Rémunération des patrons : augmentation de 3,4% sur le SBF 120

 |   |  331  mots
Les patrons ont reçu en moyenne 4,7 millions d'euros en 2007
Selon Proxinvest, Jean-Paul Agon (L'Oréal) est le patron le mieux payé, suivi par Bernard Arnault (LVMH) et Arnaud Lagardère. Les dirigeants tentent de protéger leur rémunération contre l'effet-crise en jouant de la rémunération fixe et des actions gratuites, souvent distribuées sans conditions de ressources.

Les rémunérations des patrons se portent bien. Celles des présidents exécutifs des 120 principales entreprises françaises atteignent en moyenne 4,7 millions d'euros, en progression de 3,4%, selon une étude Proxinvest, fondée sur l'analyse des rapports annuels 2008 relatifs à l'exercice 2007 et présentée ce jeudi 20 novembre.

Avec plus de 14 millions d'euros en rémunération fixe, bonus et actions reçu en 2007, Jean-Paul Agon, le directeur général de L'Oréal, est le dirigeant le mieux payé des sociétés cotées en Bourse. Il est suivi par Bernard Arnault, patron du groupe de luxe LVMH (13,9 millions d'euros) et par Arnaud Lagardère (13,6 millions d'euros).

Proxinvest relève que certains dirigeants, comme Axel Miller, alors à la tête de Dexia (parti à la suite de la crise financière), ou Philippe Dupont (Banques Populaires et Natixis), ont vu leurs rémunérations progresser, alors que les performances de leur société, mesurée par l'évolution du bénéfice par action, du dividende ou du cours de Bourse, n'évoluaient pas dans le meilleur sens.

L'évolution des composantes du « package » de rémunération révèle la volonté de protéger les rémunérations dans un « contexte de marché incertain », comme dit Proxinvest. La part des stocks options se réduit alors que les actions gratuites sont largement distribuées, « élément sans doute moins risqué (...) une moitié des présidents bénéficiaires n'étant soumis à aucune condition de performance », souligne Proxinvest. De même, la rémunération fixe progresse vivement (+6,76%).

Même si Proxinvest reconnait la bonne volonté des entreprises, il en souligne les zones obscures, comme les parachutes dorés. Leur montant moyen prévu atteint 3,5 millions d'euros, malgré « des conditions de performance généralement peu exigeantes », remarque Proxinvest. Les rémunérations des présidents non-exécutifs sont une zone inconnue. Douze d'entre elles dépassent le million d'euros en 2007. Elles «devraient recueillir l'assentiment des actionnaires », remarque Proxinvest.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ECOEURANT!REVOLTANT!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bravo tous nos gros actionnaires se remplissent les pôches et que vont toucher les petits acionnaires. avec la dégringolade du sbf 120.
Toujours les mêmes qui trinquent;C'est dégeulasse
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
QUELLE HONTE !!!
Ces patrons passent leurs temps à mettre la pression sur leurs équipes sans leur octroyer d'augmentations, alors qu'eux-même ne se gènent pas pour s'augmenter de façon indécente, alors que leurs résultats sont très très médiocres...
(comment voulez-vous remonter le mor
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Rendez l'argent !!!

Bande de voleurs !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Rendez l'argent !!!

Bande de voleurs !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nos élites sont elles devenus folles? Aveuglement de l'argent?
Demain se construit aujourd'hui, les "élites" nous apprennent (à nos dépend) à ne plus leur faire confiance.
Mais au moins savent ils où ils vont? La réponse est dans la question, et c'est NON. Ces guignols nous le démontrent tous les jours...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
moi à ce prix là, je travaille un an (dans toute ma vie) et je laisse le tour à d'autre. bonne idée non, ça marche comme ça le partage de la richesse

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :