Le Medef débat de l'intelligence économique

 |   |  325  mots
Entre sécurité et liberté, un colloque du l'organisation patronale a tracé quelques pistes pour préserver les entreprises sur les marchés internationaux.

Le Medef organisait ce mardi un colloque sur la sécurité économique avec une belle brochette de patron comme Jean-François Dehecq, PDG de Sanofi-Aventis, ou Patrick Buffet, celui d'Eramet. L'objectif de l'organisation patronale était, en prenant le thème sous un angle le plus large possible, tout à la fois d'informer les responsables d'entreprises sur certains des risques inhérents à leurs activités internationales et, par ailleurs, de présenter les dispositifs de soutien à l'export proposés par le Medef.

Globalement, les discours ont été relativement équilibrés entre le traditionnel libéralisme du Medef et la tentation sécuritaire récurrente chez certaines entreprises. Le meilleur exemple a été le relatif accord autour des fonds souverains entre Alain Juillet, Haut responsable à l'intelligence économique, et Jean Arthuis, ancien ministre et Président de la commission des finances au Sénat. Ils ont tous deux plaidés pour une ouverture maîtrisée de la France à ces nouveaux géants de la finance.

Les dispositifs de soutien présenté à cette occasion par la Commission international du Medef se présentent aux patrons sous la forme de deux brochures. La première présente les dispositifs d'appui et les interlocuteurs à l'export pour « oser l'international », comme l'a lancé Laurence Parisot dans son discours d'ouverture. La seconde propose est centrée sur la prévention des risques de corruption. Celle-ci débute par les 5 raisons qui permettent de dire non à la corruption. Des évidences toujours bonnes à rappeler.


Quant MAM parle d'intelligence économique
Dans son discours d'ouverture du colloque du Medef, Michèle Alliot-Marie, la ministre de l'intérieur, a présenté une première ébauche de la future loi d'orientation pour la sécurité intérieure. Cette Lopsi devra instaurer un nécessaire contrôle des sociétés d'intelligence économique. Elle comportera diverses mesures telles que la création d'un « délit d'usurpation d'identité sur internet » ou encore la possibilité de « capter les données numériques à distance ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :