Les dirigeants de Molex libérés par les salariés

 |   |  288  mots
Les deux dirigeants de l'équipementier automobile américain molex , séquestrés depuis lundi dans l'usine de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), ont été libérés par les salariés qui les retenaient. La situation reste également tendue chez Caterpillar.

Le climat social reste tendu en France avec un nouveau cas de séquestration. Les deux dirigeants de l'équipementier automobile américain Molex, spécialisé dans les connecteurs électriques, dont le site de Villemur-sur-Tarn, en Haute-Garonne, qui emploie 283 personnes, ont été libérés ce mardi soir. Le site doit fermer en juin. A peine libérés, ilsdevaient se retrouver avec les responsables syndicaux à la préfecture de Haute-Garonne pour engager des négociations sur "tous les points" en suspens.

Des salariés les retennaient depuis lundi soir deux dirigeants de l'entreprise. "Nous avons mis dehors le directeur de l'usine, Philippe Fort, et nous retenons le co-gérant de Molex SARL (la filiale française de Molex) Marcus Kerriou et la directrice des ressources humaines Coline Colboc", a déclaré à l'AFP (Agence France Presse) Pierre Bellegarde, délégué CGT à l'issue d'un comité d'entreprise.

Cette opération vise à réclamer "le rapatriement d'un stock qui a été constitué aux Pays-Bas pour nous contourner", selon les syndicalistes.

Chez Caterpillar France, filiale du grand constructeur américain d'engins de chantier, qui a connu un cas similaire alors que son site de Grenoble doit être restructuré, un processus de sortie de crise se dessinait depuis ce week-end. Mais environ 200 salariés ont contesté lundi l'accord de fin de conflit signé à Paris et perturbé une assemblée générale (AG) lors de laquelle était prévu un référendum sur cet accord auprès de l'ensemble du personnel.

Les opposants ont aussi perturbé  la réunion prévue à la direction départementale du travail (DDT) pour négocier  le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). Suite du mouvement ce mardi. Une nouvelle AG est prévue ce matin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si on ne donne pas ce que réclame les salariés ça sera la révolte. Les entreprises appatiennent aux salariès (Parole d'un socialiste à la TV)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En fait on a le droit de ne pas respecter le droit? Bon c'est décidé je vais faire les courses sans payer alors...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
RéALITé : une REUNION PROLONGEE - le terme sequestration est exagéré et INAPPROPRIé, EXCESSIF, OUTRANCIER et donc INSIGNIFIANT
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Syndicats VOYOUS .... la france devient une république bannanière .... que dit le PS ??????
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il faut sequestré laserre
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et ça continuera encore et encore, c'est que le début ...
je ne cautionne pas mais je comprends...
que le gouvernement continue de faire la politique de l'autruche , ça finira dans un gigantesque brasier....
on ne peut pas se moquer de la gueule des gens indéfiniment ....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Espérons que ces séquestrations permettent de faire avancer les négociations ! Il faut être contre les patrons voyous qui oublient que le rôle d'une entreprise c'est aussi de donner du travail aux gens et donc de contribuer à la société. Ces ouvriers, qu'ont-ils à perdre ?
La police ne fera rien, sinon ce sera l'émeute. S'il n'y a rien contre la désespérance, les gens entrent en résistance. Voilà les faits.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La pratique de la séquestration qui est en train de se répandre en France va à l'encontre des intérêts des travailleurs français. Si les compagnies étrangères en France voient leurs dirigeants pris en otages - ce qui est une forme de chantage - elles iront s'implanter ailleurs, et il y aura encore moins de travail, pas plus dans notre pays. Le comportement des employés dans cette période difficile aura des répercussions sur les décisions des investisseurs étrangers bien après que cette crise aura pris fin.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Longues négociations = séquestration!?!?
Les medias sont complices de la chute de la démocratie, colabos du "New Order".
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
les syndicats français poursuivent l'oeuvre entamée en 1981,la destruction de l'inustre manufacturière.
en 2000, la DRIRE de Mr JOSPIN nous l'avait clairement confirmé dans une réfecture du nord est:"vous memez un combat d'arrière garde, l'industrie manufacturière n'existera plus en france en 2010".
on y arrive ,encore un effort pour faire fuir l'activité
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La solution: rouvrir les camps de travail et mettre les patrons dans des miradors. Soyons sérieux: les séquestrations ne donneront pas de bons résultats et les syndicats y jouent leut crédibilité; en plus, les patrons ne s'installeront plus dans les régions qui voient de tels actes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On peut critiquer les séquestrations mais qui n'est pas dans la situation de ses salariés ne peut pas réellement porter un jugement.Le chômage sans lendemain peu expliquer les dérapages. La situation de notre pays est due en grande partie aux politiques qui n'ont pas su depuis les chocs pétroliers des années 70 trouver une dynamique efficace pour notre pays plus enclin à gonfler le déficit pour des actions purement électorales plus tôt que des actions tourner vers la croissance. Regardons avec honnêté la préparation aux élections Européeennes plus tournée vers comment caser les copains que vers une action pour relancer l'Europe qui on l'oublie nous gouverne pour une bonne partie car les lois Européennes sont "AU DESSUS DES LOIS NATIONALES". nous avons une classe politique, droite et gauche, bien loin des préoccupations des citoyens mais pas des copains et des magouilles de toutes sortes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Séquestrations,sacages des bureaux des idifices et biens publiques,voilà du travail pour tout le monde mais quand il y aura plus rien les loups se mengerons entre-eux.Bravo les syndicats!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
AU cher retraite de l'industrie ,les delocalisations sont plus dus aux croissances a deux chiffres qu'a l'action syndical,et cette crise en est la preuve!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ahah séquestration n'importe quoi je vous jure... les médias emploies des termes chocs pour faire peur à l'audimate apparemment ca fonctionne!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'industrie va mal dans le monde. Et peut être encore plus en France à cause des charges sociales démentielles, et des horaires de travail ridicules. Ceux qui voyagent le savent bien: la France régresse sérieusement d'année en année. Quant aux séquestrations, destructions et autres actes imbéciles, ils sont assez incongrus dans un pays où la protection sociale et contre le chômage est très élevée.
Que ceux qui se plaignent créent eux même des entreprises, avec les 80.000 ou 100.000 euros d'indeminté qu'ils recevront à leur licenciement!! (n'oublions pas que tout cela est fait pour augmenter la prime de licenciement, qui bientôt atteindra le montant des parachutes dorés par ailleurs décriés !).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au fait, un cas réel. Notre entreprise est implantée en Languedoc Roussillon. Nous achetons dans le monde entier, et nous faisons livrer par bateau (containers). Longtemps, les bateaux arrivaient à Marseille (normal, c'est à 150 km!). Il y a quelques années, les dockers ont fait des grèves dures (pour passer je crois à 5.000 euros par mois pour 30 heures par semaine !). Et bien maintenant nos fournisseurs étrangers (dont les cargaisons ont été bloquées plusieurs semaines) refusent de travailler avec la France et nous libvrent à... Rotterdam ! Il faut donc acheminer la marchandise en camion (bonjour la pollution supplémentaire). Voilà à quoi on arrive avec des mouvements sociaux débiles: on détruit encore plus l'emploi. On scie la branche sur laquelle on est assise ! C'est la crise MONDIALE, c'est pas très compliqué à comprendre, non ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Où est la solution? Encourager le tertiaire et se préparer (ou constater) au déclin de l'agricole et du manufacturier?
L'enseignement doit se préparer à la mutation: la Chine et l'Inde sont des clients potentiels, en attendant l'Amérique du Sud et -Enfin! - l'Afrique
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Toujours rien des syndicats! Y-a-t'il des syndicats sur la ligne?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Syndicats VOYOUS...c'est le monde à l'envers !!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Presto ! vous êtes bien dans votre fauteuil ? l'oracle est tranquille ... tranquille ...


Ces quelques mots ? passera ? passera pas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :