Un syndicat de routiers dénonce la hausse des péages

 |  | 348 mots
Lecture 2 min.
Le syndicat de transporteurs routiers TLF dénonce l'augmentation, en 3 ans, de 25,3% du coût global d'usage des autoroutes pour les entreprises du secteur. Il s'associe à l'association "40 millions d'automobilistes", qui dénonce la complexité de la tarification autoroutière et l'application de tarifs plus onéreux sur les trajets les plus fréquentés.

Le syndicat de transporteurs routiers TLF (Fédération des Entreprises de Transport et Logistique de France) s'associe dans communiqué commun à l'association "40 millions d'automobilistes" pour en appeler à Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports.

Ils lui réclament que "cesse ce "hold-up" sur le pouvoir d'achat des Français. L'exploitation des concessions autoroutières ne doit plus déboucher sur une forme d'enrichissement au détriment des usagers, mais assurer une rémunération normale des capitaux investis".

"Si nous considérons que l'usage du réseau autoroutier a un coût, parce qu'il permet de se déplacer plus rapidement et avec une sécurité beaucoup plus grande, il doit tenir compte de l'intérêt général et du pouvoir d'achat des usagers", souligne René Queffélec, Président de "40 millions d'automobilistes".

Au nom de TLF, Philippe Grillot son Président, demande la restitution au secteur d'un "trop perçu" évalué à 200M? ainsi que la mise en place de mesures de compensation (gel des augmentations des tarifs de péages, instauration de la modulation des tarifs de péages selon la performance environnementale des camions). "Au moment, poursuit Philippe Grillot, où les entreprises de transport sont confrontées à une inflation structurelle de leurs coûts d'exploitation, les politiques tarifaires et commerciales de sociétés privées en situation de monopole contribuent à fragiliser le secteur. Un frein de plus à la compétitivité du pavillon français !"

TLF et "40 millions d'automobilistes" font valoir aux pouvoirs publics que toute nouvelle augmentation des tarifs autoroutiers conduirait mécaniquement à une altération du pouvoir d'achat des Français. Ils réclament donc la mise en place, dès aujourd'hui, d'une autorité indépendante de régulation, seule garante d'une transparence de la politique tarifaire des sociétés concessionnaires, et l'implication des représentants des usagers dans le processus de validation des tarifs. Pour "40 millions d'automobilistes" et TLF, l'Etat doit désormais assumer un contrôle rigoureux et objectif des propositions d'évolution tarifaire formulées par les concessionnaires qui ne doivent être appliquées que sous son autorisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :