Exclusif : Les médecins qui abusent seront sanctionnés

 |   |  501  mots
Selon un projet de décret, ils risquent en cas de récidive cinq ans d'interdiction de dépassements d'honoraires ou la suspension du financement de leurs cotisations sociales.

Les dépassements d'honoraires, qui peuvent être un obstacle important dans l'accès aux soins, se trouvent actuellement dans le collimateur du gouvernement et de l'assurance-maladie. Cette dernière tente de boucler sa négociation avec les médecins et les complémentaires santé (lire l'encadré) pour encadrer les dépassements les plus importants, et le ministère de la Santé prépare le décret d'application de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) sur les sanctions en cas de dépassements abusifs.

Le projet de décret, qui fait actuellement l'objet d'une concertation avec les professionnels de santé, précise tout d'abord la notion de « tact et mesure », auxquels les médecins en honoraires libres (secteur 2) doivent se référer pour facturer des dépassements. Le respect du tact et de la mesure devra ainsi s'apprécier au regard de la « situation financière de l'assuré, de la notoriété du praticien, de la complexité de l'acte réalisé et du temps consacré, du service rendu au patient ainsi que du pourcentage d'actes avec dépassement et du montant moyen des dépassements pratiqués » par les confrères du médecin dans le même territoire.

Le projet de décret précise ensuite les pénalités encourues par les médecins « en cas de refus de soins, de dépassements d'honoraires abusifs ou illégaux » et de non-respect de l'obligation d'information écrite du patient sur le coût et les conditions de remboursement des actes médicaux, au-delà d'un certain tarif.

« Tact et mesure »

En cas de discriminations dans l'accès aux soins, le montant de la sanction financière sera de deux fois le plafond mensuel de Sécurité sociale, soit deux fois 2.859 euros. Pour les médecins qui auront omis l'information écrite préalable de leur patient, il en coûtera un « maximum de 100 % du montant des dépassements sur les actes pour lesquels l'information préalable n'a pas été réalisée ». Et pour les praticiens qui n'auront pas respecté le « tact et mesure » ou qui auront facturé des dépassements d'honoraires auxquels ils n'ont pas droit ? du fait de la convention dont ils relèvent ?, la pénalité sera comprise entre 100 % et 200 % du montant des dépassements pratiqués.

Surtout, en cas de récidive dans un délai de trois ans, les médecins pourront écoper de sanctions beaucoup plus lourdes, en plus de ces amendes. Ils pourront se voir retirer leur droit à pratiquer des dépassements « pour une durée maximum de cinq ans » ou ne plus bénéficier de la participation de l'assurance-maladie au financement de leurs cotisations sociales, également pour cinq ans maximum. Ces sanctions seront prononcées, après avis d'une commission mixte, par les directeurs des caisses locales d'assurance-maladie. « Le gouvernement va trop loin, en donnant tout pouvoir aux caisses de sanctionner les médecins, qui ne sont plus des justiciables comme les autres », s'insurge le leader d'un syndicat de médecins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2009 à 16:25 :
le patient qui doit payer un dépassement d'honoraires a toujours la possibilité de refuser. C'est le coût de la santé choisie. En quoi la sécurité sociale qui est l'oeuvre de tout un chacun devrait l'aider ? Nous avons encore le remboursement de notre santé par la Sécu le meilleur du monde. Tâchons de garder nos médecins et nos chirurgien en leur servant des honoraires qui les incitent au meilleur. Le problème des pédiatre, des rééducateurs fonctionnels, de gynecos médicaux, des psychiatres, dermatologue en secteur un est beaucoup plus criants. ils risquent de disparaître.
a écrit le 17/10/2009 à 16:19 :
Vous avez payé un dépassement d'honoraires tant mieux pour vous. Pourquoi hurler contre les dépassements d'honoraires. La Sécu ne les rembourse pas, les complémentaires pas toujours, et le praticien lui payera plus d'impôts pour la collectivité.
Le nouveau secteur optionnel ou les dépassements seront plafonnés Coutras plus ou complémentaires qui augmenteront leurs tarifs ,les praticiens payeront moins d'impôts. Par contre la Sécu devra payer plus les praticiens en leur versant un honoraire différé qui correspond, comme tous les médecins en secteur un, à la prise en charge d'une partie de leur retraite
a écrit le 14/10/2009 à 11:36 :
Faites comme moi, j'ai 72 ans, je fais du sport, je mange bio de préférence, et vous irrez de moins en moins chez le médecin, avec une certaine hygiène de vie vous diminuez vos risques d'aller chez le toubi qui vous soigne ??? avec des médicaments qui parfois font des dégats, j'en ai la preuve, mais bon, du moment que les laboratoires pharmaceutiques font d'énormes bénéfices sur ie dos des patients, surtout braillez et continuez!!!!
a écrit le 13/10/2009 à 21:01 :
il y en a tjs qui comprenne rien:les dépassements ne creusent en rien le déficit de la sécu,ce n'est pas la sécu qui paye les médecins.C'est vrai que certains exagèrent mais qd vous voyez une consult de spécialiste à 28 e,tarif sécu, après 10 ans d'étude et qu'il en reste 33%,après frais de cabinet ,charges, retraites,assurances,prévoyance,etc...et le matos, qui l'achète?Je suis ophtalmo et je ne peux plus acheter de matériel innovant,OCT:100000 euros, remboursé 45 euros par la sécu, super!Je comprends que certains dépassent, sinon pas de matos,rien que le strict minimum, comme moi.Fonctionnariser les medecins?On aurait pu me prévenir avt de faire médecine, + internat + 4 ans d'hosto payé au smic!On ne change pas ladonne en cours de route, plus personne ne fera médecine pour uniquement le plaisir d'exercer, c'est normal de gagner correctement sa vie,après les efforts faits,la responsabilité et le dévouement.Mais ça on l'oublie tjs!Par contre ,le coiffeur à 48 euros coupe brush, le plombier à 200,00 euros le moindre truc, le garagiste à 300,00 euros le moindre coup de vis, ça ne dérange personne. Les gens ne veulent pas que les médecins gagnent leur vie, qd il n'y en aura plus ds 10 ans, bon courage,ou qd ce sera des roumains qui n'ont pas fait les mêmes études, même s'ils st sympas,on en reparlera!Par contre ils st contents de nous trouver qd il y a une urgence, à tte heure! bien sûr, alors ras le bol, un jour ciao la france et bonjour les autres pays européens qui st moins bêtes et qui respectent leurs médecins sans tjs leur cracher à la figure!
a écrit le 13/10/2009 à 7:31 :
toujours facile de cracher sur les medecins!!
au lieu de regarger du cote des primes et retraites chapeaux etc qui ne payent ni cotisation sociale ni impots dessus alors que les salaries oui!
a écrit le 13/10/2009 à 6:24 :
comment se defendre contre les medecins quand une mutuelle comme la MGEN refuse de donner ses taux de remboursement dentaires ,ni conseiller des dentistes, il parait que c'est interdit pourtant la SNCF le fait
a écrit le 12/10/2009 à 16:16 :
Pour 75 heures par semaines , j'ai payé cette année 10 000euros d 'impots : radiologue debile de proximité j 'ai acheté du top matos pour faire de la super medecine : tout le monde est d'accord pour les 30 minutes passees et les images trop belles mais si on aborde les 25 euros de depassement exceptionnels necessaires à eviter la faillite du cabinet , alors silence ,surprise , bonne surprise car 75% des patients acceptent au vu du travail fourni par le passé !
Il ne faut jamais donner pour recevoir mais on recoit toujours en fonction de ce que l'on a donné et mes confreres feraient bien de s'en inspirer car les assurés sociaux sensés en veulent tout simplement pour leur argent : il serait normal que la performance soit prise en compte chez les liberaux de meme que les prescritions demandées inutilement en plus ce qui est lié !
Merci encore à A Juppé pour les sanctions collectives : le résultat est probant depuis 1995 !!!
Il est normal de faire payer le juste prix en fonction des investissements necessaires aux regles de l 'art et d'une remuneration equivalente à celle d'un cadre (11ans d'etudes + retraites à 65 ans + 60 heures/semaine) Alors STOP au baratin : chacun n'aura que ce qu'il merite : medecin comme assuré. Tout le monde sait quel prix vaut la santé : bonne année , bonne sant
a écrit le 12/10/2009 à 13:47 :
Ce réel énorme abus sur les honteux dépassements d'honoraires va en augmentant. C'est la visite à 22 euros qui devient rare !!!. A qui la faute ?. Nos députés sont jamais malade !!!! et de toutes manières ,ils ont une très bonne couverture !!! . Les remedes : 1) Des sanctions sévères. 2)Justifications des dépassements (sans preuve = pas de remboursement ! ) .Par ailleurs , pourquoi la S.S subit-elle ( de l' Etat ) toutes ces PONCTIONS injustifiées sans voir la couleur de l'argent sensé la financer ??? .Pourquoi les rapports de la Cour des Comptes ne servent- ils a RIEN ???? .
a écrit le 12/10/2009 à 13:40 :
En l'état actuel de la démographie médicale,toutes les mesures visant à contrôler les honoraires des médecins, sont vouées à l'échec.Comment soutenir encore en 2009 une consultation à 22 euros pour un généraliste.. Bientôt les jeunes médecins s'installeront sans conventionnement de l'assurance maladie ,avec le régime "honoraires libres".Et en l'absence de choix leur cabinet ne désemplira pas!
a écrit le 12/10/2009 à 11:49 :
le phenomene des depassements d honoraires est la contrepartie inevitable à des tarifs completement deconnectés de la realité: c'est la faute des tarifs fixés par un assureur en situation de monopole : LA SECU . 40 euros chez le coiffeur avec un bon CAP et le risque de louper sa coupe . 22 euros la consultation apres 8 ans minimum d etudes post bac et les risques sur la santé du client. ya pas photo.
je suis infirmier liberal la secu a fixé le prix de la piqure à 3 euros et 15 cts, la prise de sang à 4.725 euros et le deplacement à 2.30 euros (contre 10 euros aux medecin)ou bien encore l'heure de soins à 15,90 euros bruts de frais.
Des promesses, des concertos de violoncelle et des onctions de pommade ca fait 25 ans que j'en recois et que j'en ecoute...
aujourd hui, j'ai besoin d'avoir un revenu en adequation avec ce que je produis (qualité, disponibilité, competence) donc je pratique les depassements
c'est LA condition sans laquelle je ne pourrai pas poursuivre mon activité conventionnelle (pour que les patients soient remboursés)
que l'assureur se regarde le nombril avant de traiter les professionnels de santé comme des voleurs.
a écrit le 12/10/2009 à 10:23 :
J'ai 5 villas, 3 chalets et 8 cabriolets de luxe, et à 50 ans je ne compte pas m'arrêter là. Vous me faites bien rire, bande de naïfs. Le jour où vous me piquerez, il fera plus chaud qu'aujourd'hui.
a écrit le 12/10/2009 à 8:46 :
Sarkoseptique a tout compris... Combien d'autres ? Enfin un développement intelligent
a écrit le 12/10/2009 à 8:16 :
A l'évidence le discours sur le médecin responsable de tous les maux de la sécurité sociale est toujours aussi efficace!! à la lecture de certains commentaires.
Oserez vous un jour publier la part des dépenses d'honoraires dans le budget de la S.S.??
Oserez vous un jour publier la part des dépenses de médicaments dans le budget de la S.S. ??
La lecture du rapport de la cour des comptes est très instructive à ce sujet.
Comment expliquer que les caisses à régime particulier d'Alsace-Lorraine ne présentent pas les déficits abyssaux du reste du pays?
Je n'ai que rarement lu d'explications vers le grand public du comportement de l'état dans la structure des déficits.
Nombre de financements en particuliers des hôpitaux ont été financés par des prélèvements sur la S.S. alors que cela n'a rien à voir avec la couverture maladie.
Où passent les financements liés aux taxes variées: tabac, alcool .... sensés financer la S.S. Les rapports de la cour des comptes prouvent que l'état en garde une part majoritaire pour lui.
Quand vous posez la question comme je l'ai fait un jour à monsieur Douste Blazy, il répond que l'état ne peut pas payer !!!
Le financement de la S.S. est assurée par les prélèvements sur les salaires, les employeurs et la C.S.G.
Toutes les décisions prises depuis 2,5 ans sont toutes, absolument toutes, assorties d'une exonération de charges (le fameux travailler plus pour gagner plus entre autres). Ces charges qui permettent le financement de la S.S.
Nous payons à l'heure actuelle les âneries de monsieur Juppé avec son fameux numérus-closus (voir la démographie médicale); ajoutez à cela la judiciarisation galopante qui fait fuir les jeunes de spécialités "à risque" obstétrique, chirurgie, anesthésiologie et vous avez l'explication des dépassements d'honoraires pratiqués par ces spécialistes (loi de l'offre et de la demande) et cela ne coûte pas un sou à la S.S. malgré les rodomontades gouvernementales qui ne sont que des moulinets à destination du citoyens.
En résumé si vous voulez détruire la couverture sociale des français, vous faites tout pour asphyxier le système et vous le prétendez ingérable et vous accueillez à bras ouverts les compagnies d'assurance privées qui n'attendent que ça pour s'engouffrer dans la place vide.
Ne vous étonnez donc pas si bientôt aux urgences on vous demande de présenter une carte bleue (bien provisionnée) à la place de la carte vitale
a écrit le 12/10/2009 à 8:05 :
Je suis médecin et ça fait des décennies que je vide les caisses de la sécu. Si vous croyez que je vais m'arrêter. Si un jour j'ai un souci, ce qui est totalement improbable, je vous garanti que le conseil de l'ordre me défendra.
a écrit le 12/10/2009 à 7:51 :
Avec toutes les conditions requises pour établir les abus, les médecins peuvent allégrement continuer les dépassements excessifs d'honraires, ils ne sont pas près d'être sanctionnés.
a écrit le 12/10/2009 à 7:10 :
Il est ceratin qu'une bonne partie des praticiens ont des honoraires libres totalement abusifs et discriminatoires. Cependant, ce décret n'est qu'un catalyseur du déconventionnement massif à venir de l'ensemble des spécialistes.
a écrit le 12/10/2009 à 6:52 :
Pour une zonectomie mammaire : 24 h en clinique,arrivée à 10h du matin, intervention, pas de repas, pas de boisson. Le lendemain : le petit déjeuner( un café deux biscottes )et Départ 11 h de la clinique. Les honoraires chirurgien, anesthésie, tout à fait corrects, mais les 24 h de clinique : 603 euros ! .....comment sont ils ventilés comptablement ?
a écrit le 12/10/2009 à 6:43 :
Oui il est temps de sanctionner les abus.
demander à un étudiant un dépassement d'honoraires de 150 ? pour enlever un
kyste synovial opération qui dure un peu plus de 10 minutes c'est vraiment excessif surtout que pour la consultation le nom du medecin traitant n'ayant pas été indiqué par le chirurgie elle a été remboursée au tarif hors parcours
a écrit le 12/10/2009 à 6:28 :
Les dépassement sont devenus la régle chez les chirurgiens meme pour des interventions begnines + 50,100 ou 200 ? alors qu'ils sont deja payés par la sécu .J'ai l'impresion que certains ne sont plus que des tiroirs caisse .Mais que voulez vous à l'époque tout fric !!!une seule solution les déconventionner peut etre certains reviendront ainsi à la raison .
a écrit le 12/10/2009 à 6:26 :
@GONZALEZ
Eh , mon ami , ton psy t'avait pourtant recommandé de prendre tes médicaments tous les jours...

En ce qui concerne cet énorme problême évoqué , ne pas oublier de se servir de son bulletin de vote , lorsqu'on en a l'occasion !
a écrit le 12/10/2009 à 6:06 :
une loi pour rien, rien ne changera
Encore un truc bidon (1 de+ ) pour endormir les foules
a écrit le 12/10/2009 à 6:05 :
Moi je trouve qu'il ne doit pas y avoir de dépassement pour un acte médical quel qu'il soit. Certains médecins pratiquent un vrai bussiness en faisant payer des visites de 60 Euros quand le malade se présente à chaque rendez-vous et ce plusieurs fois dans la semaine ! J'ai moi même refuser de payer successivement (deux jours de suite) 60 Euros à un médecin de l'hopital kersfeld de Sarcelles. Aujourd'hui la profession de médecin pratiquée par certains est vraie honte ! ! Les déficits abyssaux de la sécurité sociale sont dû en grande partie à ces médecins véreux qui pratiquent des tarifs élevés et font payer à chaque visite des sommes importantes à leurs clients en leur disant : donner moi votre carte vitale, la sécu vous remboursera !!
Le chirurgien (cardiologue) de l'hopital de sarcelles à voulu m'escroquer mais heureusement j'étais vigilant et j'ai refusé de marcher dans sa combine. Il faut interdire lesdépasements car c'est contraire à l'éthique d'une profession de la santé publique. Sinon, les abus perduront et la sécu sera toujours en déficit.
a écrit le 12/10/2009 à 6:05 :
moi j'en ai assez ces médecins voyous et voleurs qui vous réclament 90? d'honoraires pour une consultation de 10min!! honte à vous!!
oublié le serment d'hypocrate...il n'y a plus que l'apat du gain qui vous interesse
a écrit le 12/10/2009 à 5:58 :
Il est urgent de remettre de "recadrer" les médecins qui abusent en prenant les patients pour "Rotschild"!...J'ai été à plusieurs reprises victimes de ce comportement sans tact ni mesure qui consiste à évaluer "à la tête du client" sa situation de fortune et à lui demander des honoraires sans rapport avec celle-ci: dépassement scandaleux, dessous de table "de la main à la main" pour une intervention chirurgicale, etc....En outre, comment se fait-il que tout les médecins conventionnés ne soient pas tenus d'utiliser la carte vitale du patient afin de lui simplifier les démarches de remboursement?!...Le corps médical bénéficie d'une tolérance et d'une liberté de choix dont les patients ne bénéficient pas!...Le ménage est urgent!
a écrit le 12/10/2009 à 5:44 :
Mon opération d'un kyste dans le dos :

+ 300 euros pour le mèdecin et + 250 pour l'anesthésiste cela fait très cher les 3 points de suture et les 2 nuits d'hospitalisation

Coût total de l'opération : 2800 euros et après on s'étonne du trou de la sécu.
a écrit le 12/10/2009 à 5:42 :
Encore une information totalement délétaire pour les médecins généralistes qui sont en voie de disparition, les 2e moins bien payés de toute l'Europe, et qui ne pratiquent pas de dépassement d'honoraires.
A tous ceux qui pensent que forcer les médecins à s'installer en milieu rural. Voici les chiffres :
- Le numérus clausus passe de 5000 à 7000.. Super se dit on ?

Sauf que SEULEMENT 9 % vont faire de l'exercice libéral, ce qui a représenté en 2007 un peu de 400 médecins qui se sont destinés à l'exercice libéral. Dont 380 médecins généralistes....

Alors à tous ceux qui pensent que le coercition va régler les problèmes , revoyez vos idées , vos copies...

Les médecins généralistes jeunes préfèrent être payés à 35h, 13e mois, congés payés, moins de responsabilité (car administrative) que de faire 55h à 60h / semaine, pour un équivalent salariat à peine plus important.

De toute façon à tous ceux qui se disent que les médecins généralistes sont des NANTIS, je leur demande de m'expliquer POURQUOI les jeunes médecins sont ils aussi stupides à aller faire du salariat quand l'exercice libéral est censé être la poule aux oeufs d'or ?

Choyez votre médecin généraliste, dans 10 ans, vous aurez du mal à en trouver.
a écrit le 12/10/2009 à 5:10 :
C'est tres bien, ca va désengorger les urgences. Surtout pour la medecine qu'ils pratiquent, en general ce ne sont pas des fleches !
a écrit le 12/10/2009 à 4:58 :
Du vent toujours du vent comme toujours...
Le tact et la mesure... et si on énonçait clairement des limites à ne pas dépasser !! non?
46? chez mon dermatologue pour 5 minutes chrono pour une visite de contrôle. Du tact et de la mesure qu'ils disaient
a écrit le 12/10/2009 à 4:55 :
Et les politiques qui abusent ? qui volent chaque jour notre argent ? qui pillent le mobilier national ? qui sont des pédophiles ? qui sont des créateurs de misère depuis 40 ans... (sauf pour eux-mêmes et leurs petits camarades), qui va les sanctionner ?
a écrit le 12/10/2009 à 4:48 :
Médecine : profession libérale à tarifs quasiment imposés pour les recettes, et pour les charges, le prix du marché ou encore imposé par l'état (loyers, charges, achat de installations, produits et fournitures, appareillages, etc...) . C'est pas grave. Depuis des années, les étudiants anglais fuient les études médicales. Déficit de médecins et... conséquence... dentistes et médecins polonais et roumains. Aussi, si les professions médicales étaient "normalement" rétribuées, il y aurait création d'emplois et donc moins de chômage (infirmiers, secrétaires, ...) . A force de presser le citron, il n'y a plus de jus. Et cela veut dire, moins d'étudiants (et donc baisse du niveau des concours et examens) , moins de diplômés qui s'installent (fuite vers de emplois parallèles salariés), plus de praticiens qui abandonnent pour d'autres métiers moins stressants, moins usants. Ce sera ça l'avenir ; plus de jus ! Et vous pourrez alors pleurer car, pour redresser la situation, deux solutions ; aller à l'étranger ou admettre un déconventionnement massif, ou encore attendre 20 ans le temps de former de nouveaux professionnels de santé...si des conditions d'exercice plus favorables leur sont offerte. Autre solution : laisser les honoraires libres et aider les plus démunis par une aide d'état, donc payée, in fine, par l'impôt au lieu de la CMU payée par les professionnels de santé. Pensez-y, gardez mon texte de côté et lisez le dans quelques années.
a écrit le 12/10/2009 à 4:35 :
"du pourcentage d'actes avec dépassement et du montant moyen des dépassements pratiqués » par les confrères du médecin dans le même territoire. "

il suffit donc de se mettre d'accord sur les prix dans une zone geographique generalement: 3 fois le tarif sécu pour respecter le tact et la mesure!!!!!
vraiment du bidon ces mesures!!!
a écrit le 12/10/2009 à 4:16 :
Le gouvernement n'a pas à s'occuper des médecins et il serait bon qu'il ne s'occupe plus de la SECU car il n'a pas prouvé qu'il en était capable; cette agitation permanente est fatiguante
a écrit le 12/10/2009 à 4:12 :
Moi je trouve que les dentistes c'est pire....
a écrit le 12/10/2009 à 4:09 :
J'ai dû refuser l'opération de sinusite que je devais subir trouvant scandaleux qu'un ORL me demande 200? de dépassement pour l'acte. La médecine devrait à mon avis être considéré comme un service public national, avec fonctionnarisation de la profession et tout rentrerait dans l'ordre. Et pourquoi la participation de l'assurance maladie au financement des cotisations sociales des médecins? Dans d'autres secteurs d'activité ça n'existe pas.
a écrit le 12/10/2009 à 3:56 :
notion de « tact et mesure » !!!
une fois de plus on se moque des assurés, cette loi est tellement subjective qu'elle sera inapliquable
les pharmaciens et les medecins restent des professions hyper protégées, personne n'a le courage de faire une loi claire, que se soit pour les depassements ou l'installation en zone rurale
pas etonnant quand on sait la representation medicale à l'assemblée nationale.....
a écrit le 12/10/2009 à 3:38 :
c'est bien de contrôler ce secteur,mais qu'adviendra-t-il quand les sanctions tomberons,cela divisera encore plus les soins à plusieurs vitesses,ceux qui auront les moyens d'y acceder,et les autres!! le choix sera vite determiné,suivons le bon exemple de l'angleterre,on ira se faire soigner en amerique? mais qui en aura les moyens??
a écrit le 12/10/2009 à 2:51 :
Il est vrai que certains praticiens pratiquaient des honoraires vraiment très élevés. Mais qui a permis le passage en secteur II, et qui a autorisé ceux qui n'y étaient pas à y passer ?
a écrit le 12/10/2009 à 2:34 :
C'est une bonne chose de contrôler ce secteur.Il y a des abus ,qu'ils oient sanctionnés!Mon épouse c'est fait opéré d'une prothèse du genou droit(+600?)plus les frais forfaitaires de la clinique,(facturation du journal local en autre)
Oui il f
a écrit le 11/10/2009 à 15:47 :
MOI J'APPROUVE CELÀ,IL AVAIT UN ABUS DE POUVOIR QUI DURAIT DEPUIS TRÈS LONGTEMPS ET AUJOURD'HUI DES PERSONNE ONT PORTÉ LEUR CULOTTE,IL N'EST JAMAIS TROP TARD DE PORTER SES CULOTTES.D'AUTRE PERSONNE POURRAIT OUVRIR LES YEUX EN PHARMACIE ET DE LES SANCTIONNER,SA SERAIT LA MOINDRE DES CHOSE,VOUS FAITE DU MÉNAGE OU NON.

MOI JE VOUS ENCOURAGE A APPLIQUER SE QUE VOUS DITE ET CONTINUER D'ALLER CHERCHER DE L'ARGENT FRAUDULEUSE PAR LES HOMME A CRAVATE.

GONZALEZ QUI EST POUR QUE LES HOMME A CRAVATE ARRÊTE DE RIRE DE NOUS,BRAVO POUR LE COMMENCEMENT.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :