Nouvelle séquestration de dirigeants d'entreprise

 |   |  261  mots
Trois dirigeants de Raguet ont été séquestrés lundi soir par des salariés qui protestent contre un plan de 73 suppressions de postes sur 187. Ils ont été libérés, les syndicats ayant obtenu l'assurance d'être reçus par le préfet des Ardennes.

Trois dirigeants d'une entreprise de sous-traitance automobile, Raguet, ont été séquestrés lundi soir sur le site de Monthermé (Ardennes) par des salariés qui protestent contre un plan de 73 suppressions de postes sur 187. Les trois personnes, le P-DG de la société, le directeur financier et le chef du personnel ont été enfermés dans des bureaux avant d'être libérés vers 23 heures quand les syndicats ont obtenu l'assurance d'être reçus par le préfet des Ardennes ce mardi matin. 

"Les licenciements restent en travers de la gorge des salariés. On aide les banques et l'automobile mais on laisse tomber la sous-traitance. On aurait aimé être soutenu par les pouvoir publics", a indiqué à Reuters Pascal Baudouin, délégué CGT de la société.

Les séquestrations de dirigeants d'entreprises ont été nombreuses ces derniers mois en France, comme à Caterpillar à Grenoble (Isère), au groupe pharmaceutique 3M à Pithiviers (Loiret) et à Sony dans les Landes.

Les salariés utilisent cette arme pour obtenir de meilleures conditions dans les plans sociaux. Les sondages montrent qu'une forte majorité de Français dit comprendre, voire approuver ces stratégies. Elles se révèlent souvent payantes, puisque dans la plupart des cas les entreprises en question ont fait des concessions.

Les parquets, soumis hiérarchiquement au ministère de la Justice, n'ont pour l'instant jamais engagé de poursuites pénales sur de tels faits. Tout en condamnant ces comportements, le gouvernement et l'Elysée favorisent souvent des solutions pour les salariés lorsque des actions sont menées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A quand la remise en marche des guillotines pour patrons... non mais sasn deconner ou va t-on ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :