François Fillon en visite économique éclair en Irak

Le Premier ministre français, accompagné d'une importante délégation de patrons, ne passera qu'une journée sur place. L'objectif est de renforcer la coopération économique entre les deux pays.

"Il y a tout à reconstruire en Irak, absolument tout". En février dernier, Nicolas Sarkozy, en visite à Bagdad, rappelait l'opportunité économique que représente l'Irak pour les entreprises françaises. Quatre mois plus tard, et deux jours après le retrait des unités américaines des centres urbains irakiens, son Premier ministre François Fillon effectue le voyage à son tour pour obtenir des engagements du gouvernement irakien en matière d'investissement.

A ses côtés voyagent Christophe de Margerie (Total), Louis Gallois (EADS), Henri Lachmann (Schneider) et Jean-Louis Chaussade (directeur général de Suez Environnement). La présidente du Medef, Laurence Parisot, fait également partie du voyage qui a été annoncé au tout dernier moment.

Le Premier ministre va rencontrer son homologue irakien Nouri al Maliki. Cette visite, qui ne devrait pas excéder une journée, emmènera François Fillon au Kurdistan irakien pour une rencontre avec le président Jalal Talabani. D'après Matignon, plusieurs contrats seront signés à l'issu de cette visite. Nicolas Sarkozy avait appelé les entreprises françaises à investir en Irak après vingt ans d'absence.

Ce voyage intervient quelques jours seulement après l'ouverture des champs de pétrole et des gisements de gaz aux compagnies étrangères. La production pétrolière irakienne, la troisième réserve au monde, représente actuellement 2.4 millions de barils par jour. Le pétrole irakien est d'ailleurs l'un des moins chers à extraire. L'appel d'offres lancé mardi n'a pourtant pas obtenu le succès espéré, les exigences financières du pays étant beaucoup trop élevées, ce qui décourage les entreprises étrangères.

L'Irak, complètement dévasté depuis l'invasion américaine, a en effet un besoin urgent d'argent frais. La France, de son côté, compte participer à des projets dans le domaine de l'armement, de la santé, de l'éducation, de la reconstruction et de la production d'électricité. Nicolas Sarkozy, l'a promis : il y aura avec l'Irak "une collaboration sans limite".

(retrouvez le communiqué du gouvernement).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
comment faire des voyages a peu de frais !!!!!!! quel malheur pauvre france

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La FRANCE n'a pas voulu participer a cette guerre, rappelez vous le discours enflammé de Villepin à l'ONU et la voilà 48H après le départ des troupes américaines, sur le cadavre du pays Irakien pour y faire des affires. C'EST TOUT SIMPLEMENT D'UNE TO...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les américains, à qui reviennent tout le mérite de la libération du peuple irakien de la dictature de Satan Hussein responsable de millions de morts,quittent à peine le pays que les anciens fournisseurs d'armes comme la France qui a soutenu ce régime...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le gueux est très con manifestement !!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Nous avons bien fait de ne pas allez en guerre en Irak, les Américains ont tué des milliers de gens, ravagé le pays pour récupérer le pétrole qu'ils n'auront peut-être pas, car les luttes ou guerre civiles sont presque certaines. Les Américains s'en ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je trouve vos remarques déplacés. En quoi est ce condamnable d'essayer d'obtenir des marchés ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.