L'Unedic revoit à la baisse son déficit

Le trou de l'assurance chômage se comble plus vite que prévu. L'Unedic table désormais sur un déficit de 3 milliards d'euros cette année et sur 1,8 milliard en 2011.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'Unedic a de nouveau réduit mercredi ses prévisions de déficits de l'assurance chômage pour cette année. Elle table désormais sur 3 milliards d'euros cette année et sur 1,8 milliard en 2011. Ces nouvelles prévisions s'appuient sur lhypothèse d'une baisse de 5% environ du nombre de chômeurs indemnisés en 2011.

L'Unedic estime aussi pouvoir réduire son endettement net cumulé qui passerait de 11 à 8,5 milliards d'euros fin 2011. Ces prévisions traduisent une nette amélioration des perspectives par rapport aux précédentes, dévoilées en septembre. A l'époque, l'Unedic anticipait un déficit de 3,4 milliards d'euros en 2010 et de 2,7 milliards en 2011.

Cette amélioration est due essentiellement à l'augmentation des recettes, qui devraient dépasser de 700 millions les prévisions initiales cette année, a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président de l'Unedic, lors d'une conférence de presse.

"On observe une amélioration significative des prévisions, notamment pour 2011, mais on reste quand même dans une situation très déficitaire à 11 milliards. Ce qu'on peut espèrer, (...) c'est qu'on n'atteigne pas le pic d'endettement qui avait été atteint lors de la dernière crise, qui était de 15 milliards", a-t-il ajouté.

Pour 2011, sur la base d'une hypothèse de croissance économique de 1,5%, l'Unedic prévoit 74.000 créations d'emplois en France, après 93.000 cette année, et une hausse de 2,4% de la masse salariale après 1,9% cette année.

Le nombre de chômeurs indemnisés par l'assurance chômage devrait ainsi refluer de 99.000 l'an prochain pour revenir à 2.001.000, après un recul de 46.000 prévu cette année. Il avait bondi de 338.000 en 2009.

Le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) ne devrait toutefois diminuer que légèrement, à 9,3% en métropole en 2011 après 9,4% en 2010 et 9,5% en 2009, estime l'Unedic.

Côté financement, l'organisme prévoit de lancer en début d'année l'emprunt obligataire initialement prévu à l'automne, pour un montant qui devrait être légèrement inférieur à 4,0 milliards d'euros. L'Unedic aura obtenu d'ici-là la garantie de l'Etat nécessaire à l'opération.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 15/12/2010 à 17:40
Signaler
il faut privatiser .........et tout ira mieux.......et mettre ses agents de l autre cote du guichet

le 15/12/2010 à 18:30
Signaler
Privatiser ne changera pas le problème : les compagnies de placements privés proposeront leurs services au travail aux ingénieurs et aux commerciaux qui de toute façon trouvent sans déjà du travail, et demanderont à être rémunérés pour s'occuper des ...

à écrit le 15/12/2010 à 16:52
Signaler
Et vous verrez que tout va bien madame la marquise juste avant les élections :-) Le pire, c'est qu'il y aura tout de même des gogos pour avaler la couleuvre :-)

le 15/12/2010 à 18:33
Signaler
Je pense que la nouvelle est vrai pour la simple raison qu'après une crise il y a toujours en générale une reprise. Par contre l'Etat n'y est absolument pour rien, et ça je pense que tout le monde le saura parfaitement. Ca n'empêchera pas le gouverne...

le 15/12/2010 à 23:06
Signaler
@ les gens....: Très optimiste pour dire que la crise est derrière nous. La Fed va encore imprimer 600 milliards de dollars pour racheter ses propres obligations, mais qui paie en finale ???

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.