études interessantes pour la jeunesse !
a écrit le 04/10/2011 à 9:24 :
Les précédents commentaires sont excellents. Si l'on continue de favoriser les délocalisations pour que les riches deviennent plus riches en exploitant les autres pays il est certains qu'il n'y aura pas beaucoup de vrais actifs; mais des miséreux et des chômeurs. Je vais réécrire ce que les "kiss-ass" de la Tribune détestent: Il faut interdire d'être milliardaire et instaurer le crime de Trahison Economique dans notre Code Pénal. Jean-Claude Meslin
a écrit le 04/10/2011 à 8:27 :
C'est pourquoi mieux dépenser beaucoup d'argent maintenant et on retrouvera de toute façon la richesse de demain.
a écrit le 04/10/2011 à 7:18 :
Il faut lire quelques actifs et des millions de chômeurs.
Réponse de le 04/10/2011 à 8:41 :
Il faudrait que la natalite baisse en FRANCE -
Réponse de le 04/10/2011 à 8:44 :
Notre pays retrouvera la prospérité en 2050, car de ce temps là, nous avons des citoyens hérités de tous nos vieux pour mieux concevoir un meilleur avenir pour tous. Plus de 60', plus de UMP, plus de PS et plus de FO, plus de tout ce que les jeunes détestent.
a écrit le 04/10/2011 à 7:13 :
Mais attention "actif" en économie ne veut absolument pas dire "qui travaille", mais seulement "qui est en age de travailler". La nuance est là et beaucoup vont croire que le chômage va se résorber. Ce n'est pas demain la veille que l'on obtiendra une baisse significative du chômage si la politique désastreuse actuelle du libéralisme débridé continue. Vivement 2012 !
Réponse de le 04/10/2011 à 9:02 :
"Liberalisme": C'est vrai qu'intervenir sur la dette grec, l'injection de liquidite aux banques, la prime a la casse, retablissement de l'allocation pre-retraite, rabottements des niches fiscales.Tout cela c'est du laissez faire.
Réponse de le 04/10/2011 à 9:31 :
Vous prenez les contre-exemple du libéralisme.
Alors que le libéralisme = absence d'intervention de l'état dans le commerce intérieur, dérégulation, concurrence débridée, privatisations, "laisser faire" pour les licenciements alors qu'il faudrait un contrôle strict, commerce international sans contrôle (ou si peu). Liquidité envers les banques, non il ne faut pas ou alors la banque est nationalisée.
Réponse de le 04/10/2011 à 9:44 :
@ Coyotte

J'allais le dire ! Le libéralisme réel n'existe pas (ne serais-ce que la bêtise du "too big to fail" ; ils ont joué, ils ont perdu mais ils ne l'assument pas, pathétique
a écrit le 04/10/2011 à 6:58 :
l'insee travaille pour le gouvernement ! il est rare que cette institution annonce de mauvaise nouvelle. Il vaut mieux des prévisonnels optimistes que le contraire. Hors il ne s'agit que de prévisions comme d'habitude, rien de concret dans les faits ! Ce n'est pas la première fois qu'on nous annonce bonne nouvelle et que la réalité s'écroule d'un coup. Aujourd'hui il faut regarder sur le court terme et non se projetter utopiquement trop loin.
Réponse de le 04/10/2011 à 9:06 :
Hausse du chomage, Hausse de l'inflation, baisse du morale des menage....allez sur l'INSEE.fr au lieu de faire de la propagande de Gauche a 2 balles

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :