Yves Jégo en visite éclair en Martinique

 |   |  292  mots
Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer est arrivé ce jeudi en Martinique, perturbée, comme la Guadeloupe, par un ample mouvement social contre la vie chère et pour l'emploi. Il repartira à Paris vendredi, pour s'exprimer au conseil des ministres sur la situation dans les Antilles.

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Yves Jégo, est arrivé ce jeudi en Martinique, à la préfecture de Fort-de-France. L'île est entrée dans sa deuxième semaine de grève. Yves Jégo se trouvait auparavant en Guadeloupe, également secouée par un mouvement social de grande ampleur, où il était revenu mercredi après un aller-retour éclair en métropole.

Le secrétaire d'Etat s'est affirmé "à l'écoute" du collectif intersyndical martiniquais à la tête de la grève générale. Son programme : "de l'écoute, de l'écoute, de l'écoute", a-t-il insisté. Le secrétaire d'Etat doit d'abord rencontrer le "collectif du 5 février" où sont représentés 13 syndicats qui portent des revendications "contre la vie chère et pour l'emploi".

Le collectif devait arriver en préfecture vers 10 h (15 h, heure de Paris) en cortège suivi par des manifestants, a indiqué à l'AFP l'un de ses porte-parole, Philippe Pierre-Charles.

Yves Jégo repartira en fin de journée de Fort-de-France pour Paris, où il doit assister vendredi matin au conseil des ministres. Il fera, selon ses termes, "une communication en conseil des ministres" sur la situation aux Antilles.

"Ici, en Martinique, je vais essayer de mieux comprendre quelle est la liste des revendications et à Paris, je vais faire une communication en Conseil des ministres parce que je crois que c'est important que tous les ministres soient mobilisés", a-t-il déclaré par téléphone à l'antenne d'Europe 1, depuis Fort-de-France.

En ce qui concerne la Guadeloupe, où "la mécanique de la négociation" - sur la revalorisation des bas salaires notamment - est "lancée", il a rappelé qu'"elle se fera hors la présence des ministres et des élus, entre partenaires sociaux".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mr Yves jégo devrait annoncer clairement que sa venue aux Antilles c'est pour la négociation des salaires avec les syndicats et les élus locaux. Pour régler ce conflit, premièrement le dialogue doit se faire entre eux et annoncer aux habitants de reprendre leur travail pendant que les négociations évoluent. À un certain moment, ils vont être tous et toutes affamés et ils n'auront rien. La baisse des prix seront inutiles parce que les magasins seront totalement vides.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mr Yves jégo devrait annoncer clairement que sa venue aux Antilles c'est pour la négociation des salaires avec les syndicats et les élus locaux. Pour régler ce conflit, premièrement le dialogue doit se faire entre eux et annoncer aux habitants de reprendre leur travail pendant que les négociations évoluent. À un certain moment, ils vont être tous et toutes affamés et ils n'auront rien. La baisse des prix seront inutiles parce que les magasins seront totalement vides.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je viens de voir le reportage de Canal+ sur "les derniers maîtres de la Martinique" (http://www.megavideo.com/?v=1q1m01nv), c'est vraiment écoeurant, surtout le sujet à la fin sur le chloredécone. Incroyable.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
IL N'Y A PAS PLUSIEURS SOLUTIONS, LA SEULE EST DE REVOIR LES MONOPOLES ATTRIBUES A LA GRANDE DISTRIBUTION QUI TIENT DANS LEURS MAINS TOUTE L EXPORTATION , VEHICULE, L'ALIMENTAIRE, LE CARBURANT, LES BANQUES ETC , ICI IL N Y A PAS DE CONSSESSIONNAIRE MAIS QUE DES DEPOSITAIRES QUI APPLIQUENT LES TARIFS QU'ILS VEULENT;
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A examiner?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
en métropole ,
nous payons des factures de chauffage et devons louer des locations pour aller à l'océan...aux antilles, c'est autre chose, la bouteille de rhum est à 4 euros, les cigarettes moins chéres ect...il faut voir les avantages et inconvénients...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et cela va durer encore combien de temps ? Pourquoi M. JEGO est-il parti de la Guadeloupe aussi vite alors qu'il y avait déjà un pré-accord d'établi ? M.FILLON voulait-il le rappeler à l'ordre afin de s'assurer qu'ils parlaient bien le même langage? Tout ceci n'est pas clair. De plus, il vient en Martinique proposer pratiquement les mêmes choses qu'à la Guadeloupe, que pensait-il ? Que la Martinique accepterait ce que la Guadeloupe avait refusé auparavant ? Tout ceci n'est pas clair, je le réécris une fois de plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :