Grèves : faut-il descendre dans la rue pour se faire entendre ?

 |   |  235  mots
Selon les syndicats, 2 millions de personnes ont défilé jeudi en France pour protester contre la politique du gouvernement, alors que la police avançait jeudi soir un chiffre de 1million. Nicolas Sarkozy a répondu qu'il avait entendu l'inquiétude de la rue mais il a confirmé sa volonté de poursuivre ses réformes. Qu'en pensez-vous?

Après les importantes manifestations de jeudi, les syndicats français ont appelé le gouvernement à entendre les revendications des salariés, sous peine de s'exposer à d'autres mouvements revendicatifs. De 1 à 2 millions de personnes, selon les sources, ont manifesté jeudi en France, tantôt pour dénoncer la politique de Nicolas Sarkozy, tantôt pour demander une réponse sociale face à la crise.

Pour Jean-Christophe Le Duigou, un des dirigeants de la CGT, "le succès des manifestations d'hier est indiscutable". "Au-delà des querelles de chiffres, c'est l'une des plus fortes journées interprofessionnelles depuis des décennies", a-t-il estimé. Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière (FO), a estimé de son côté que cette "journée très réussie" devait être interprétée par le gouvernement comme une mise en garde. Il a invité Nicolas Sarkozy à profiter de la rencontre prévue prochainement avec les syndicats et le patronat pour faire des propositions concrètes.

Jugeant la mobilisation de jeudi "importante", Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP, a déclaré de son côté que la majorité n'était pas sourde aux revendications des manifestations.

Vous avez déjà été plusieurs centaines à avoir réagi sur la journée de jeudi. Latribune.fr vous pose la question : à votre avis faut-il descendre dans la rue pour se faire entendre?  Vous pouvez répondre dans l'espace commentaire ci-dessous.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Enfin un blog ou l'insulte et l'attaque des personnes n'est pas de mises, cela n'apporte rien au débat sinon défouler celui qui les émets.
Mes parents m'ont enseignés, qu'en politique comme en religion, il fallait s'informer pour ne pas s'enfermer dans le sectarisme qui ne rapporte qu'a ceux qui nous manipulent.
Issu de la classe moyenne, former a une éthique de l'écoute de l'entraide et du respect des autres, je souhaite une société plus équitable, ( je ne parle pas d'égalité, car c'est de l' utopie).
Faire croire que tous les patrons sont des salauds et les salariés des gentils ou vice versa, selon notre vison du monde et réducteur et simpliste, un patron sans employés, ne pourra pas développer son entreprise, mais de salariés sans patron ne développeront pas forcement leur entreprise.
Donc pour ne pas être dans un marché de dupes dans un sens comme dans l'autre, il faut faire la par des choses et défendre l'équité. Pour cela il faut évidement se mobiliser contres les dérives de tous bords. Cela suppose que l'on est son libre arbitre et que l'on puissent se déterminer librement sans pressions idéologique politique ou syndicales.
C'est bien là que le bas blesse en France, nous en sommes toujours à la luttes des classes. Certes des avancés sociales ont été obtenues par ce biais. Mais aujourd'hui les syndicats montre bien leur faiblesse, ils ont besoins de la rue et des piquets de grèves pour faire croire qu'ils sont puissant, en plus ils se font récupérer par les élus de gauches. Ou est la démocratie dans tout cela, est-il normal qu'une minorité prenne en otage tout un pays et peu importe que d'autres en subissent les conséquences? Ou est L'Équité? A quoi sert le parlement?
Ils est temps que les syndicats fassent du syndicalisme, comme en Allemagne, cela suppose qu'il fassent la preuve, qu'ils ont couper le cordon ombilical avec les politiques et le patronat, ( malheureusement, il ne donnent pas l'impression d'un quelconque changement ), alors je penses que les adhésions seront massives, le climat social plus serein et les syndicats plus efficaces parce que plus pragmatiques et moins idéologues et donc plus crédibles (le rêve ne coûte rien et il apporte l'espoir).
En ce qui concerne la crise, qui faut-il écouter?
Quelle décision prendre pour ne pas faire courrir trop de risque à ma famille? ex: J' ai un petite entreprise, une dizaine d' employés, ma trésorerie et mon cahier de commande sont au plus bas, les banques frileuses. mais j'ai des enfants qui veulent vivre avec leur temps, ils me mettent la pression pour que j'augmente leur argent de poche afin d'acheter:( des vêtements à la mode, des jeux électroniques de l'informatique etc...)
Que dois-je faire, leur céder pour avoir la paix? Ou leur expliqué que si je veux sauver notre entreprise, il faut accepter des sacrifices et que je doit investir nos fond propre pour éviter le pire, le dépôt de bilan.
Merci à tous ceux qui fond preuve de lucidité sur ce blog.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce qu'il ya de curieux en France,c'est que le Français réclame toujours du "changement"...Et dés qu'il y en a un,automatiquement grêve et manifestation!!..
Quand vous pensez que les Nations les plus puissantes du monde n'arrivent pas à juguler cette crise,comment voulez-vous que le Président d'un petit pays de 62.000.000 d'habitants ( plus les sans-papiers) arrive à le faire?...
Il faudrait que notre Gouvernement s'établisse à Lourdes,c'est là où on fait les miracles...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui, il faut descendre dans la rue car c'est ce qui permet aux salariés de se rendre compte de la mauvaise foi des grandes entreprises et de leur capacité à se plaindre pour récupérer via les fonds de l'état donc de nous tous les indemnités qui leur permettront de se maintenir au vert, voire d'honorer leurs engagements prévisionnels auprès des actionnaires.
Face à la crise les seules solutions qu'ils proposent sont de demander encore aux salariés des sacrifices, ils n'ont pas compris que la ceinture est au dernier cran.
Quand à l'état aveugle, il exige plus de travail des travailleurs alors que c'est justement ce que ceux-ci réclament "Du Travail".
Comme on le clamait dans la manif, Sarko une augmentation comme celle que tu t'es offerte nous suffit !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans un avenir proche je pense que bien des sénateurs de l'UMP devront faire une croix sur leur avenir !!!
Car aujourd'hui, beaucoup de français songent à refaire une nouvelle donne!!!
Avec la crise, le pouvoir d'achat en total recul, le peuple de france en a raz le bol de voir ces gens elues, donner et surtout contraint par la peur, à de nouvelle lois pour rendre à ceux qui font la France un pays dans une DICTATURE.
Demain ils viendront pleurer dans nos mains, mais hélàs il sera trop tard!!!!!
A réfléchir !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dans un contexte de crise économique sans précédent, l'image de la France est une nouvelle fois mis à mal.
Quand pourra t-on réformer le service public qui en a bien besoin ?
Quand la France cessera de vivre à crédit ?

Les grèves à répétition ne sont pas la solution. Oui dénonçons les grands patrons peu scrupuleux, mais ne prenons pas en otage les salariés qui chaque jour font tourner l'économie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@liper : Je n'ai pas tout compris au message. Sarko c'est pas top, ok, mais Sego aurait probablement réussi à mettre tout le monde dans la rue en éspérant inspirer Obama !

@Grincheuse : Ok, mais ce ne sont que les salariés qui vont trinquer, ce sont tous les français, retraités, non salariés, etc... qui sont au taquet... le train de vie de l'état et des collectivités plus les couts de la santé qui en sont la cause - la crise ne fait qu'exacerber l'effet de ce déséquilibre français.

Car si on baisse le coût du travail (par les charges et sans baisser les salaires perçus) on facilitera l'embauche et par conséquent on améliorera l'emploi et donc on permettra la réduction du chômage. Alors qu'un fonctionnaire de plus c'est l'équivalent de 3 ou 4 emplois en moins aujourd'hui. Globalement dans le monde on a créer de très nombreux nouveaux emplois - mais très peu en France... il faut se poser les bonnes questions.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
OUI, nous n'avons pas d'autre choix,il faut répter de GREVE chaque semain,je propose de faire le GREVE la veille de RDV entre les syndicates et SARKOZY
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bien sur qu'il faut descendre dans la rue, le décallage est tellement important entre les politiques , les actionnaires et les PDG et ce que nous vivons dans notre quotidien, de plus ces personnes ne connaissent que la lecture des statistiques, courbes et commentaires de specialistes, qu'est ce qu'ils connaissent du ressenti des chômeurs, salariés à temps partiel payés au ras des paquerettes , retraités avec une pension de misère, oui il faut se f
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
oui, il faut descendre pour se faire entendre.
Nous avons un président qui proclame :
- que quand il y a une manifestation, celà ne se voit pas
- qu'il entend les contestations mais qu'il n'en tient pas compte
La crise économique est déjà insupportable, ses provocations (sans parler de son action) ne font qu'aggraver la colère dans ce pays
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Français vous avez toujours la mémoire courte il suffit de se rappeler un discourt " Je ne vous trahirai pas je ne vous mentirai pas ....) la logique est là et il n'en démordra pas seulement quand il a fait son discourt il n'a pas précisé à qui il s'adressai car pour tous ses amis les plus nantis mise à part quelques pertes relatives tout va pour le mieux .Ces "entrepreneurs" qui profitent de la crise pour délocaliser en demandant des subventions de vos impots et qui remettent en cause la législation du travail tout ceci va dans le bon sens...DESCENDRE DANS LA RUE c'est encore le seul moyen de faire comprendre en dernier ressort que cela ne peut plus durer à bon entendeur salut!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ceux qui parlent de dictature pour parler de la france ne savent de quoi il parlent!!! en tout cas si ça tenez qu'à moi, oui il faudrait une dictature en france pour remettre au travail les privilégiés français du public (Poste, SNCF...) qui prennent tous les pretextes pour aller défiler (ça me rappelle le college ou tout était pretexte pour ne pas aller en cours).
Quand on parle de 1 à 3 millions de gens dans la rue, ok mais alors? ça fait toujours 62 à 65 millions de gens qui n'étaient pas dans la rue. C'est la majorité silencieuse qui en as marre de vos gémissements. Faites ce que Obama a demandé à ses citoyens : "ce qui sauvera l'amérique c'est avant tout les américains et leur travail!!! sous entendu n'attendez pas tout des gouvernements!!!
Je ne suis pas nanti, je ne suis qu'un chomeur de longue duré qui en as marre de voir toujours les memes se plaindre
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La gestion de la France n'a guère changé après la chûte de la monarchie: la seule différence est l'élection de notre monarche. Nos députés et sénateurs n'aspirent qu'à faire partie du pouvoir exécutif; pourtant, quand on élit un député, on ne le désigne pas comme futur ministre; ce sont les partis qui créent cette guerre civile permanente qui nous vaut une instabilité bananière depuis deux siècles. Que l'Exécutif ait débordé sur le Législatif tient largement à ce que ce dernier travaille mal et ne nous représente guère.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
IL FAUT PLUS DE BENEVOLES REGARDER LE SUCCES DES RESTOS DU COEUR 100 MILLONS DE REPAS ET BIENTOT 110..120 ETCLES CHIFFONNIERS DE L ABBE PIERRE SONT PRESENTS DANS QUARANTE ET UN PAYS ON PEUT COMPTER SUR SARKOZY POUR DEVELLOPER QUAND CA MARCHE IL EST LA
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Malheureusement ce n'est qu'avec un rapport de force que les syndicats que les revendications syndicales sont en partie acceptées. L'état le sait bien et c'est pour cette raison que nos chers hommes politiques attendaient ce 29 janvier. A suivre....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui! il faut descendre dans la rue, car c'est aujourd'hui un espace de liberté que nous devons préserver et conforter face à la volonté délibérée de notre Président de museler l'opinion. Pour preuve : on vire un Prefet et un responsable de la sécurité publique pour des sifflets !! Non à la dictature qui nous menace...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Face à un pouvoir autiste et qui multiplie les cadeaux auxs plus riches, il faut descendre dans la rue , cela ne fait pas le moindre doute...

Par contre, cela n'est pas 1 fois qui suffira....Il faut ABSOLUMENT tout faire pour aller vers un mouvement au moins aussi massif que celui de 95..

Le pouvoir actuel n'a visiblement RIEN COMPRIS, et malheureusement, sans contraintes, il continuera sa politique TOTALEMENT INEFFICACE et DEVASTATRICE....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Réponse: Il faut arrêter de tout confondre!
Déjà je trouve ça un peu facile de toujours tout reprocher à la gauche qui a sois disant appauvrie la France avec ses réformes etc... Juste pour rappel la droite est au pouvoir depuis plus de 10 ans et rien de concret n'a
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
D'abord il y a lieu de se rappeler que lorsque la "gauche dite plurielle" était au pouvoir elle n'avait point engagé de réformes profondes des institutions françaises et des rapports entre les pouvoirs pour aller dans plus de transparence et de démocratie... mais elle avait opté pour l'inértie et à pousser les français à plus de contemplation de leur nombril sans même apporter des solutions au chomage et à l'amélioration de compétitivité de l'économie française.Que ce soit au parlement ou dans la rue l'opposition de gauche au sens propre , dont des dirigents sont les adéptes de train de vie somptueux pas forcement sur leurs propres revenus,cherche à exploiter démagogiquement la crise mondiale actuelle, qui touche tous les systèmes soco-économiques par le monde,pour se refaire une audience. Il n'hésite pas à recourir à de l'obstruction systématique voir même à renier ses propres prises de décisions (cas de l'envoi d'un petit contingent en Afghanistan...) lorsqu'elle était aux commandes aussi à proposer trés en retard des recettes socio-économiques de sortie de crise obsoléte et de sucroît inéficace.Les représentants de la "gauche" aurait dû inspirer des lois et soutenir les programmes de relance et de sortie de crise aussi utiliser leur poids au niveau des régions à cette fin.Enfin la prise par les grêves des usagers en otages, en période de crise profonde et perdurente, est anti économique et pouvoir d'achat par les coûts additionnels engendrés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qd on entend Sarko déclaré aux média que " qd il y a une grève en france on ne s'en rend même plus compte" sur le ton ironique qu'on lui connait ça me fait bondir!!....
Dans une sitation de crise comme celle que nous connaissons aujourd'hui je ne comprends pas et ne tolère pas qu'un dirigeant politique puisse à ce point manquer de respect à l'égard de ceux qui souffrent!!...
Si il continue à se moquer des français comme il le fait il entrera dans l'histoire comme l'Homme qui a détruit la paix sociale nécessaire à l'équilibre d'un état!
Il est fier de lui en ce moment d'avoir créé son " service minimum" mais si la grogne continue à monter çe ne sera plus une journée de grève par ci par là qu'on pourra observer mais un blocus général: on verra qui fera le malin à ce moment là!.... Et il ne faudra pas dire qu'ils n'y avait pas eu eu préalable d'événements annonciateurs!...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A lire les réactions, les grévistes ont fait grève contre Sarkozy et sa manière de présider la France. Je en vois rien de syndical dans cet objectif - que du politique ! Les prétextes sont des phrases dites par Sarko, la mutation de préfet dans la manche, etc...
Pourtant les grévistes ont de bonnes raisons de faire grève pour manifester leur inquiétude pour leur emploi car bientôt, l'état ne pourra plus payer leurs salaires - il n'y aura plus de prêteur comme c'est déjà le cas pour certains pays, y compris l'Allemagne - et l'accroissement des impôts accentuera les déséquilibres et engendrera un chômage encore plus accru du fait de l'accélération des délocalisations déjà très importantes. Oui c'est cela leur avenir - je devrais dire notre avenir. Alors adieu, les retraites, la couverture sociale, etc... Jusqu'à maintenant les privilégiés (fonctionnaires, régimes spéciaux type edf, sncf, etc) disposaient de conditions sûres au détriment des exclus de plus en plus nombreux (la précarité des uns est le fruit de la sécurité des autres) - eh bien ils vont basculer dans l'insécurité, les salaires non payés, etc...
Je comprends qu'il fasse grève et qu'ils soient inquiets - mais ils sont incapables de proposer une solution car cette solution passe par la remise en cause des avantages dont ils bénéficient et qui coutent si cher que la France régresse et s'enfonce dans la spirale de la crise - la crise internationale n'est qu'un accélérateur de la crise de la France.
- il faut sans doute supprimer 2 millions de fonctionnaires et assimilés
- il faut réduire les dépenses de l'état (par exemple réduire le nombre de députés par 2)
- il faut réduire les dépenses de santé
- il faut allonger le temps de travail jusqu'à 67 ans
pour espérer réduire les charges qui pèsent sur les salaires et créer à nouveau des emplois dans notre pays, réduire le chomage, etc...
Parallèlement, les services doivent gagner en efficacité - l'école, la justice notamment qui fonctionnent de façon très insatisfaisante...
Douloureux en somme après tant d'années de prestidigitation infructueuse et de scandales.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne pense pas que ce sont les gens qui descendent dans la rue et qui crient le plus fort qui ont forcément raison.
Nombre de personnes, peu à même de porter un jugement objectif sur les choses et les évènements, pour diverses raisons, se laissent manipuler par des "esprits forts" peu soucieux de l'intérêt général. C'est sans doute l'un des points faibles de la démocratie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Sarkoironise: Il a pronnoncé cette phrase cet été il me semble, c-a-d juste avant que la crise se dévoile au grand jour. Elle est donc décontextualisé de la conjoncture économique actuelle. De plus je pense pas que cette phrase soit un manque de respect envers les français... ni même envers les syndicats.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tu es vraiment au Pauv' Type !pour ne pas dire mieux.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
OUI la France revient , à défaut d'une dictature, une monarchie prilmaire...voire une république bananière...Nos élus de tout bord repus de leur prérogatives et avantages en tous genres oublis qu'il y a en France des gens qui souffrent...jusqu'à présent en silence....mais il suffirait ..d'une étincelle pour allumer une brasier qui brulerait les ailes du pouvoir du prince et consorts ! Alors la grève serait presqu'une bénédiction tant son apparence et sa forme sont sage et tranquille par rapport à une "chienlit" voire une révolution qui ne saurait tarder....La situation de la France s'apparente à ses milliers ...voire millions de d'automobiliste qui roulent SANS points de leur permis de conduire...un jour la vérité explosera et ce sera une VRAIE catastrophe...OUI messieurs les optimistes nantis..la France est au bord de la faillite et son peuple au bord de la Révolu..... Non je me trompe c'était il y a 220 ans..masi 'histoire est un éternel recommencement !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je le crois de plus en plus ,car le danger, c'est donné aux entreprise des aides(soit disant) pour l'investissement, sans faire quelques choses en paralléle pour la consommation(dont le social fait partie), qu'apres les chomages partiels et les accords de methode=suppressions de poste(volontariats)se propage les plans sociaux.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
malheureusement oui, car nos politiques ne pensent qu'à eux, il faut absolument faire des réformes,seulement ont est confronté a deux problèmes, un les français veulent des réformes, mais pour les autres, deux, les politiques se votent des réformes pour s'augmenter et conserver leurs privilèges et là ils sont tous d'accord. Je pense que les français sont près pour les réformes et près a faire des sacrifices le temps que la maison France rembourse ses dettes a condition que cela touche toutes les couches de la Société. Si on ne le fait pas on va à la faillite et ce n'est pas de la science fiction. Quand on es sera là la problèmatique ne sera plus de défilé, mais comment survivre? cordialement
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j'habite au alentours de grenoble et je sais que quand un troupeau de mouton, pendant les transumanses, et bien encadré et surveillé, il ne cause aucun d'egats et le reste des otoctones peuvent vaquer à leurs occupations. à bon attendeur...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Descendre dans la rue ,oui bien sur.Mais pas tsles 4 matins selon l'air du temps.
Imputer à Sarko,c 'est un peu facile .Il y a beaucoup de nouvelles difficultés pour les gens aujourd'hui, avec l' arrivée de nouvelles couches de la population.La manif de jeudi, en plus des participants habituels contenait de nouveaux mécontents à des titres trés divers;les syndicats toujours sur la réserve face à des slogans non maitrisés sont restés bien discrets .Cela montre bien que la crise amplifie les problémes sur le quotidien des simples gens,c' est un signal qu' il ne faudrait surtout pas négliger ;la rue c' est l'exutoire ,faut-il encore le prendre en compte? Une nouvelle donne:la répartion des richesses crées sera remise sur la table,les solidarités dans notre pays seront redéfinies,notre rapport avec l'extérieur: Europe ,Pays en voie de développement,le rapport avec l'homme, l'immigration...etc...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
PARLEMENTAIRES INUTILES, il ne s'agit pas d'un probleme de droite ou de gauche, LES ELECTEURS SONT DECUS DANS LES 2 "CAMPS" de voyous. LE PROBLEME c'est que les ELUS PARLEMENTAIRES BAFFOUENT LEURS ELECTEURS. Plusieurs solutions : 1 - QUE LES FRANCAIS RENDENT VISITE AUX PARLEMENTAIRES, de droite et de gauche dans leurs permanences pour leur exprimer tout le bien qu'ils pensent du mauvais travail constaté. 2 - Que les Français utilisent le VOTE BLANC ou le VOTE NUL aux élections pour indiquer aux parlementaires qu'ils se rendent eux mêmes inutiles. 3 - que les français reclament la réduction de 50 % du nombre de ces parelementaires "SERPILLERES".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
y'en a marre de se serrer la ceinture tandis que les députés et sénateurs toucheront une retraite supérieure à la moyenne des français pour une mandature de 5 ans, que notre cher président s'est octroyé une augmentation de 140% l'an dernier. Les sacrifices oui un certain temps mais pour tous. Tous ceux qui ne sont descendus dans la rue ont eu tort puisque nos dirigeants continuent à vouloir mener la même politique désastreuse pour le pouvoir d'achat et les emplois. Seul le rapport de force pourra les faire infléchir.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LE POUVOIR EN SURSIS !!! Mesieurs les parlemetnaires, continuez de servir de serpillere à SARKO, vos mandats vont revenir sur le marché des élections anticipées très bientot, VOS BULLETINS DE VOTE SONT ANNULES? ET VOUS N4AUREZ PAS LE TEMPS DE RECONSTITUER VOTRE CAPITAL DE POINT. Votre reconversion va etre à l'évidence l'auto-entreprise cireurs de bottes ... vous avez de la chance, chaque cotoyen en a une gauche et une droite !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
NON, c'est usant de tout le temps voir les même dans la rue, j'aimerais vous rappelez qu'un artiste a réalisé une oeuvre représentant l'Europe. Comme par hasard nous y avons été représentés par: une carte de la France avec l'annotation "GREVE" en premier plan. Alors au lieu de faire appel au gouvernement pour toujours vouloir plus regarder se qui se fait autour de vous. Arrêter de vous plaindre, nous passons vraiment pour des fainéants aux yeux des étrangers. De plus, souvenez vous la journée de grêve qu'il y à eu en gare de Paris, trouvez vous normale qu'une poignée de personnes empêchent les actifs d'aller travailler? (450 000 personnes n'ont pas pu prendre le train ce jour là). Et arrêtez de diaboliser les chefs d'entreprises, je vous rappel que c'est eux qui vous permettent de travailler, c'est eux qui ont prix le risque d'investir, c'est a eux qui 'incombe tous les risques d'une gestion d'entreprise, c'est eux qui ne dorment pas car trop de soucis, c'est leur argent qui est en jeux...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est urgent de reformer la France, mais les francais sont hostiles a tout changement. Nous allons dans le mur ai nous refusons de nous remettre en question, en particulier en temps de crise profonde. Je supporte les principaux changements proposes pas notre president.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui il faut descendre dans la rue pour dire à ces syndicats du public que ça suffit : demander une augmentation du pouvoir d'achat lorsque l'on est dans une crise profonde comme actuellement, c'est plus que stupide, c'est cpn ! Et quand je pense que l'on confie l'éducation de nos enfants à ces minables, c'est effrayant.
Vivement une manifestation de la droite comme fin mai 1968.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les français qui travaille en ont marre que ce soit toujours eux qui paye la facture ,et qui supporte les consequances des decisions de nos hommes politique et des grande entreprises qui font pression sur le pouvoir pour obtenir toujours plus d'avantage et de profit sans se soucier des classes populaire qui avec des salaires de misere ne sont plus en mesure de faire tourner l'economie et meme de trouvre un toit avec un loyer resonnable .peuple de france ne nous lassons pas faire car les classes dirigeante sont totalement dèconnecte de la realite.oui à la greve pour obtenir des dirigeants une remise en question de leurs politique et pour une meilleure repartition des richesses produite par tous et confisquer par quelques uns.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Y'en a marre de ces syndicats et de ces politiques aussi menteurs et exploiteurs les uns que les autres. de ces conflits et combats stériles qui incitent à la haine.

Quand est-ce qu'un politique ou un syndicaliste osera nous parler de FAIRE LA FETE?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Attendez au moins que la France touche le fond de la dépression pour exprimer votre douleur sinon vous n'aurez plus de mots pour la décrire. En attendant ce n'est pas en cuisant des merguez dans la rue, même 2 millions que vous allez régler les problèmes du pays qui sont structurels. Structurel ça veut dire que la France que l'économie mondiale aille bien ou pas a toujours un taux de chômage structurellement élevé. Structurel ça veut dire que le coût du travail est toujours au dessus de la moyenne en France ce qui implique moins d'emplois et donc moins de croissance et donc moins d'augmentations salariales. Cela parce qu'on ne peut pas tout à voir dans un environnement mondialisé. En grossissant le trait : avec un SMIC à 2000?, des millions de fonctionnaires travaillant en organisations inefficaces 5 heures par jours avec 15 semaines de congés payées, une impossibilité de licencier un bon pourcentage de la population quoi qu'il arrive (secteurs, branches ou salarié protégés du privé comme du publique), des augmentations salariales uniformes même quand la productivité n'augmente pas (ce qui veut dire que quelqu'un d'autre paye la note ou qu'un groupe s'endette, ou qu'un groupe perd sa compétitivité), une retraite à 60 ans quelque soit la démographie une protection sociale pesant sur le travail et les salaires... L'ECONOMIE NE TOURNE PAS. Il faut faire des choix et arrêter de se plaindre sans rien proposer. Le résultat on le connaît : chômage, dette que les enfants devront rembourser (=situation encore pire dans le futur), et clochards dans les rues. Sortir de la mondialisation ? La blague : se serait juste une société au ban des nations, la famine la désolation et la guerre. La réforme ou le déluge, voilà le choix.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai l'impression que la large majorite des grevistes etaient des personnes ayant un emploi garanti. Un vrai scandale dans les circonstances actuelles
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Je supporte les principaux changements proposes PAS notre president." Joli lapsus, Benoit... ça en dit long...

Cela dit, je suis d'accord, il faut soutenir l'augmentation des part données aux actionnaires et dirigeants : en 10 ans, ceux-ci ont pris 10% du gateau en plus. Les gens qui suent n'avaient qu'à faire des études à Harvard. On a que se qu'on mérite dans la vie.
Nous devons continuer à privatiser toutes nos entreprises de façon à ce que les syndicats ne puissent plus manifester la moindre animosité face à nos politiques axées sur la flexibilité et la précarité. Moi je ne prend pas le train, j'ai une berline, je laisse les transports en commun à tous ces miséreux, et j'ai pas non plus besoin de la Poste (il perdent déjà suffisament de colis comme ça).

Les chinois, eux, ils bossent. Ce n'est pas comme nous qui cultivons la fainéantise. Dés qu'ils auront trouvé un remède à la pollution et à l'épuisement des ressources, on aura l'air fin face à eux...

J'ai même vu des gens qui réfléchissaient sur du long terme en France !!! Quelle perte de temps et d'argent ! Si on veut survivre et rester parmi les mangeurs de moutons, on doit travailler et faire accélérer la machine économique. Nous devons croître, sinon nous mourrons. Les chinois croissent ! Ils prennent tous les marchés ! Il ne restera pas assez de planète pour tout le monde, alors autant finir sur le podium.

Continuez à travailler pour moi et je vous promet que vous aurez un iPhone, un écran plat et des piles au mercure chauffantes dans vos chaussettes. Le luxe ! Accessible... à tous.

Quand au partage des richesses, si l'être humain avait été fait pour partager quoi que se soit, ça se saurait depuis longtemps.

Au boulot les faignasses !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France n'a pas assez de travailleurs créant de la valeur ajoutée pour continuer à redistribuer indéfiniment. En termes plus crus, il y a trop de fonctionnaires et assimilés, pour le nombre d'actifs dans le seteur privé. Et s'il faut mettre les points sur les i, le fonctionnaire est payé avec la valeur ajoutée créée par l'activité d'autres agents économiques ressortant de l'échange industriel et commercial. Si cela ne vous semble pas compréhensible, demandez vous comment on pourrait exporter l'activité des fonctionnaires et autres agents de l'Etat, eh bien ne perdez pas votre temps, on ne le peut tout simplement pas. Pour avoir, depuis tant d'années, violé ce principe de base d'une économie ouverte, notre pays est malade, parce qu'il consacre trop de son argent, de son temps, de ses ressources, de ses forces vives à des activités dont la valeur ajoutée est inférieure à celle de ses voisins. Tout le monde le sait intuitivement, et personne ne veut s'appliquer le remède : réduire les dépenses publiques en période de croisière, quand tout va bien. Pour l'avoir fait avant nous, certains pays voisins de la France ont davantage de marges de manoeuvre que nous, l'écart avec eux ne cessera donc de s'agrandir, même et surtout avec la crise. Quant aux propositions du PS, elles ont déjà failli couler la France en 81, à tel point qu'il fallut le coup de semonce du FMI, pour que les socialistes renoncent à leur politique désastreuse de relance par la demande. Madame Aubry l'a peut-être oublié mais pas tous ceux qui connaissent quelque chose à la vie internationale et à l'économie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A ceux qui se plaignent de leur pouvoir d'achat en baisse : résiliez votre abonnement de téléphone portable à 350 FRF, votre abonnement internet à 200 FRF, n'achetez plus de TOM-TOM à 2000 FRF pour faire 20 km, n'achetez plus de console de jeux à 2500 FRF, et surtout n'achetez plus d'écran plat en 10 fois sans frais à 25000 FRF.
Aux syndicats : pourquoi n'avoir pas tiré la sonnette d'alarme et d'avoir chercher a travailler de concert avec les pouvoirs publics (plutot que de manifester contre le CPE) quand tous les projets des constructeurs automobiles partaient pour la chine (après avoir pompé les plans des outilleurs français), quand le choix de construire la nouvelle clio serait la turquuie et non pas la france, quand le choix de construire la nouvelle 207 serait les pays de l'est et non pas la france, que le choix d'assembler les grille-pains moulinex serait la chine et non plus la france, faut-il rappeller aussi que le port de fos-sur-mer toujours en greve est en perte de vitesse et maintenant dépassé par Gene et Barcelone qui eux créent de l'emploi...
Aux pouvoirs publics de gauche et de droite, irresponsable a toujours vouloir promettre plus et dont la seule solution est d'augmenter les prelevements (CSG-CRDS : 30,1% sur tous les flux financiers en 2009, impot inexistant il y a 15 ans...), et pendant ce temps, les jeunes diplomes se barrent a l'etranger, les chefs d'entreprises se barrent e l'etranger.
Francais, arretez de vous plaindre, accepter et admettez qu'ailleurs c'est pas mieux, et maintenant mettez vous au boulot sans tomber dans le piege du consumérisme a tout va. Pour votre prochain noel, n'achetez que des jouets fabriques en france, ca existe ! N'achetez que des fruits et legumes de saison, ne prenez votre voiture que pour un besoin reel, convertissez en francs le prix des babiolles made in china que vous achetez aujourd'hui les yeux fermés quand vous etes a leroy merlin ou castorama et vous verrez que votre pouvoir d'achat ira mieux, et que l'emploi national ET industriel redémarrera en france.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nos Gouvernants ont trahi les valeurs de 1789 émminnement libérales cad responsabilisation de l'individu, esprit d'entreprendre et de compétition. La France depuis 45 est dirigiste, corporatiste, bornée. Les plus productifs de nos compatriotes sont spoliés, les cerveaux fuient à l'étranger une Recherche gangrénée par le syndicalisme marxiste tout comme nos entreprises étouffées par le poids des impots véritables spoliation légale permettant de maintenir en vie (artificielle) 5 millions de fonctionnaires improductifs. L'ignorance des Francais au sujet de l'économie, ils ne savent que hairent ceux qui gagnent de l'argent, vieille héritage catholique, plutot que de se demander comment eux memes ils pourraient en gagner. Ils sont infantilisées depuis que l'Etat s'occupe de tout de la naissance jusqu'a la mort et ne savent que réclamer la béquet comme des bébés. De véritables veaux ils ne peuent imaginer une vie différente cad sans l'intervention peremanente de l'Etat. Comme d'habitude en France, une poignée réformera et sauvera le pays au prix de sacrifices ( et quelques certitdes ) très douloureux. A moins que les électeurs de Droite ne manifestent bruyamment, car les réformes promisent sont des reformettes et la question de l'immigration (de remplacement) tabou depuis 30 ans commencent a exaspérer tres serieusement. Le Pouvoir n'a pas a craindre les émeutes de"jeunes défavorisés" mais surassistés car ils ne représentent rien mais plutot le petit blancs ulcéré de l'insécurité et du syndicalisme, là le risque de changement de Régime par la violence est très réel.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@math : on ne diabolise pas les chefs d'entreprise, on diabolise ceux qui en quelques années ont multiplié leurs salaires par deux ou par trois alors que les notres ne progressaient qu'à peine. Bien sur qu'il ne faut pas les mettre tous dans le même panier, ces chefs d'entreprise, mais il y en a qui abuse vraiment!
Sans compter les députés qui se votent une loi pour garder leur salaire cinq après leur non réélection, notre Nicolas qui se vote une augmentation de salaire de 42%.
C'est vrai qu'il y en a marre de ramer quand on voit tous ses gros ( donc pas tous) qui s'augmentent sans limite.
Rien que pour cela ; il faut descendre dans la rue.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je sais que cette année et il nous l'ont assez martelé tous en commençant par SARKOSY il faut se serrer la ceinture et pendant ce temps on se déplace avec + de 500 policiers on met les manifestants derrière les barricades et pour couronner le tout on trouve le moyen de limoger de hauts fonctionnaires comme ça lui aussi il aura fait son cirque pour essayer de faire oublier les millions de citoyens qui en ont marre de sa politique de destruction et de la baisse du pouvoir d'achat, bien sûr,les, Fillion, Bertrand, Lefèbvre, Coppé, Lagarde, Bachelot, Morano n'ont qu'à bien se tenir car comme Madame Dati on consomme et on jette c'est comme ça chez SK ce qui va se passer et bien ça va être la chienlit comme disait ce grand homme que fût le Génèral de GAULLE, j'ai bien entendu les réformes vont continuer je vais voir jusqu'ou vont aller nos syndicat déjà j'ai pas trouvé très bien le large sourrire de Chérèque j'espère qu'il pas entrain de nous faire un enfant dans le dos, méfiance!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Non ça ne sert à rien ! Sarkozy n'y peu rien, on voit simplement dans les médias les 47% qui ont votés à gauche plus un peu de déçus. Nouvelle élection même résultat, ce ne sont pas les syndicats qui dirigent le pays mais un gouvernement élu, ceux à qui cela ne plait pas peuvent déménager un corée du nord pour ENFIN comprendre ce que la France est belle et l'est toujours autant aujourd'hui. A force vous allez finir par casser ce magnifique endroit.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'arrive dans les derniers avec le plaisir de lire l'ensemble des commentaires. Je pense que notre principal problème est le manque de confiance de l'ensemble des entités qui compose l'économie de notre pays. Tout d'abord les politiques peu importe le bord aussi menteur à gauche qu'à droite mais plus grave en général incompétents, QUI A REELLEMENT CONFIANCE EN EUX??? puis l'ensemble des managers hors peut-être des PME très locales et des TPE, ensuite les syndicats qui ont refusé d'évoluer avec le monde industriel, les actionnaires pas le"petit" dont le pouvoir dans une assemblée générale est nul et parfois il suit "comme un "mouton" voir ALCATEL et autre tel M. MESSIER qui leur a tout "vendu" jusqu'à leur perte, non les "vrais actionnaires fonds d'investissement, fonds de pension, institutionnels...dangereux car le volet social est pour eux EST UN MOT QUI SIGNIFIE PERTE DE PROFIT en un seul mot son COUT, la preuve dés qu'une entreprise licencie le cours en bourse remonte. Je ne crois pas qu'il faille mettre en accusation permanente les fonctionnaires et le privé, divisé pour régné n'a jamais servi les plus faibles.
Alors que faire, oui descendre dans la rue j'ai participé au évènement de 68 ce n'est pas une référence mais cela a montré au moins que la rue peut faire trembler ceux qui veulent tout décider sans une vision humaine. Pour ma part je suis pour que notre pays se modernise oui cela passe par des réformes de fond mais cela ne pourra se faire que si l'ensemble des "partenaires" sont honnêtes et l'effort doit être proportionnel à la puissance et non l'inverse, sans laisser personne s'enfoncer.
Le meilleur exemple le CANADA. Alors ne nous dévisons pas mais forçons ceux qui pensent être les seuls maître à bord à se mettre autour d'une table et gérer notre pays pour que chacun y trouve sa place au mieux de ses espoirs.Des riches cela ne me pose pas de pb si mon voisin vit bien sans se poser la question s'il pourra manger à la fin du mois. Restons optimiste, bonne soirée.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour vous faire entendre, allez voter. Le Président et le Parlement ont été élus avec une forte majorité. Le reste c'est du Guignol, encourragé par les organisations afin de servie d'exutoire à la grogne de ceux qui n'ont rien compris et ne comprendront jamais rien!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Grosso modo 2% des Français sont descendus dans la rue ;ça fait un toute petite "majorité" qui ne peut prétendre indiquer la voie à suivre à ceux qui ont été élus avec plus de 53% et qui représentent le pouvoir légal .
Si les défilés de rue devaient remplacer les scrutins, il faudrait inventer un nouveau régime dont la volatilité n'aurait d'égal que la régressivité du système ainsi mis en place.
Il existe en démocratie une opposition qui a pour premier devoir d'"exister" et de s'opposer en proposant des solutions alternatives auxquelles les défilés de rue pourraient traduire l'adhésion..et exprimer ainsi une mise en garde graduée,jusqu'à ce que,au détour du prochain scrutin ce projet obtienne la majorité des suffrages.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les grévistes-fonctionnaires ne comprennent pas que quand une entreprise ne peut plus faire face à ses dettes elle fait faillite sera pareil dans 3 à 5 ans pour France SA. Alors là vous n'auraient plus de salaires. Vous voudrez surement faire la Révolution (comme tous les jours, c'est moins fatiguant que de travailler) , et le contribuables n'aurA plus qu'a s'expatrier pour ne plus vous servir d'esclave. Alors vous retournerez a l'age de pierre comme en rêve la Gauche prolo, pour les millionnaires du PS cela risque d'être très dur.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tu as appris l'orthographe , la grammaire et la syntaxe à l'Ecole Publique? Quel échantillon!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Faut-il rappeler aux adeptes du Grand Soir qu'il ne faut pas toujours confondre ses aspirations avec la volonté d'une élection démocratique et sans contestation? on demande 5 ans pour faire quelquechose avant de revoter! Mitterand est resté 14 ans et Chirac 12 ! qu'il y ait 1 ou 2 millions de fonctionnaires dans la rue, n'est pas le problème, quelle est leur solution pour sortir de la crise? embaucher encore des fonctionnaires ? payés par les achats de bons du trésor des communistes chinois? c'est là bas qu'il faut aller les gars de "sud" : vous DORMIREZ 35 heures par semaine!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
DESCENDRE DANS LA RUE EST DEVENU UN JEU, UNE EXPRESSION SANS DÉBOUCHÉ
Les spécialiste du théâtre vous expliquerons que c'est l'expression de la catharsis . Traduction: une façon d'expulser ses pulsions. Alors, si c'est pour éviter plus de violence sociale, la réponse est oui. Mais il faut comprendre que le passage obligé par la rue est devenu un rituel. Le code est le suivant: je descend dans la rue pour "exprimer mon mécontentement", le dirigeant du moment, peut ainsi quantifier ce mécontentement, il peut aussi dire "je vous ais compris" on sait où mène ce genre de phrase. Ce véritable détournement de l'énergie ne sert qu'a se défouler (dans la foule) et ensuite, retours dans le troupeau. Contrairement aux idées reçues, ce couple grève/défilé coûte peu d'argent, car il est "remboursé" par le non paiement des jours de grève. Il n'y a que phidias pour croire que les fonctionnaires coutent cher ou plus cher que les dites "forces productives". En fait, ils servent de variable d'ajustement à la température sociale. JPLG pense, comme beaucoup d'internautes, que "les grévistes ont un emploi garanti". Quel aveuglement, c'est oublier les grévistes du privé, sans garantis, et ceux qui soutiennent les "nantis" mais qui ne font pas grève par peur. Ils voudraient êtres des "nantis" eux aussi. Seulement voila, personne n'est nanti, rien n'est garanti. La TV publique aujourd'hui, la poste, les hôpitaux et l'école demain. C'est cela que vous voulez? La peur pour tout le monde. Alors vous n'avez rien compris. Ce que veulent les gens (public ou privé) c'est vivre convenablement et élever leurs enfants. C'est ce qu'ils disent en descendant dans la rue. Malheureusement pour eux, ce "rituel" est récupéré. "Défilez et rentrez dans le troupeau" semblent dirent nos dirigeants. Protester, c'est bien, savoir qu'il existe une force politique pour vous suivre, c'est mieux. Seulement voila, cette force n'existe pas. Il reste la "catharsis", mais il n'y a pas l'espoir. C'est cela le vrai risque.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce qu'il faut constater dans cette grêve, c'est que la majorité des personnes descendues dans la rues sont des fonctionnaires et salariés d'entreprises publiques qui sont descendus dans la rues pour encore défendre leurs petits acquis personnels, ce qui n'est en aucun cas une preuve de solidarité envers ceux qui risquent de tout perdre.

La politique gouvernementale, bien que discutable sur de nombreux points n'est en aucun cas responsable de la crise actuelle. Il faut aussi rappeler que les aides aux banques et aux entreprises sont des PRETS et/ou des GARANTIES : l'argent n'est pas donné et n'est pas gratuit.

Alors qu'on vienne dire ensuite que cette manifestation est un message de mécontentement, peut être mais cela ressemble plus à une foule de badauds réclamant quelques avantages à un roi....

De plus ces syndicats prônant haut et fort la solidarité et droits comme valeurs (alors qu'il ne s'agit que de luttes de pouvoir en oubliant sciemment les devoirs du citoyen) ne sont pas du tout représentatifs de la masse salariale française.

En bref, nous avons assisté à un énième brassage de vent...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ben, si vous avez d'autres solutions, faites-les nous connaître ! Quant aux Français favorables aux changements, peut être bien que ces derniers ne seraient pas touchés, aussi leur est-il est facile de brailler " du changement ! du changement ! " Quand on ne risque rien, on peut toujours se permettre sans risque de lancer des invectives sur ceux qui vont en baver.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Non mais vraiment les gens, faut se calmer, je vous rappelle que vous vivez dans le meilleur pays du monde, ou on a une des meilleures resistence à la crise. Alors stop, la France est un pays de raleur, certes c'est en usant les pavés qu'ont été acquis la plupart de nos droit. Mais on est dans une situation où la solidarité vaut mieux que la division. La gauche devrait arrêter de raler est agir à son niveau, proposer des idées vraissemblables. Et n'oubliez pas, vous, je m'adresse à ceux qui parlent de dictature, que vous avez une chance inouïe d'habiter sur le sol Français. Et si vous trouvez que c'est une dictature, et bien aller vivre en Chine, en Afrique, En Amérique du Sud où partout ailleurs dans le monde et là on pourra parler de vrai problème.
Les Français sont comme les enfants, on leur donne ça, ils veulent tout ça. Pleingez vous ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
mille fois d'accord avec jplg; que ces gens à l'emploi garanti se remttent en question pour devenir de bons citoyens et moins d'égoisme . conditions de travail, horaires d'été ou d'hiver, non remplacement des départs à la retraite, augmentation des salaires, 32h chez certains, j'ai me^me entendu dans la manif que certains jeunes revendiquer contre la prison pour les jeunes de 15 ans !!
quoi un amalgame de tout mais surtout une politisation. Pendant ce temps des milliers d'emplois du privé tombent, non par la faute du gouvenement mais d'une crise mondiale et bien entendu je suis contre la mondialisation mais c'est le temps des remises en cause !! Alors moins de dépenses inutiles '2 VOIRE 3 portables, UMP3, numériques en tout genre, GPS, lunettes bling-bling (pas que chez Sarko) Sexe toy !! au mon Dieu que tes enfants sont malades de consommation et pendant ce temps des millions de gens gréve la fin. Alors la grève devient un luxe, un confort. Et les retraites, les indépendants,les commerçants, les petites agriculteurs (pas les gros milliardaires en terre de vignes ou de céréales !!) Voyons aussi les imposables et les non imposables et là : surprise !! Voilà c'est compliqué et que l'on ne détruise pas ce beau pays. De gaulle...MERCI ! Tu as bien "socialisé" notre pays : couverture sociale, intéressement, et dit surtout la politique ne se fait pas à la corbeille et aujourd'hui la majorité de ceux qUI
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J?étais un salarié heureux et pourtant j'ai crée ma propre entreprise... et puis deux... et puis trois...et puis quatre...à 58 ans je suis endetté jusqu'à 75!, je mourrai le plus pauvre du cimetière.... mais quels bonheurs partagés avec mes équipes dans la recherche, le développement et la conception des produits de demain?
je serais aussi tenté de dire... pendant que vous, vous défilez?d?autres assurent vos émoluments!.
FRANCE met tes immenses compétences au service du travail et les hommes retrouveront leur dignité.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les biens d'équipement des entreprises sont en majorité fabriqués hors territoire français , que l'on ne dise pas que la consommation populaire fait seule sortir des devises.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tu parles de la Coree du nord notre voisin pour moi ici,ils ne souffrent pas de la crise fianciere,ils se content de moins de chose,ils ne poluent pas la planete,la securite et l'ordre regne,etant Francais de souche a 100% quand je visite la belle France je resens l'insecurite.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les ELECTEURS DE SARKOSY n'ont pas demandé le ridicule statut de l'auto-entrepreneur,... LES ELECTEURS DE SARKOSY n'ont pas demandé l'ouverture des supers marchés le dimanche pour la promenade des français ruinés la semaine et sans un sous de plus le week end... LES ELECTEURS DE SARKOSY n'ont pas demandé le barouf sur la pub à la télé. les ELECTEURS DE SARKOSY n'ont pas voté pour la protection des des banquiers voyous. les ELECTEURS DE SARKOSY ATTENDENT LA FERMERURE DE l'ENA et des SUPRESIONS DE POSTES MASSIVES DE CES ENARQUES ET LEURS SERVITEURS OMNIPRESENTS dans les palais du POUVOIR... les ELECTEURS DE SARKOSY demandent la réduction du nombre de PARLEMENTAIRES INUTILES. les
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
un troupeau de mouton bien encadré, reste docile et obeissant. le peuple francais n'a relativement pas faim pour suivre les directives des préfectures et autres cordon de sécurité. le RMI les cave de poâtes bon marché restant oisifs devant leur télé. le liberlisme et le patronas à de beau jours devant lui.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
de tout façon faire pisser le chien ou promener son fonctionnaire à rien branler de la journée, c'est pareil !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
en france nous ne savons pas ce que nous voulons,et avec cet état d'esprit nous ne sommes pas sortis de la merde avec la crise je précise bien MONDIALE,car certains ne pensent qu'à descendre un gouvernement parce que leurs petites pantoufles s'éffrites,nous avons mangé notre vache bien grasse et bien maintenant cela va être la vache maigre ,que ceux qui s'affirment en réclament des hausses de salaires, du boulot ,plus de sociale, et bien je dis à ces gens là, créer des emplois ,monter votre entreprise,faite preuve de dynamisme.regardez dans les autres pays de la communautés pas de grèves parce que les citoyens de ces pays se rendre compte de la crise MONDIALE,en france nous sommes la risée de toutes ces grèves à répétitions POLITIQUES.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une augmentation de salaire se justifie par une augmentation de la productivité sinon cela coûte à la collectivité ou au groupe. Le temps ou les salaires augmentaient beaucoup et chaque année est révolu, nous vivons dans une économie mondialisé, c'est un fait, c'est comme ça et pas autrement. Clairement aller réclamer du pouvoir d'achat dans la rue s'est indiquer son intention de spolier quelqu'un. Pour les fonctionnaires c'est indiquer leur intention de spolier la collectivité (dette, impôts sur le travail) pour le financement de leurs salaires. Dans le privé c'est spolier le groupe en diminuant la compétitivité de leur entreprise. En bref, s?il fallait descendre dans la rue c'était pour réclamer une véritable formation tout au long de la vie par exemple. Formation synonyme de boulot et de meilleur salaire. Parce que exiger des augmentations de salaires sans contrepartie, c'est voler ses voisins de palier.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le BUT DE TOUT ETRE HUMAIN est de travailler moins pour gagner autant.
La technologie et le progres scientifique aurait du nous aider a cela. Mais au contraire nous devons desormais TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS. Mais meme en travaillant plus, nos salaire ne suivent pas l'inflation galopante...
Les fonctionnaires sont peut-etre des faineants, mais au mois ce ne sont pas de petits egoistes qui ne pensent qu'a eux. Dans le prive, l'individualisme semble de mise, on harangue ceux qui se sont battus pour se sortir de leur servitude. Et si ces messieurs du secteur prive se battaient un peu a leur tour pour defendre leurs droits ?? Le droit de travailler moins, d'avoir une securite de l'emploi, des horaires naturels, des vacances regulieres?
Pourquoi croyez vous qu'il faille travailler plus? Ne produisons nous pas assez pour etre heureux? A moins que le bonheur ne soit defini par certains actionnaires qui veulent plus de profit d'annee en annee... ??

Votre manque d'esprit est pitoyable, et ce ne serait rien si vous n'etiez pas aussi des laches qui n'ont rien a defendre si ce n'est leur petit nombril. Honteux. Vive la revolution.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
moi, je dis vive la crise!!! c'est bon une bonne crise !!! enfin on parle plus de foot et autre connerie... vive la crise. encore... encore et toujours...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui ! il faut descendre dans la rue comme en 1789 pour demander l'abolition de l'esclavage moderne et la suppression des privilèges financiers comme les bonus et superbonus et supersalaires de dirigeants politiques, industriels, financiers et commerciaux qui sont payés comme des dieux et qui ne sont finalement que des hommes qui font des erreurs d'autant plus lourdes de conséquences que leurs rémunérations famarineuses leur ont fait perdre le sens de réalités et le sens commun.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A tout ceux qui pensent dans un raisonnement court de vue? que reduire les charges sociales est la solution,quelques éclairsissements.Toutes baisses du % des prélevements sociaux conduit ineluctablement a leurs deficits, amenant par ricochet à des augmentations pour rétablir les équilibres;à moins d'accepter d'avoir moins des remboursements medicaux,mois de retraite crama quand le jour serra venu,moins de chommage si un jour on est frappé par lui,moins de social et de solidarités de toutes sortes ,si un jour la vie ne nous fait plus de cadeaux et que l'on se retrouve dans la deche,ce qui peut arriver à n'importe qui.Quand a croire que le cout du travail baissant,cela créera des emploies qui ,à leur tour cotiseront,ext... ceux qui nous concurencent dans le monde entier ne resteront pas les bras ballants devant leurs pertes de marchés et prendront les mesures qui s'imposent pour rétablir l'équilibre a leur avantage,reduisant a néant les efforts consentis en france;ceux qui propagent ce discours sont toujours ceux qui gagnent dans ces situations,les patrons antisociaux ,les gens a pognon qui hurlent systematiquement qu'ils payent trop d'impots;c'est bien eux les gagnant de ce discours insidieux.Qu'il soit relayés par des gens qui ont des problemes dans la vie est étonnant,cela ne devrait pas les empecher d'approfondir leurs raisonnements pour éviter le simplisme,la courte vue.........
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu'est-ce qu'on peut lire comme conneries ici!
Je crois que les citoyens doivent apprendre en 2009 à être adultes, commencer à se remettre un petit peu en question et à être responsable.
Ca rale sans arrêt mais ca doit savoir que l'Etat, c'est nous, dans une certaine mesure par vos propre décisions en terme de vote et notre attitude au quotidien. Que le niveau des revenus est conditionné par le résultat des finances et des entreprises. La majorité des français a voulu les 35h, il faut en assumer les conditions (gel des salaires). Le contexte actuel ne permet pas d'augmenter massivement les salaires des classes moyennes qui le réclament. Le coup de pouce est à donner aux travailleurs pauvres!
Vous n'ignorez pas que plus d'une voiture vendue en France sur deux est étrangère! Cet exemple illustre la balance commerciale du pays qui est largement déficitaire. Acheter français pour maintenir l'emploi est une nécecité que beaucoup font semblant d'ignorer.
Continuez a vous aveugler en cherchant des bouc-émissaires: aujourd'hui Sarko, hier Rafarin, Chirac, de Villepin, Mittérand et cie... Continuez à manifester pour des motifs "foure-tout" et un avenir à la petite semaine mais vous resterez des irrésponsables.

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je me reconnais dans certains commentaire comme Fennec ou Med par exemple, je pense que parmi nous il y a encore des gens qui on connu mai 68, aujourd'hui le conteste n'est plus le même, ce N'EST PAS en descendant dans la rue pour un rien que les choses iront mieux bien au contraire, à chaque grève = un peu moins de rentrée financière pour régler les frais INCOMPRESSIBLES à savoir - LOYER - ou crédit d'emprunt pour le logement - EDF - GAZ - EAU - IMPÔT 'revenu-locaux-foncier' - ASSURANCE maison- TÉLÉPHONE, quoique ce dernier n'est PAS indispensable sauf quand on isolé. Que cela puisse plaire ou pas, le passage du franc à l'euro, je voudrais savoir qui a pu profiter de cette manne, pas la classe dite travailleuse mais belle et bien les intermédiaires, par exemple le prix des légumes ce qui valait 50 Francs le kilo est passé à 10 euros = 31,12% d'augmentation en une nuit !!!!!!!!!!!! Qui dit mieux, et la QUELLE a été la position des syndicats!!!!!!!!! En revenant un peu en arrière lors du passage des 39h à 35 heures payés 39 avec le blocage des salaires pendant 5 ans, si mes souvenirs sont bons le gouvernement était de Gauche, et là que nous ont dit les syndicats rien, si oui il y aura de l'embauche mais rien n'est venu, en ce moment le salaire est calculé sur la base de 35 heures et non plus sur les 39 = manque 4 heures de salaire par semaine, en revenant encore plus en arrière lors de la "perte d'échelle mobile sur les salaires en 1982" qui avait été OBTENU en 68, le gouvernement était bien de GAUCHE que nous ont dit les syndicats, VOUS verrez notre pouvoir d'achat sera supérieur car l'échelle mobile est créateur d'inflation, sic .......peut être mais.
Aujourd'hui que propose la Gauche, lors des assemblées du mercredi elle ne se présente même pas dans l'hémicycle, la position de la chaise vide, ils sont vraiment rigolo et encore impossible de ce laisser convaincre sur leur programme, exemple promettre 500 euros au minimum sociaux ou le smig 'encore une idée qui n'est pas nouvelle' à 1500 euros'.
Le pays va mal autant que le monde du travail, alors de droite ou de gauche et même des extrêmes relevons nous les manches et bossons, et faisons ce que les japonais ou autre du pays levant, Achetons ceux qui est produit dans le pays même si c'est une entreprise étrangère qui c'est installé sur le territoire car elle permet de faire travaillé des ouvriers de chez nous !!!!!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai bien aimé le commentaire de Fennec. De la modération ! Il est vrai que tellement de personnes en manque.
Nous avons élu un président, des députés etc... pour faire une politique. La moindre décence consisterait à les laisser travailler, mettre en place les réformes nécessaires puis ensuite juger sur les résultats.
On assiste à un tout autre scénario, purement politicien. Il faut absolument que les personnes au pouvoir échouent. Pour cela on a recours à l'opposition systématique (bête et méchante), au dénigrement, à l'ironie perverse et à l'action dans la rue. Le pouvoir de la rue où des personnes, pas forcément compétentes, pas forcément au courant du sujet, vont suivre des mots d'ordre donnés par des syndicats ou partis politiques affaiblis.
Le pouvoir de la rue : surement pas. Nous sommes en démocratie que diable et il y a des temps pour s'exprimer. Le Français qui se veut cartésien ne serait-il pas raisonnable ?
Comment redresser l'économie avec de tels procédés ? C'est scier la branche sur laquelle on est assis !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ben comment faire quand on vous écoute pas.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En dehors du bulletin de vote, quelle autre solution que la grève avons nous pour manifester notre mécontentement sur la politique de caste qui est appliquée à la majorité des citoyens?
Travailler plus pour gagner plus, c'est favoriser ceux qui ont un emploi quand 10% de la population active n'en a pas ou à temps partiel!
Au lieu de donner de l'argent aux banques qui "oublient" qu'elles doivent ouvrir du crédit à ceux qui travaillent, il eut été préférable d'aider les débiteurs, étranglés par des taux d'intéret exhorbitants ou des accidents de parcours, à régler leurs échéances : nous n'aurions pas vu, comme aux US, les gens à la rue! Les banques auraient recouvré leurs créances - comme la sève - par les racines, au lieu de recevoir un arrosage artificiel qui ne rafraichit que quelques feuilles bien placées en surface!
La mondialisation! on est pour - si des droits de douane maintenaient l'équilibre des prix les délocalisations qui mettent notre population active au chomage seraient plus rares
Relancer la consommation! c'est recourir au gavage de biens quand la planéte souffre de famine. Pourquoi ne pas envisager de produire juste ce qu'il faut sans contraindre les actifs à des cadences infernales pour faire des surstocks qui les mettent au chomage?
Il est temps que des gens de raison prennent le gouvernail, en France et dans le monde
Je m'arrête, les récriminations seraient trop longues

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :