Affaire Crédit Lyonnais : François Marland emporte une victoire surprise contre le CDR

 |   |  434  mots
L'homme d'affaires était accusé d'abus de biens sociaux. Le CDR, la structure de défaisance des actifs pourris du Crédit Lyonnais, était partie civile contre lui. Curieusement, le Parquet n'a pas interjeté appel.

Pour le Consortium de réalisation (CDR), la structure de défaisance des actifs pourris du Crédit Lyonnais, c?est une sévère défaite, quelque peu étrange. Le tribunal correctionnel de Paris lui a donné tort dans une affaire d?abus de biens sociaux l?opposant à François Marland, avocat devenu homme d?affaires et dénonciateur aux autorités américaines du rachat dans des conditions litigieuses de la compagnie d?assurance Executive life par Altus finance, alors filiale du Crédit Lyonnais.

Curieusement, le Parquet, représentant l?Etat, n?a pas interjeté appel. Le CDR, désormais fermé et dont la Caisse des dépôts a hérité des derniers dossiers, a suivi. Le jugement du tribunal correctionnel, daté du 14 mai 2008, est donc désormais définitif. Après l?arbitrage rendu en faveur de Bernard Tapie dans la vente d?Adidas, les années « Crazy Lyonnais » se soldent par une série de sévères défaites pour la puissance publique.

A l?origine du procès opposant François Marland au CDR, l?acquisition par le premier de deux petits groupes de distribution avec les fonds d'Altus Finance. Las, l?affaire tourna au vinaigre et Altus racheta en 1992 les parts de François Marland dans les deux groupes pour 160 millions de francs (24,4 millions d'euros) puis déposa le bilan du groupe quelques mois plus tard. Au total, le préjudice pour la banque est évalué à 230 millions d'euros.

La banque engagea alors des procédures judiciaires contre l?homme d?affaires. Celui-ci passa alors quelques jours en prison. Il en ressorti durablement meurtri psychologiquement pour lui et sa famille. Après de nombreuses péripéties, l?affaire est arrivé devant le tribunal correctionnel de Paris en janvier 2008. François Marland était poursuivi pour abus de biens sociaux. Et le jugement est tombé dans la plus grande discrétion le 14 mai 2008. Le tribunal correctionnel de Paris a déclaré François Marland non coupable au plan pénal. Le même tribunal a débouté le CDR de ses demandes d?indemnités en matière civile. C?est ce jugement qui, faute d?appel, vient de devenir définitif.

François Marland, installé avec femme et enfants en Suisse, ne compte pas s?arrêter en si bon chemin. Il se demande s?il va réactiver « les quatre plaintes » qu?il a, selon lui, déposées contre le CDR. Il évoque également le livre qu?il va publier en début d?année 2009 dans lequel le Consortium devrait être également épinglé.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis l'une des parties civiles dans le dossier Lyonnais. Je réclame de l'argent à L'Etat, mais l'Etat c'est comporté en République bananière, Le compte en banque de ma société à été vidé de son contenu. Je réclamme des indemnités, l'Etat paiera, et je le poursuivrai jusqu'au bout. Les contribuables paieront en définitive, ils pourront demander des comptes à leurs élus et le vote est un moyen de sanction. Seulement, je m'aperçois, que les électeurs remettent en place les voleurs, alors....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce n'est pas un hasrd ni le fait de magouille s'il n'y a pas appel. Il suffit de lire un peu le dossier pour comprendre que non seulement le CDR a tort sur toute la ligne, mais qu'en plus il n'aurait jamais du attaquer. Quant à Marland ou d'autres, je les plain d'avoir dû subir des années de procédure et de crainte. Non seulement ils n'auront jamais réparation pour cela, mais en plus ils resteront salis par tous ceux, et ils sont manifestement nombreux, qui sont prompts à juger sans savoir.
a écrit le 09/10/2009 à 6:12 :
Oui, c'est scandaleux, entre les pots de vin; les parachutes dorés, les émoluements extraordinaires des hommes politiques, députés, sénat et Cie, on redonne encore notre argent durement gagné à des escrocs.
a écrit le 09/10/2009 à 6:12 :
l'état ne fait pas appel car après plusieurs procès il s'est rendu compte qu'il avait tort, l'Etat.
et que s'il allait en appel il perdrait.
a écrit le 09/10/2009 à 6:12 :
Toutes ces belles affaires sentent fortement le suif .
Manipulations et corruption de tout bord , le pouvoir est corrupteur et certains en abusent .
a écrit le 09/10/2009 à 6:12 :
Il est étrange de constater que tout les avis ne sont pas accepté en commentaires sur ce site, 2 messages postés, 2 messages refusés , bravo la tribune
a écrit le 08/10/2009 à 15:03 :
Mon premier commentaire est que la Justice est bien longue à faire dans ce pays. Que ses ressources intellectuelles sont bien souvent faibles.
Mon autre commentaire est que dans ce même pays on n'arrête pas de commenter ses décisions particulières et pire de les contester indécemment sans s'expliquer aucunement.
Au lieu d'expliquer en language clair la motivation. Ce qui n'est pas fait, MEME ici: cela mérite un article de suivi.
Il faudrait savoir: que ce soit pour des citoyens 'contestés' ou non si la Justice est bien la même. Je réponds OUI.
Alors 'foutons la paix' à MM. B. Tapie et F. Marland. PS: ET à leurs familles. Pour les indécents commentateurs (le précédent ou à venir): je ne les connais pas plus que par la presse cescitoyens, bien sûr. JeanGuy78 .
a écrit le 08/10/2009 à 15:03 :
Scandaleux que les contribuables paient deux fois la faillite du Crédit Lyonnais, une fois comme banque étatique et une autre fois, à M. Tapie 245 millions d'euros ! Et le comble l'Etat (c'est à dire nous)en faillite emprunte cette fois les 245 millions au Crédit Lyonnais au taux amical de 3% Bordel qu'est-ce qu'on attend
pour descendre dans la rue et dire trop c'est trop, mais aucuns organisme ne fait un appel ni partis ni syndicat !
a écrit le 08/10/2009 à 15:03 :
Que penser d'une structure du CL qui a son époque rémunérait ses commerciaux sur le montant des apports qu'il fallait insuffler dans des sociétés en difficulté : plus la société était "pourrie" et nécessitait un apport important pour la "redresser", plus le commercial était payé..
le en est né et CDR a fait tellement de dégats que maintenant on évite de remuer la M****!
on a donc eu notre banque en faillite avant la mode des SUBPRIMES..
a écrit le 08/10/2009 à 15:03 :
Je trouve bizarre, mais c'est sans doute normal vu que c'est le contribuable que l'on plume, que l'Etat ne fait pas appel. C'est aberrant que tous ces financiers véreux, qui ont tous bénéficié des largesses du Crédit Lyonnais obtiennent les uns après les autres de l'argent public.
a écrit le 08/10/2009 à 13:54 :
fanch06200,
ce n'est pas bizarre c'est juste que s'ils vont en appel ils sont certains de perdre au vu des faits et des preuves apporté par la défense.
Et qu'ils ont déjà assez dépensé l'argent du contribuable en procès. ...dans ce procès c'est le CDR qui était demandeur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :