BAE Systems craint pour son contrat Eurofighter Typhoons de 15 milliards d'euros

 |   |  310  mots
L'Arabie saoudite aurait suspendu ses négociations avec la Grande-Bretagne sur l'achat de 72 chasseurs Eurofighter Typhoon en raison de la poursuite d'une enquête sur une présumée caisse noire destinée à des membres de la famille royale saoudienne, rapporte ce mardi le quotidien britannique Financial Times

L'Arabie saoudite aurait suspendu ses négociations avec la Grande-Bretagne sur l'achat de 72 chasseurs Eurofighter Typhoon en raison de la poursuite d'une enquête sur une présumée caisse noire destinée à des membres de la famille royale saoudienne, rapporte ce mardi le quotidien britannique Financial Times (FT).

Un porte-parole du ministère de la Défense britannique (MoD) s'est cependant abstenu de confirmer ou de nier les informations du Financial Times.Toutefois les déclarations du président de BAE Systems au FT laisse craindre le pire pour le fameux contrat.

"On ne peut pas parler à la place des deux gouvernements. Mais, je sais vraiment que nous ne sommes pas en train de finaliser le contrat Typhoon" (...)", a déclaré au journal Mike Turner, le président du groupe de défense britannique BAE Systems, qui participe à la fabrication de l'appareil.

Le bureau britannique de détection des fraudes, le SFO, enquête depuis trois ans sur un fonds présumé de 89 millions d'euros (60 millions de livres) appartenant à BAE. Ce fonds aurait servi à fournir des avantages en nature - comme des voitures de luxe - aux Saoudiens, pour qu'il continuent de traiter avec BAE. Le SFO, n'a pas non plus fait de commentaires, déclarant qu'une enquête était en cours

L'affaire a été révélée ce week end par le tabloïd britannique Daily Mail. Et selon ce dernier, les Saoudiens seraient prêts à conclure un contrat avec la France portant sur l'achat de 24 ou 36 Rafale, le rival direct de l'Eurofighter.

L'Eurofighter Typhoon est un chasseur polyvalent qui est produit par un consortium européen formé par le groupe EADS (46%), le Britannique BAE Systems (33%) et l'Italien Alenia/Finmeccanica (21%).

Le contrat sur l'Eurofighter porte initialement sur 10 milliards de livres (14.8 milliards d'euros), mais pourrait s'élever à 40 milliards de livres pour BAE en raison des modifications apportées à l'appareil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :