Bercy coupe dans les effectifs de fonctionnaires

 |   |  268  mots
Le ministère du Budget a démarré cette semaine des négociations avec les différents ministres du gouvernement sur leur taux d'emploi 2010, selon Les Echos de ce jeudi. L'objectif : appliquer de manière stricte la règle du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. En 2010, Bercy vise ainsi la suppression de 33.000 à 35.000 postes, pour une économie de 956 millions d'euros.

Pour redresser les finances publiques de la France et arrêter de creuser la dette, "la clef, c'est de limiter la dépense publique", a martelé Eric Woerth lundi. "Une des priorités, c'est de continuer à réduire les effectifs de la fonction publique, même en période de chômage", avait également déclaré le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique.

Dont acte. Selon Les Echos de ce jeudi, Eric Woerth a entamé cette semaine les discussions avec les principaux ministres du gouvernement sur "leur plafond d'emploi" pour 2010. Le gouvernement entend appliquer strictement la règle du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ce qui doit en théorie porter le nombre de suppressions de postes entre 33.000 et 35.000 en 2010. L'économie générée, de 956 millions d'euros, serait allouée pour moitié "au pouvoir d'achat des agents", écrit le quotidien économique.

En 2008, le taux de non remplacement s'était limité à 33%, en 2009 il devrait atteindre 44% et, en 2010 et 2011, 50%, promet Bercy.

Les prévisions de départ pourraient cependant être revues légèrement à la baisse l'an prochain du fait de l'allongement des carrières induit par la réforme de 2003 sur les retraites.

Quelques rares ministères devraient être épargnés : l'enseignement supérieur - les suppressions de postes en 2010 n'auront pas lieu suite à la mobilisation au sein des universités -, et la justice notamment. L'Education nationale, qui remplace encore 62% des départs, devra faire un effort, de même que la Défense, le ministère du Développement durable ou encore les Affaires étrangères.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce qui rassurerait les fonctionnaires (et nous renseignerait!), c'est de savoir à combien de fonctionnaires le gouvernment souhaite arriver et quels sont les secteurs concernés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"la clef, c'est de limiter la dépense publique"
Enfin quelqu'un qui a compris!
Mais ce serait bien de surtout limiter le train de vie de l'Etat.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LEs économies sont faciels a trouver : diminuer les effectifs plétoriques de l'encadrement a la direction générale ou certains ont des connaissacnes très limitées en fiscalité ; pendant ce temps la les agents qui sont dans les hotels des impots sont supprimés, donc accueil avec moins de gens, avec des obligations de teledeclarer pour les entreprises sous peine de sanctions financieres....Ah j'oubliais, la fameuse fusion, va permettre de creer un nouveau grade bien rémunérateur...bref c'est la pyramide inversée ou l'armée mexicaine ou l'on voit plus de "généraux" que d'hommes de troupe !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Suède 8.5 Millions d'habitants 500 fonctionnaires pour calculer les impôts
France 66 Millions d'habitants + de 300.000 fonctionnaires pour la même chose !!
Cherchez l'erreur !!
C'est 3 millions de fonctionnaires dans toute la France qu'il faudrait supprimer au total pour arriver à un poids de l'état raisonnable qui n'applique pas l'impôt aussi confiscatoire qu'en Bolchévie occidental Française...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On se moque des effets d'annonce. De combien a diminué la masse salariale de la fonction publique en 2008? Nous attendons la réponse de Monsieur Woerth.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
soit disant, l'objectif est général, mais chaque ministère réussit à négocier des dérogations, comme d'hab, quoi... résultat, c'est du sur place largement concerté
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand on voit que dans certaines communes les effectifs ont triplés en 20 ans, alors que la population est restée quasi-stable...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est normal de réduire le nombre de fonctionnaires,car beaucoup de travail de fonctionnaire a été remplacé par l'informatique. Et n'oublions pas qu'un fonctionnaire est pris en charge 60 ans de sa vie,(40 travail et 20 retraite) en moyenne.Il faut donc qu'il soit productif.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est à marée basse que l'on voit les eccueils, ... le niveau des Euros dans les caisses est devenu si bas que le nombre de fonctionnaires fait "tache". Cette décision est importante, quoique ne touchant pas (encore) le secteur qui dirige l'Etat.... l'éducation nationale!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
a quand l arrét des avantages nature, primessss et retraitesss complétement injustifié de nos dirigeants politiques!!La aussi il y aurai aussi de grossessss economiesssss!la politique devrai etre un don de soi et non un moyen de gagné de l argent sur le dos des gens qui bosse!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
33 OOO postes sur combien de million de fonctionnaires et autres parasites d'Etat ? Un chiffre ridicule A cette cadence la France a le temps de couler !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce que vous faites c'est vraiment un sac digne de prédateurs qui se payent sur le pays ... allez on continue. En Novembre dernier, Bercy avait renoncé "provisoirement " à inclure dans le collectif budgétaire l'obligation pour les entreprises multinationales de documenter, porter à la connaissance du fisc les revenus de leurs filiales. Ces opérations intra groupes représenteraient plus de 60% du commerce mondial. Est-ce que les parlementaires s'intéressent du sujet ? Quand on pense aux sommes faramineuses que détournent ces multinationales depuis des lustres quelle que soit la " couleur " du président de la République, c'est des affaires de Droit Commun. Mr. Woerth, vous préférez vous attaquer à des gens honnêtes : 33.000 à 35.000 fonctionnaires non remplacés et l'impact pour le pays ! Mr. Woerth, je ne me trompe pas c'est bien du saccage sous couvert de réformes votre patron Sarkosy, doit être fier de vous.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Diminuer le nombre de fonctionnaires, oui mais il faudrait aussi s'attaquer au largesses de tous nos dirigeants qui eux se privent dfe rien. Pourtant, j'irais à dire qu'ils ne gagnent pas assz. hé oui...
Qu'on leur donne plus mais qu'il se comportent comme des chefs d'entreprises. Eux, qui ont cuisiniers, chauffeur, vé"hicules, voyages gratuits et tous les avantage dont on ne parle pas... ,devraient embaucher à leur compte le personnel qu'il employe et ainsi payer toutes les charges sociales comme une entreprise. Là je crois que beaucoups commenceraient à regarder leur porte feuille. Quand l'argent n'est pas le votre, on peux dépenser sans regarder. Alors messieurs, il faut que la réforme vous touche aussi. Vous êtes quelques part des fonctionnaires , donnez l'exemple!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour,

Je ne comprends pas cette haine de certains contre des hommes et des femmes qui participent au fonctionnement collectif et donc au bien commun. Les idées excessives sont insignifiantes.
Première remarque : le cadeau électoral fait aux retaurateurs et autres profession associés , 3 milliards de manque pour le budget de l'état en année pleine , suppression de 34 000 fonctionnaires , 956 millions d'euros.Voilà un élémént de refléxion.
Deuxiéme remarque : en période de suppression d'emplois dans les entreprises est-ce bien raisonnable ? Tous les économistes nous parlent de la confiance qu'il faut à tout prix retrouvé. Est-ce un signe positif envoyé aux parents de ces milliers de jeunes en attente d'un avenir qui pourrait pour certains passer par la fonction publique. Et puis l'argent alloué par l'état aux agents de la fonction publique en font des consommateurs et en particulier des emprunteurs que les banques apprécient.
Troisiéme remarque : l'économie n'est ni de droite, ni de gauche, elle se doit d'être efficace pour tous. Mais son fonctionnement optimal a intérêt à la cohésion sociale. Alors pas d'ostracisme contre telle ou telle composante de la Nation. De grâce !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@fabjacky: Très bon la Bolchévie occidentale Française !!! et si terriblement vrai ! : )
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La fonction publique en France représente une charge excessivement lourde dont les répercussions sur l'emploi en général revêtent un caractère particulièrement néfaste . Des pays comme le Canada et la Suisse l'ont parfaitement compris. Mais, en France, comme dans beaucoup d'autres domaines, on refuse de voir la réalité en face. Jusqu'à quel niveau faudra-t-il tomber pour arriver à un consensus entre partis politiques?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France? Un pas de danseuse sur fil de fer entre le dernier système européen administratif marxiste et la marche de quelques grandes sociétés privées de renommée internationale, le balancier d'équilibre étant entretenu par l'accroissement de la dette dont on parle si peu dans les médias par rapport à l'étalage des idéologies.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En France, les fonctionnaires représentent 25% de la population active et environ 1 million furent recrutés au cours des 20 dernières années.
Dans les pays d'un niveau équivalent au nôtre, la moyenne est d'environ 15% de la population active.
Effectivement, des pays comme le Canada ou la Suède (9 fonctionnaires pour gérer le système postal privatisé avec 25 opérateurs!) ont déjà réduit drastiquement les effectifs.
Mais il n'y a pas que l'état. Avec la décentralisation, les collectivités territoriales ont embauché massivement, souvent par clientèlisme. Et quand on a un copain politique à placer, on crée une nouvelle direction avec tout ce qui suit.

Je ne nierais pas l'utilité des fonctionnaires systématiquement. Mais, dans une économie, tout emploi doit créer de la valeur ajoutée pour créer de la richesse nationale et de la croissance.
Un fonctionnaire ne crée (sauf exception) aucune valeur ajoutée. Mais il en faut toutefois, comme des fonctionnaires de impôts, des magistrats, des policiers par exemple. Mais il faut que leur nombre soit limité au strict minimum et que, la démarche soit la recherche de la productivité du système de l'état et des collectivités.
Il est tout de même étrange que, à la Sécurité Sociale, par exemple, kles effectifs n'aient pas diminué avec l'introduction du téléremboursement lié à la carte Vitale. Mais il est vrai que, dans cette organisation, celui qui cherche à agir avec une efficacité normale est tout de suite rappelé à l'ordre pas ses collègues!

Mais il est difficile de réformer tout cela lorsque l'on sait que 52% du Parlement est constitué de fonctionnaires qui retrouvent leurs avantages à la sortie. En Grande Bretagne, un fonctionnaire qui se prénte à des élections doit d'abord démissionner, ce qui est tout de même plus sain.

A titre d'exemple (je n'ai rien contre les instituteurs), dans mon coin, le Président du Conseil Général et le Président de la région sont des instit. qui font uniquement une carrière politique. Notamment le Président du Conseil Général possède une maison (voisine de celle d'un parent) digne d'un multimillionnaire, certainement pas payée avec son traitement d'instit!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour compléter ma contribution précédente.
Pour revenir à un ratio acceptable pour l'économie, c'est 2 millions de fonctionnaires qui sont en excédent. Cela signifie donc qu'il faut, à terme, réorganiser le fonctionnement de l'Etat et des collectivités territoriales pour fonctionner avec 2 millions de fonctionnaires de moins.
C'est possible puisque d'autres pays qui souffraient du même mal que nous l'ont fait et s'en portent beaucoup mieux!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Jeanbel : La France est LE pays -sans doute le seul - où le communisme a réussi. Le syndicalisme dont nous avons hérité est un fantôme de syndicalisme; notre "fonction publique" est très bien représentée par les partis dits de gauche, en particulier par le parti socialiste, seul parti probable de gouvernement, et à la tête de nombre d'entreprises. Comment espérer l'évolution - nos révolutions ont été autant d'echecs sanglants - indispensable pour un pays plus démocrate et plus soucieux des citoyens?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
oui je suis d'accord avec Hector qui écrit le 07/05/2009 vraiment ridicule les 33000 postes à cette allure la france va droit dans le mur
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour reponde a certains,d'apres les Russes agence novosti la France est un pays communiste qui a reussi,ben oui le socialiste toujours plus de social cela donne un pays gangrene ou seul compte les vacances,meme votre systeme medical il faut un rendez vous pour voir un docteur plusieurs semaines en avance,vous vivez avec un agenda....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En France, il ne faut RIEN attendre des Politiques ! Ils vivent depuis - au moins la Libération - dans une sorte de Pacte de Pouvoir à 3 en collusion avec Administration ( et ses millions de fonctionnaires ) et les Syndicats ! POLITIQUES + ADMINISTRATION + SYNDICATS se tiennent la main dans la main et la fision du coeur de cet atome n'est pas demain ! Et remarquer bien une chose.... ce groupe au Pouvoir partage au moins un point en commune ILS NE FOUTENT RIEN, ne produisent rien et vivent GRASSEMENT sur le dos de ceux ( de la masse ) qui créent de la valeur.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vous avez raison il y a trop de fonctionnaires et j'en suis un parmi tant qui prennent en charge une infime partie du lien social pour que vos enfants réussisent dans la vie a moindre frais pour que votre santé soit sauvegardée que votre sécurité soit assurée et j'en passe pour un salaire si minable que vous auriez en pleuré vous qui avez reussi une carrière du temps de la splendeur du privé Crachez donc dans la soupe car vous avez voté pour un gouvernement qui privatise la santé vous n'êtes plus des patients mais des clients vous avez voté Sarko maintenant vous allez payer les études de vos chers rejetons comme au états unis et l'école publique sera réservé au plus pauvres de notre société à multi vitesse l'humain disparait le client est roi bravo vous l'avez voulu eh bien vous allez le subir haro sur le vilain fonctionnaire ce parasite qui mange le pain de ces patrons voyous engraissé par nos impots généreusement distribué par vous savez qui.
A propos avez vous bénéficier tous de ce bouclier fiscal c'est sur ! non ? c'est bizarre
Aller je retourne transmettre du savoir a des bambins a qui les parents n'ont rien transmis et qui voudraient que les professeurs le fasse a leur place
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne sais pas quels savoirs "Bob" transmet à nos bambins?
J'espère que ce ne sont pas ceux de l'orthographe...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En voilà un sujet qui provoque des clivages ! D?un coté les non fonctionnaires qui en ont marre de payer des impôts pour des effectifs pléthoriques. Eux souhaiteraient même que les réductions prévues soient accélérées et ils ont raison. Il est urgent d?en venir au niveau des autres pays européens. Les fonctionnaires sont eux contre ces réductions d?effectifs. Cela leur ferait plus de boulot et obligerait peut-être à rogner sur les 32 heures, où en tout cas les rendre plus efficaces. (gardons-nous de généraliser, il y a des fonctionnaires très actifs, mais ce n?est pas eux qui protestent) Qu?il est facile de piocher dans la poche du contribuable qui n?y peut mais. Voire comme Bob, qui lui a vraiment la grosse tête, s?en prendre au bouclier fiscal, cible facile de ceux qui ne comprennent pas grand chose aux lois de la fiscalité et de l?économie. Bob est-il prêt à verser 50 % de ses revenus en impôts ? Quelle horreur, 50% de mes revenus ! Par ailleurs il se prend pour le fonctionnaire qui se substitue aux parents et ?uvre pour le bien-être de la population. Ce serait risible si ce n?était pas triste.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@bob
il ne vous vient pas à l'idée que vous volez jusqu'à 2 emplois dans le privé et que le petit "patron" n'en dort pas la nuit pendant que vous profitez de vos avantages hors salaire...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour
Je suis fonctionnaire. Dans mon "service", je pense que l'on peut facilement et sans impact sur notre efficacité et qualité du service rendu, retirer 10 à 15% du personnel.

Mais attention, la plupart de mes collègues vous diront le contraire... Et seront prêts à se battre (ie, faire grève) pour maintenir la situation actuelle très agréable.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est vrai mais certains fonctionnaires sont INFIMIERS et vous soignent,Enseignants et préparent vos enfants à ... policiers et protègent vos biens et petite personne... Trop de fonctionnaire??? Pour collecter l'impot et appliqué le remboursement dû au titre du bouclier fiscal peut être.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Bob : Peut être que votre vrai problème c'est que vous vous prenez au sérieux. Heureusement que tous les profs ne sont pas comme vous sinon je n'aurais lu que Marx à l'école publique. On sombre dans la caricature car vous n'avez aucune limite à votre idéologie. Les gens vivent très bien en Suède, Finlande, Suisse, avec des protections sociales généreuses et des services publiques efficaces. En France, à l'exception notable de son système de santé, ce n'est pas le cas : trop d'argent pour peu de résultats. Alors au lieu d'insulter des parents pour des propos tenus par des gens qui mettent leurs enfants à l'école privée écoutez moi, produit de l'école publique républicaine, et remettez vous en question au lieu de partir dans vos verbiages de fonctionnaires victimes et dévolus à un don de soit quasi religieux à la société tout entière (mon oeil). On ne vous croit plus, ce qui vous intéresse se sont 1) les conditions de travail 2) le salaire 3) le statut en société. La pédagogie et les chances données à vos élèves passent après c'est pour ça que l'on ne vous soutiens pas et qu'on ne vous écoute plus.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai bien essayé de dégraisser le Mammouth mais les enseignants sont comme mes vieux vinyles : rayés. Pourtant ils n'ont pas bcp voyagé.

"Ca y est j'ai posé mon arrêt maladie, je pars à New York dans 2 semaines" dixit une enseignante.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis entièrment d'accord, sup-pression des fonctionnaires en trop. Evaluation des élus et des membres du gouvernement qui sont responsables. Et surtout, je veux voir à l'euro près ou vont les dépenses publiques comme en Suède, sur un site internet. Autre idée, application de la Constitution française concernant les droits au logment et au travail. Pour finir, si les politiques n'arrivent pas à trouver des solutions, on les remplace, j'accepte de faire le même boulot à moitié prix avec plus de résultat. Quant aux joueurs de football de l'équipe de France, ils doivent jouer sans aucune indémnité, c'est une fiérté de porter le maillot. Alors quant on travaille pour l"Etat au sommet ça l'est encore plus. Sinon, on va s'en sortir, investissez un max dans l'environnement, ça se vendra partout sur la planête mais il faut mettre le paquet maintenant pour être les premiers. De l'ouvrier au professeur il y a de quoi faire. Il faut construire une nation et arreter de se diviser, la Chine, l'Inde, le Brésil etc, ils ne vont pas nous attendre alors essayons de nous mettre d'accord sur ce qui peut l'être et laissons de coté les divergences, la partie va être serré !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :