Les éconolinks du jour : le vrai visage d'Ayrault, le scandale Finmecanicca...

 |   |  484  mots
Copyright Reuters. Qui est vraiment Jean-Marc Ayrault ? Côté pile, un social-démocrate courageux. Côté face, un socialiste laxiste. A découvrir dans les Econolinks.
Copyright Reuters. Qui est vraiment Jean-Marc Ayrault ? Côté pile, un social-démocrate courageux. Côté face, un socialiste laxiste. A découvrir dans les Econolinks. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Chaque jour, La Tribune propose une liste de liens qui réunit les articles qu'elle juge les plus pertinents sur la Toile pour éclairer l'actualité.


Air France sous la pression des économies. Pressé par la concurrence des low cost, le groupe Air France-KLM doit poursuivre un vigoureux plan d'économie qui ne lui a pas permis de présenter des résultats à l'équilibre sur l'année 2012, estime La Croix.

Le business model fructueux de Safran. Safran plane sur un petit nuage. Pour la 4e année consécutive, le groupe a réalisé des performances record. Le blog "Avions et Cies" décrypte sa stratégie gagnante.

Finmeccanica : questions sur un scandale. Le grand reporter Vincent Lamigeon, sur son blog "Supersonique", revient sur le scandale autour de Giuseppe Orsi, le patron du géant de l'aéronautique et de la défense italien Finmeccanica, arrêté comme un vulgaire malfrat pour corruption internationale présumée.

Goodwin Sands : l'aéroport du sud de l'Angleterre qui inquiète Calais. Un cabinet d'ingénieurs et une commission indépendante étudient la possibilité de construire un nouvel aéroport sur un banc de sable au large du Kent, dans le sud-est de l'Angleterre. A 30 km à peine de Calais...

EADS, toujours orphelin d'une stratégie dans la défense. Après l'échec de la fusion avec le groupe britannique BAE, la maison-mère d'Airbus cherche toujours le bon équilibre entre ses activités d'aéronautique civile et de défense, raconte L'Usine nouvelle.

Déficits : 5 sources d'économies sans trop peser sur la croissance. L'économiste Jean Matouk recense sur son blog 5 pistes envisagées par le gouvernement, l'Europe ou des personnalités du monde politique et économique pour moins dépenser.

Le vrai visage de Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre français est une énigme, juge le journaliste Vincent Beaufils, sur son blog Regards, hébergé par Challenges.fr. Est-il le social-démocrate courageux qui prône la maîtrise des dépenses et le retour à l'équilibre budgétaire ou le socialiste laxiste qui caresse les électeurs dans le sens du poil ?

Le "prêt-à-twitter" ou comment publicitaires et télévision utilisent les médias sociaux. Le site Stratégies.fr explique que de Hollywood à Direct 8, les chaînes de télévision et les annonceurs ont compris comment exploiter Twitter et les réseaux sociaux.

Entrepreneurs : pourquoi l'optimisme reste votre meilleure arme. Selon le site spécialisé Widoobiz, l'optimisme est un élément clé dans la réussite d'une entreprise. Découvrez pourquoi.

En 2018, quatre milliards de personnes auront un téléphone mobile. Voilà un secteur qui ne connaît pas la crise. Et comme pour de nombreux autres, la croissance viendra d'Asie et d'Afrique selon 01.net.

_______

Pour aller plus loin...
[ECONOPICS] L'actu éco du jour en 5 images : l'impossible équation italienne, la fin d'Android...

Infographies, animations, vidéos... Chaque jour La Tribune propose une sélection des meilleures créations publiées sur la Toile qui mettent en scène l'actualité de façon originale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2013 à 20:05 :
Suppression de tous les "zinzins" de l'état (500 millions)
Reprise en main par l'état de tout ce qui peut ne peut pas être confiés aux seuls marchés financiers: Participation des profits des grandes structures à la contribution à la dette publique de l'état . ( 3 milliards soit 10 grandes structures à 300 millions chacune déducutible de leurs prochaines impôts)
Qu'es qu'1 milliard quand on en gagne beaucoup plus par an:
Participation des grandes banques françaises sur leur profit à hauteur de 1 milliard à la dette publique de l'état avec des créances à 40 ans à taux ajustables conforme à la BCE.
Restructuration de certaines dettes à hauteur de 60% comme cela se fait (voir le medef)surtout quand celles-ci se trouvent être à peine légitime. (1 milliard)
Voilà cela devrait faire dans les 8 milliards mais cela n'arrivera pas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :