Immobilier : nouvelle forte baisse des mises en chantier en France

 |   |  311  mots
Mises en chantier et permis de construire ont reculé
Le nombre de mises en chantier de logements en France a reculé sur la période juin-août de 13,1% par rapport à la même période de 2007, pour atteindre 106.689. Le nombre de permis de construire a baissé dans le même temps de 19,6% à 118.988 unités.

 Le nombre de mises en chantier de logements en France a encore reculé au cours de la période allant de juin à août, pour atteindre 106.689 soit 13,1% de moins qu'un an plus tôt, annonce ce mardi le ministère de l'Ecologie. Le nombre de permis de construire a baissé de 19,6% à 118.988 unités sur la même période

Au cours des douze derniers mois (septembre 2007 à août 2008), le nombre de mises en chantier est en repli de 9,5% à 394.726 unités, passant sous la barre symbolique des 400.000 logements, et le nombre de permis en chute de 16,0% à 480.793 unités. Pour répondre à la demande de logements non satisfaite en France, l'objectif affiché du gouvernement était de 500.000 nouveaux logements par an.

Sur les trois derniers mois, la baisse est de 4,1% pour les logements individuels à 62.452 unités et de 12,0% sur un an à 207.429 unités. Pour les logements collectifs, les mises en chantiers chutent de 23,3% sur le trimestre à 39.529 unités et de 5,3% sur un an à 169.753 unités.

"Les difficultés proviennent largement des conséquences de la crise financière alors même que les professionnels de l'immobilier sont en mesure de répondre aux besoins de construction et que les besoins en logements restent forts", a déclaré à l'Agence France Presse (AFP) une porte-parole du ministère du Logement.

Le Président de la République Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi dernier à Toulon que le projet de loi sur le logement que la ministre du Logement Christine Boutin doit présenter au Sénat le 14 octobre serait adopté en urgence, rappelle le ministère. De plus, le président de la République a indiqué, selon le ministère, que "seraient prises des mesures pour que les programmes immobiliers en cours puissent être menés à bien et pour que les terrains appartenant au secteur public soient libérés pour y construire de nouveaux logements".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :